https://www.facebook.com/duhelloapp/
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
76 utilisateur(s) en ligne (54utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 0
Invités : 76

plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (escrime123)

BasBas



Re : L avenir du sabre
#1
De passage
De passage


Cher Petit breton,

En tant qu’ancien sabreur passionné, je lis parfois les posts sur escrime info. Ayant un regard extérieur, je n’ai aucun intérêt personnel dans cette discussion. Cela dit, je suis assez choqué de ce que tu écris, puisqu’en menant des recherches par moi-même, j’ai pu me faire une idée de comment tu déformes la réalité.
Tous tes précédents messages démontrent soit une grande méconnaissance du système, soit une mauvaise foi tout aussi grande.
Le sujet de la discussion étant “l’avenir du sabre”, je vais partir du principe que chacun veut faire avancer l’escrime française, et donc ne pas t’attribuer de mauvaise foi. Je suis donc aller vérifier la majorité des points que tu évoques dans tes posts :

-tu sembles mêler beaucoup de choses, et confondre les sujets, cela embrouille la discussion.
Par exemple, quand tu parles du travail des pôles, il est intéressant d’analyser qui sont les membres des pôles ces dernières années. Pour les deux pôles sabre (Orléans et Tarbes), il est bon de noter que les pensionnaires sont (ou ont été) en majorité licenciés dans les clubs hébergeurs.
De plus, la dissociation du pôle d’Orléans a été décidée par la fédération l’année dernière, et l’on peut penser que c’est une bonne chose, puisque cela dissocie la structure d’un lien de subordination à un club. Cela n’enlève en rien de la valeur au travail qui a été effectuée par les deux structures, bien au contraire. D’ailleurs, le pôle relève dames compte 8 tireuses, ce qui est très bien pour un groupe pouvant s’entraîner avec les senior.

Dans un système fédéral pyramidal, comme il est organisé actuellement, nous avons :
*les clubs, qui mettent en garde des tireurs
*les CREFED, qui prennent en charge les meilleurs tireurs régionaux
*les pôles relève, qui poursuivent la formation entamée par les deux structures précédentes afin d’accéder au haut niveau
*l’INSEP, qui peaufine le travail et fait émerger le très haut niveau pour des médailles olympiques.

Si les tireurs ne suivent pas ce parcours, il est bon de s’interroger sur les raisons de ce choix. Elles peuvent être diverses : Vouloir choisir leur entraîneur et le groupe dans lequel ils s’entraînent, Club perçu comme suffisamment compétitif pour y rester, Choix d’une autre structure qui paraît plus compétitive/organisée, Pas forcément envie de quitter la famille pour certains,...etc
Le sport français évolue, et son organisation aussi.

-parler de gourou, c’est mettre de côté le libre arbitre des tireurs, et les considérer comme incapables de prendre des décisions de vie. Si l’on parle des seniors et M20 , ça me paraît ridicule. Si l’on parle des mineurs (M17 et jeunes M20), cela voudrait dire que les parents ne peuvent pas prendre des décisions éclairées pour leurs enfants…
La vraie question, qui n’a pas vraiment été posée jusque là, serait plutôt : Pourquoi les tireurs veulent ils partir de l’INSEP? Mettre le doigt sur les conséquences, plutôt que sur les causes, c’est se tromper de point de vue.

-Pourquoi être pessimiste? Si chaque tireur peut choisir sa propre structure, cela permettra de développer l’offre des clubs sur le territoire (ce qui est dans les promesses de campagne de Bruno Gares), et donc de permettre aux tireurs de trouver les conditions d’entraînement qui leurs conviennent le mieux. L’émulation sera d’autant plus élevée sur le territoire, et le nombre de tireurs de bon niveau pourra donc être plus élevé qu’à l’heure actuelle. C’est ainsi par exemple que s’organise le système italien.

-Tu parles de financement fédéral pour l’académie privée de Bauer : c’est totalement faux. D’où tires-tu cette information?
Tu parlais de l’article mettant en avant la section sportive du club Orléans : l’article dit que c’est celle ci que le président est venue mettre en avant, et non la Bauer académie (qui n’est d'ailleurs même pas mentionnée).
J’ai l’impression que tu ne fais pas la distinction entre
1. la section sportive (qui est une structure de l’education nationale destinée à former de jeunes tireurs licenciés à la FFE à l’accession au haut niveau tout en poursuivant un cursus scolaire normal),
2. la Bauer académie, qui est une structure privée s’entraînant dans la salle d’Orléans.
AUCUNE des 2 structures ne fonctionne grâce à “l’argent de tous”, comme tu le dis. La Bauer Académie est privée, et la section sportive d’Orléans fonctionne grâce au club et à la participation des tireurs. Encore une fois, tu sembles mal informé sur le sujet, c’est pourquoi il est bon de spécifier tout cela ici. Si la fédé ne souhaite pas profiter de la présence de Bauer en France, on peut comprendre qu’un club essaie de le faire.
Quant au fait de payer “une fortune”, je te suggère d’aller poser directement la question aux maîtres Bauer et Schneider sur le coût de leurs structures respectives, tu pourras nous éclairer de manière certaine, plutôt que de balancer une rumeur sans fondement.

-concernant ton sujet sur les commissions, de quoi parles tu? au sabre homme, 2 des sélectionneurs sont du club de Tours, au sabre dame, 1 sélectionneur est d'Orléans, les 3 autres de clubs différents…? Les commissions ont pour but d’aider au développement de l’arme, de fixer des critères de sélections (donc pas forcément de sélectionner arbitrairement)...etc ; il est sans doute exagéré de prêter de telles influences sur quelques personnes, surtout quand on voit que souvent, les entraîneurs nationaux décident des sélections seuls (ou avec les présidents de commissions).

-Tu créé une distinction entre les “Vrais Maîtres d’armes passionnés”, et les autres, pourrais tu nous éclairer? Les clubs formateurs au sabre, qui sont-ils, et quelle est ta définition d’un club formateur?
Comme dit plus haut, un club peut mettre en garde des tireurs, et les envoyer en structure car il n’a pas les moyens ou l’opposition nécessaire pour poursuivre leurs formations. Le pôle ou le club accueillant ce tireur sera lui aussi formateur, c’est simplement que nous ne parlons pas du même degré de formation. Si les clubs mettant en garde de bons tireurs souhaitent les garder, alors il doivent se structurer afin de leur proposer un cadre d’entraînement et des financements pour partir en compétition. Cela ne diminue en rien le travail des maîtres d’armes qui sont dans des clubs que tu appelles “formateurs”, au contraire.

Il est bon de se rappeler de ça, afin de ne pas cracher sur tous les clubs qui permettent aux athlètes de partir en coupe du monde (voire à leur dégager un petit salaire) grâce à leurs financements propres (Strasbourg, Orleans, Paris RCF, Roubaix, Gémenos, Maison alfort… mais aussi Tarbes, Pau, Souffel, Clamart...etc, chez les hommes par exemple). Ces clubs participent à la professionnalisation de notre sport, car, s’ils n’étaient pas là pour payer les athlètes, comment feraient ils pour (essayer de) s’aligner sur les étrangers? La fédération n’a peut-être pas (encore) le budget pour salarier 12 athlètes par arme. Et il faut bien se loger et se nourrir, avant de s’entraîner.
Chaque club et structure à sa part dans l’évolution des athlètes, du premier au dernier maillon de la chaîne. Il faut sans doute penser à des moyens de reconnaître les clubs qui mettent en garde les bons tireurs, peut-être peux-tu nous proposer des solutions?

Date de publication : 17/04 20:03
Haut






Escrime-Info : Mentions légales