https://www.stagescrime.com/
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



Connexion sécurisée

Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
249 utilisateur(s) en ligne (167utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 1
Invités : 248

Ghmaurice, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish







PETIT SPORT D'INITIÉS RECHERCHE FORTE NOTORIÉTÉ DÉSESPÉREMMENT
#1
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
La télévision, sésame de la notoriété pour les petits sports

LE MONDE | 30.05.03 | 13h02

Les fédérations d'escrime et de judo doivent rivaliser d'ingéniosité et paient même les chaînes pour passer à l'antenne.

article de Bénédicte Mathieu

http://www.lemonde.fr/article/0,5987,3236--322132-,00.html

Date de publication : 02/06/2003 13:37
"si ton sabre est trop court, allonge le d'un pas" (proverbe hongrois)
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#2
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
article du Monde :

Les fédérations d'escrime et de judo doivent rivaliser d'ingéniosité et paient même les chaînes pour passer à l'antenne.

Roland-garros , son tournoi du Grand Chelem, son Trophée des Mousquetaires, sa Coupe Suzanne-Lenglen, ses dizaines de millions d'euros. Chaque année, les chaînes de télévision paient pour diffuser les Internationaux de France de tennis, qui se tiennent cette année jusqu'au 8 juin. Entre Roland-Garros, la Coupe Davis, la Fed Cup, les tournois représentent une manne pour la Fédération française de tennis (FFT). Elle reçoit 41 millions d'euros de France Télévisons - qui produit les images - et des chaînes du monde entier qui rediffusent les matches hors de France. Un pactole qui lui permet de rêver à l'extension du stade Roland-Garros. La FFT compte parmi les fédérations sportives les plus riches de France.

Le tennis est pourtant bien loin de l'enjeu économique que représente le football, symbolisé par la bataille entre TPS et Canal+, pour les droits du championnat de France. Mais, grâce à l'organisation de ce Grand Chelem, le tennis est très loin devant une myriade de petits sports diffusés sur les chaînes thématiques, Eurosport ou Sport+, ou sur France Télévisions, dont les cahiers des charges impliquent une diffusion variée de sports : "Nous diffusons 101 disciplines par an, et nous assurons 1 027 heures de direct ou non et du magazine", explique Frédéric Chevit, directeur des sports de France Télévisions. En hiver, Eurosport est la vitrine des sports de glisse - ski alpin, ski de fond, biathlon -, ou des sports de glace - bobsleigh, luge, patinage artistique ou patinage de vitesse.

De nombreux sports ne peuvent que prétendre à des strapontins à la télévision : "Elle nous oublie entre deux Jeux olympiques", dit Pierre Abric, président de la Fédération française d'escrime. Pour passer à l'écran, les fédérations mettent le plus souvent la main à la poche pour offrir leurs propres images aux chaînes : "Lors du tournoi de Paris, au Palais omnisports de Paris-Bercy, nous avons reçu 22 000 spectateurs, nous avons payé la production des images, nous avons touché des droits télévisés de France Télévisions et nous avons fini pas loin de l'équilibre", explique Jean-Luc Rougé, président de la Fédération française de judo (FFJ). Celle-ci bénéficie également d'un atout de poids pour être diffusée. David Douillet, double champion olympique, aujourd'hui à la retraite, est consultant pour France Télévisions.

COÛTS DE PRODUCTION

Les chaînes peuvent offrir leurs moyens de production aux fédérations en échange d'images : "Si France Télévisions ne nous fait pas payer 75 000 euros de frais de production, on ne va pas lui demander 15 000 euros de royalties", indique M. Abric. Pour pouvoir passer à l'écran, la Fédération française d'escrime dépense entre 45 000 et 75 000 euros par an : "C'est un investissement pour nos partenaires en dehors des périodes où l'escri- me prend sa place à la télévision, c'est-à-dire lors des Jeux olympiques", ajoute-t-il. Quand la France accueille des championnats du monde ou d'Europe, les fédérations touchent des subsides. Lors des mondiaux d'escrime disputés en 2001 à Nîmes, la Fédération internationale d'escrime, détentrice des droits, a reversé 60 % des bénéfices à la Fédération française.

L'équitation dispose d'une meilleure audience grâce à la chaîne thématique Equidia. La Fédération travaille directement avec les organisateurs de compétitions, elle l'a fait, par exemple, lors des concours annuels de saut d'obstacles de La Baule ou de Bordeaux. Les organisateurs prennent en charge les coûts de production des images, "qui intéressent les partenaires français comme européens, explique Marie-Odile Desvignes, directrice de la communication de la Fédération. "Pour fournir une cassette de 52 minutes, libre de droits, on est vite à 35 000 euros."

INNOVATIONS TECHNOLOGIQUES

La Fédération paie, elle, pour la recherche d'un meilleur spectacle. Elle investit dans l'innovation technologique. Depuis quelques mois, elle travaille notamment, avec une société privée, à la sonorisation du parcours du cheval et du cavalier. Des sons - du souffle à la voix, jusqu'au bruit mat du sabot contre la barre - qui racontent l'effort du cavalier et de sa monture. Une idée du comédien Jean Rochefort. La Fédération finance des recherches pour embarquer des caméras sur le couple cavalier-monture. Le matériel sera ensuite prêté aux organisateurs de concours.

"Le pire pour nous qui passons peu à la télévision, c'est d'être mal filmés, observe le président de la Fédération française de judo. Lorsque nous captons un événement, nous avons en tête de montrer les annonces de nos partenaires. Quand nous dirigeons nos caméras, nous choisissons les angles qui nous conviennent. Aujourd'hui, les panneaux publicitaires ne se vendent plus au mètre a priori, mais au temps d'antenne, c'est-à-dire a posteriori." La FFJ utilise ses images pour une diffusion pédagogique à l'attention des athlètes ou des arbitres. Grâce à la vente d'images, elle peut équilibrer les comptes de ses productions.

Pour le directeur des sports de France Télévisions, le système reste "gérable" à condition qu'il y ait un peu d'audience. Selon M. Chevit, nombre de sports ont une audience confidentielle. Les disciplines sont alors appelées des sports de "niche": "Est-ce le rôle d'une chaîne hertzienne de les diffuser ? Je ne le crois pas", explique- t-il. Ce dernier milite en faveur d'une harmonisation des calendriers, "afin que nous puissions diffuser une heure d'escrime après un grand match de rugby. Les fans de rugby qui resteront devant leur téléviseur pourront ainsi découvrir un sport de faible audience. Toutefois la bonne solution serait que les fédérations se rapprochent des chaînes de télévision".

Il arrive effectivement que le calendrier desserve un sport. Ainsi, le dimanche 9 février, France Télévisions, qui dispose des droits de la Coupe Davis - et est obligée de couvrir tous les matches décisifs - et de l'Open Gaz de France, a bien failli ne pas programmer la finale de cette épreuve entre Amélie Mauresmo et Serena Williams. Heureusement, en Coupe Davis, la France a eu la bonne idée de battre la Roumanie dès le samedi soir.

Bénédicte Mathieu


Date de publication : 02/06/2003 14:02
"si ton sabre est trop court, allonge le d'un pas" (proverbe hongrois)
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#3
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
Bien sûr, l’avenir de notre sport passe par sa médiatisation. Le problème que nous connaissons actuellement avec le sabre féminin et le nombre de médailles aux JO n’est qu’un début. Sans notoriété, l’avenir du sabre et sans doute du fleuret –à terme- me paraissent incertain. Pourquoi ? Parce que le sport est un business comme les autres soumis à l’économie de marché et aux lois de l’offre et de la demande. C’est un fait, on peut le regretter certes, mais cela ne changera pas les choses : l’argent et le sport sont liés.

La question soulevée par cet article est évidemment la bonne : le fait que la FFE paye les médias pour diffuser des images sur l’escrime permettra-t-il d’augmenter le déficit de notoriété dont souffre notre sport et par la même d’attirer de potentiels annonceurs ? Est-ce la solution la plus adaptée si l’on sait que France Télévision ne diffusera que les images payées par la FFE ? Ne doit-on pas se poser des questions de fond comme : modernisation de notre sport, règles simplifiées (pour les armes de convention), matériel moins archaïque (fil de corps, masque), travail auprès des journalistes sportifs (décryptage des actions, ralentis...), simplification des tournois (4 ou 5 CM avec une vraie couverture médiatique) …

Car sans couverture médiatique, impossible de trouver des annonceurs. Sans annonceurs, pas d’argent. Et sans argent, pas de médiatisation et perte de vue dans le cosmos sportif télévisuel… et disparition á terme!

Loin de moi l’idée de jouer les Cassandre, mais je vous pose cette question simple : qui aujourd’hui accepterait d’être « partenaire » (lire en fait sponsor) de l’escrime française ? Combien d’articles dans le quotidien l’Equipe ? Combien de minutes de reportages à Stade 2 ? Savez-vous qu’en Allemagne, l’escrime occupe régulièrement les colonnes des magasines sportifs ? Pourquoi en France, alors que les résultats sont aussi bons qu'en Allemagne, l’escrime joui d’un anonymat médiatique ?

A titre de comparaison, avez-vous vu l’énorme couverture médiatique des Mondiaux de Tennis de Table ? Combien de licenciés le tennis de table en France ?... sans doute pas plus que l’escrime, mais peut être des dirigeants un peu plus imaginatifs et qui ont compris comment attirer des annonceurs… et les garder !

Date de publication : 02/06/2003 14:04
"si ton sabre est trop court, allonge le d'un pas" (proverbe hongrois)
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re: médiatisation de l'escrime
#4
De passage
De passage


Informations utilisateur
Bonjour,
Vos propos sont pertinents, mais pourraient être les solutions. Je ne suis pas sportive, mais je suis fière de voir des jeunes "français" passionnés atteindre de hauts niveaux.
Je suis prête à m'investir "à mon petit niveau" pour une meilleure médiatisation de l'escrime.
Je pense que si plusieurs personnes s'y mettent, on peut faire changer ou au moins bouger les choses.
Que peut-on faire ?
LN

Date de publication : 02/06/2003 14:20
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#5
Dort sur place
Dort sur place


Informations utilisateur
Ok, on reprend un vieux débat qui n'a jamais trouvé de solutions... Peut-être cette fois-ci?
Mais, avant, si on redéfinissait les définitions : modernisation, règles simplifiées, matériel archaïque...
??????Qu'entend-tu plus précisément par là?????
Intéressant en tout cas...

Date de publication : 02/06/2003 14:25
u------ Furball ------u
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#6
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
l'article est intéresssant et tes remarques également.
je serai bien sur heureux de voir plus d'escrime à la télévision mais pas au prix du plaisir de le pratiquer. Je m'explique :
1/ dernières images vues sur France 2 : laura flessel et vincent perez; bonne promo du film, de laura aussi mais quid de l'escrime ?
2/dans ton post tu reprends l'idée de simplifier, moderniser l'escrime.... puis à terme voir le sabre et le fleuret disparaître.
3/or étant fleurettiste, je ne tiens pas à supprimer ce qui fait l'intérêt de mon sport (conventions, nature de l'arme...) pour me gaver d'épée à la télé, d'autant plus que prétexter que l'épée est plus télégénique que les autres armes tient vraiment de la propagande : quel plaisir de voir deux sportifs sautiller sur place pendant une minute pour une touche double ?(à l'attention des censeurs, c'est une petite provoc innocente)
4/sous couvert de médiatisation, de courbettes devant le cio on est en train de saper le fleuret et le sabre en faveur de l'épée pour de mauvais motifs et des retombées qui seront certainement décevantes.
5/en allemagne les règles sont les mêmes qu'en france non ?et tu dis toi même qu'il y a une couverture médiatique supérieure alors la solution est peut-être ailleurs que dans le sabordage.

Ce qui ne veut pas dire qu'il ne faille rien changer, mais pas dans l'unique but de passer sous les fourches caudines des télévisions et du comité olympique.


Date de publication : 02/06/2003 14:41
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#7
Modérateur
Modérateur


Informations utilisateur
Personellement, je pense que pour regler ce genre de probleme il faudrait :
- une etude des positions de la camera afin de capter au mieux les actions : une camera sur tapis roulant afin de suivre les actions? plusieurs cameras en plan fixe? au dessus du tireur? a hauteur du tireur ? Enfin bref qu'est ce qui est le plus efficace pour etre pedagogique.
- Les ralentis sont extremement recherches dans tous les sports, or en escrime la maniere dont se deroule les matchs (hormis la pause a 8 touches maintenant) ne permet a un realisateur de passer des ralentis entre deux touches.
- les journalistes n'y connaissent souvent rien et se base souvent sur un consultant dont ce n'est pas le metier (malgre leur plutot bonnes performances en general), c'est souvent dommageable. Pierre Fulla a suivi l'escrime pendant 15 ans sur france 2 et n'aurait jamais pu faire la difference entre une attaque et une contre-attaque.
- Une equipe de presse permettant de distribuer des informations sur les tireurs (palmares, ils se sont deja rencontres trois fois cette annee, ...) pourrait etre interessant. Toutes les retransmissions sportives sont friants de ce genre de details pas trop difficile a recuperer (il suffit de modifier le logiciel En garde legerement pour ajouter des stats a la fin des compets et garder en memoire tous les assauts de la saison a la FIE).

enfin il y a beaucoup de choses a faire mais cela demande un investissement.

Date de publication : 02/06/2003 15:12
En escrime, la mauvaise foi disparaît dès qu'on a l'avantage
"Jules Renard"
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#8
Dort sur place
Dort sur place


Informations utilisateur
D'accord avec Chris-Cool et bopz63;

Les idées de Bopz63 sont selon moi d'excellents axes de travail : avant d'essayer de modifier nos règles, on pourrait sans doute essayer de prendre le téléspectateur (et les chaînes, pourquoi pas) par la main, afin de tout bien lui expliquer... Un bref récapitulatif des règles au début par exemple, les stats aussi qui pourraient intéresser du monde, et du ralenti :
En fait on doit pouvoir avoir le temps : immédiatement après la touche, on affiche le ralenti et on incruste l'arbitre qui donne sa phrase d'arme en même temps.
Et puis des vrais commentateurs, qui s'y connaissent, mais qui pourraient aussi introduire un côté plus "à l'intérieur de l'escrimeur", essayer d'expliquer la tactique de l'un et de l'autre, par exemple...

Pour contredetierce :
Je ne suis pas réfractaire au progrès, au contraire, mais je ne peux que m'offusquer quand on touche au sabre et au fleuret, qui méritent réellement leur place dans l'escrime... Comme disait je sais plus qui, les armes sont complémentaires !
La convention en plus, n'est pas si compliqué que ça à comprendre (on arrive bien à faire comprendre le hors-jeu et ses variantes au spectateur de foot lambda)...
Je reste persuadé qu'une initiative dans le genre de celle de la fédé canadienne (cf un fil précédent) est sûrement la meilleure voie à suivre!

Bon ça en fait des choses à faire! Au boulot

Date de publication : 02/06/2003 15:24
u------ Furball ------u
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#9
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
Citation :

chris_cool a écrit :
quel plaisir de voir deux sportifs sautiller sur place pendant une minute pour une touche double ? (à l'attention des censeurs, c'est une petite provoc innocente)
5/en allemagne les règles sont les mêmes qu'en france non ?et tu dis toi même qu'il y a une couverture médiatique supérieure alors la solution est peut-être ailleurs que dans le sabordage.


non chris cool, ce n'est pas une petite provoc innocente, c'est le fond du sujet. Si toi meme - escrimeur(se) je présume- tu te dis " des mecs qui sautillent sur place pour allumer simultanné", imagine ce que se disent les non initiés (soit 99 % des téléspectateurs potentiels) en regardant un assaut de sabre ou de fleuret... du genre : "des mecs qui bourrinent et qui avancent le bras" pour le sabre ...

le probleme est là et il faut l'admettre : notre sport est incompréhensible du grand public. Incompréhension = intéret zéro = couverture médiatique nulle = tu connais la suite.

Pour reprendre l'exemple de Pierre Fulla (un fort beau gabarit) , j'ai mis plus de 5 ans avant de faire la différence entre une attaque et une contre attaque en assaut... malheureusement 5 ans c'est un peu long pour fidéliser un public...


Date de publication : 02/06/2003 15:52
"si ton sabre est trop court, allonge le d'un pas" (proverbe hongrois)
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#10
Fait partie des meubles
Fait partie des meubles


Informations utilisateur
Citation :

Contredetierce a écrit :


le probleme est là et il faut l'admettre : notre sport est incompréhensible du grand public. Incompréhension = intéret zéro = couverture médiatique nulle = tu connais la suite.



pas si sur car je connait pas mal de personne qui ne comprennent pas grand chose mais trouve ça beau à regarder (surtout le fleuret). par contre ils ont du mal à comprendre pourquoi les deux tireurs (surtout au fleuret et sabre) pense tous les deux (innocemment ou non) avoir touché...

Date de publication : 02/06/2003 16:09
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#11
Modérateur
Modérateur


Informations utilisateur
Pour Pierre Fulla, je l'ai rencontre et ce que je voulais dire c'est qu'il se fichait totalement de l'escrime. Il etait au championnats du monde a Athenes (moi aussi) et le seul jour de la semaine ou il a reussi a venir au gymnase, il a passe son temps a vendre son nouveau projet de briquets, pour finalement faire une interview de l'equipe de france a l'aeroport de roissy.
Ce que je voulais dire par la c'est que si les journalistes ne sont pas un minimum interesse par ce qu'ils font, le sport ne pourra pas decoller. L'escrime et les petits sports doit surement etre vu comme une corvee par les journalistes qui n'y connaissent rien. Ca m'embete de dire ca mais ces gens la, on doit les prendre par la main, etre tres gentil avec eux, leur expliquer le minimum, et esperer qu'il s'interesse au sport. Les journalistes sont trop souvent consideres comme des personnes qui connaissent un peu l'escrime mais a mon avis c'est faux.
Ce sont a mon avis les premieres personnes a qui on doit faire decouvrir le sport de facon a ce que l'information puisse circuler plus facilement ensuite.

Date de publication : 02/06/2003 17:34
En escrime, la mauvaise foi disparaît dès qu'on a l'avantage
"Jules Renard"
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#12
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
Citation :

bopz63 a écrit :
Ce sont a mon avis les premieres personnes a qui on doit faire decouvrir le sport de facon a ce que l'information puisse circuler plus facilement ensuite.


Absolument d'accord, il faut intéresser les journalistes. Mais comment faire ?

Il faut bien comprendre les motivations d'un journaliste. Un journaliste ne se déplace pas seulement pour l'esthétisme d'un sport, mais uniquement si il y a une demande (et un intérêt) de la part de ses clients (auditeurs, spectateurs, lecteurs...).

Prendre par la main les journalistes OK ... mais aussi les spectateurs (et on retombe sur mes propositions initiales à savoir moderniser notre sport)


Date de publication : 02/06/2003 17:44
"si ton sabre est trop court, allonge le d'un pas" (proverbe hongrois)
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#13
Fait partie des meubles
Fait partie des meubles


Informations utilisateur
Cela me fait penser à un excellent article paru dans l'Equipe Magazine, sur les Championnats du Monde de la Chaut de Font en 98 (si ma mémoire est bonne):
les journalistes ont raconté leur mécontentement d'aller couvrir cette compétition et comment ils se sont pris au jeu pour totalement redécouvrir notre sport et passer une semaine inoubliable dans une superbe ambiance.

Un autre article est paru sur les Maîtres d'Armes dasn le même magazine il y 2 ans.

Tout cela pour dire que oui, les journalistes quand ils reviennent d'une compétition ils sont entousiastes
Mais que malheureusement ils ne poussent peut être pas assez les portes d'une gymnase et d'une Salle d'Armes.

De plus pour tenter de convaincre les journalistes de parler un peu plus souvent de l'escrime, le Fédération organise chaque année : Le Tournoi des Médias, invitant des journalistes à s'initier à l'escrime pendant une matinée.

Date de publication : 02/06/2003 17:47
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#14
Habitué
Habitué


Informations utilisateur
Citation :

Nebe a écrit :
De plus pour tenter de convaincre les journalistes de parler un peu plus souvent de l'escrime, le Fédération organise chaque année : Le Tournoi des Médias, invitant des journalistes à s'initier à l'escrime pendant une matinée.


Combien de participants l'année derniere ???

Date de publication : 02/06/2003 17:50
"si ton sabre est trop court, allonge le d'un pas" (proverbe hongrois)
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut


Re:
#15
Dort sur place
Dort sur place


Informations utilisateur
Citation :

tu te dis " des mecs qui sautillent sur place pour allumer simultanné", imagine ce que se disent les non initiés (soit 99 % des téléspectateurs potentiels) en regardant un assaut de sabre ou de fleuret... du genre : "des mecs qui bourrinent et qui avancent le bras" pour le sabre ...

Si je peux me permettre c'est là qu'on sent l'épéiste !!!! Warf!
Plus sérieusement, la plupart des copains que j'ai emmené dans un gymnase sont ressorti agréablement surpris, et donnaient l'impression d'avoir découvert qqch qui leur avait plu... Pourquoi pas les spectateurs???
Avec un minimum d'explications, je persiste et signe, je suis sûr qu'on peut intéresser du monde...

Et pourquoi pas une sorte d'attaché de presse aussi pour les journalistes, qui jouerait justement le rôle du "preneur de main"?? Un mec (ou une fille bien sûr) qui s'y connaitrait en escrime et en TV (ça doit pouvoir se trouver), et qui ferait le relais entre les escrimeurs et la TV...


Date de publication : 02/06/2003 20:05
u------ Furball ------u
Twitter Facebook Google Plus Linkedin Del.icio.us Digg Reddit M. Wong Haut








[Recherche avancée]


Escrime-Info : Mentions légales