http://www.stagescrime.com/accueil.html
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
92 utilisateur(s) en ligne (3utilisateur(s) en ligne sur Articles)

Membres: 1
Invités : 91

Ifeche, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Qu’est-ce que le fleuret ? (1)

Partie 1
Posté par Malicia sur 09-03-2020 12:30:00 (958 lectures) Articles du même auteur

Années 2200 : bisbille dans l’airsoft

Voilà plus d’un siècle que les armes à feu ont disparu. Objet technologiquement dépassé, les armes à feu consistaient en des tubes projetant une bille d’acier de forme allongée au moyen d’un gaz en combustion. On imagine les dégâts que cela pouvait provoquer sur les cibles, mais également sur le climat, puisqu’était émis du CO2 lors cette opération de tir.

Les armes à feu ne furent qu’une technologie transitoire qui ne perdura que sept siècles du 14e siècle au 21e siècle, et qui constitua un art de combat. Dès le 21e siècle, cet art martial se transforma en sport avant que de disparaître plus tard définitivement des champs de combat. Ainsi, fut créé l’air soft, discipline sportive disposant de sa fédération, et qui développa des compétitions à partir de la seconde moitié du 21e siècle.



Cette discipline est aujourd’hui discipline olympique depuis le depuis de 22e siècle, notamment au travers son épreuve phare : le combat au glock. Le glock est inspiré d’une ancienne arme à feu, que l’on nommait arme de poing ou pistolet : écologie oblige, le glock fonctionne aujourd’hui à l’air comprimé.

Une vive contestation s’élève aujourd’hui dans le milieu de l’airsoft, la fédération étant accusée de laisser ses arbitres de violer le règlement. En effet, depuis quelques années, les tireurs, c’est ainsi que l’on nomme les pratiquants, ne visent plus directement leur adversaire. En effet, pour toucher de leur projectile, il tire sur les murs de la salle pour faire ricocher la balle et ainsi atteindre leur cible mobile. Les arbitres internationaux se sont mis à valider et à accorder le point. L’effet ne s’est pas fait attendre, et les arbitres des niveaux nationaux ou régionaux devant cet exemple, ont aussi accepté les coups par ricochet.

Des protestations se sont élevées immédiatement : comment peut-on accepter les coups par ricochet alors qu’avec les armes à feu, le ricochet est rare, mais lorsqu’il se produit, impossible à maîtriser quant à la direction. Les opposants s’offusquent qu’on admette une pratique qui n’a rien à voir avec ce sport de combat, qui n’est absolument pas dans la logique d’un combat à l’arme à feu. Ils réclament que l’on respecte de simples principes : on vise et on dire en ligne droite sur sa cible.

D’autres veulent continuer le tir au ricochet et le défendent : « À ses origines, l’airsoft était une arme d’entraînement et d’étude au tir. Contrairement au glock 17, l’airsoft, n’a jamais quitté le milieu fermé des champs et salles de tir : il ne fut utilisé ni sur les scènes de bataille ni dans les duels ». Et d’ajouter : pourquoi vouloir interdire les ricochets, puisque l’airsoft n’a rien à voir avec le combat.

Les positions sont donc tranchées, et à notre tentative d’interroger la fédération d’airsoft, celle-ci a répondu par le communiqué lapidaire suivant : « La fédération d’airsoft précise qu’elle entend défendre et promouvoir l’airsoft afin de développer la pratique au bénéfice de tous ».

Années 2020 : bisbille dans l’escrime

L’escrime est sport de combat, héritier du combat à l’arme blanche né il y a quelques millénaires, à l’âge de bronze. L’escrime est devenue un art martial tombant en désuétude progressivement au 19e siècle sur les champs de bataille puis pour le duel, et qui s’est transformé en sport de combat.

Aujourd’hui, l’escrime est en crise : de manière générale, mais en particulier pour son arme la plus emblématique, le fleuret. Le règlement du fleuret est ouvertement violé par des arbitres qui ne reconnaissent plus des évidences : pour attaquer son adversaire, il faut le viser ; l’escrime ne consiste pas à rechercher à se faire toucher pour toucher ensuite son adversaire. Ainsi, le fleuret sort de toute logique de combat que sa convention est censée préserver.

Et il n’est pas du tout anodin que le problème se passe sur une arme en particulier : le fleuret. Parce que le fleuret, c’est véritablement l’arme historique de combat, fruit d’un long héritage martial, dont dérivent, d’une certaine manière, l’épée ou le sabre pratiqués actuellement.

Mais le problème, c’est que beaucoup n’ont compris ce qu’est vraiment un fleuret.

Voyez, je lisais les conseils du site Décathlon sur l'escrime : " À ses origines, à la fin du XVIIIe siècle, le fleuret était une arme d’entraînement et d’étude de l’escrime. Contrairement au sabre et à l’épée, le fleuret n’a jamais quitté le milieu fermé de la salle d’armes : il ne fut utilisé ni sur les champs de bataille ni dans les duels. ."

(phrase que vous pourrez placer dans un moteur de recherche et vous verrez qu’elle figure sur de nombreux sites de club d’escrime)

Alors, c’est ce qui se répète ad nauseam et qui est totalement FAUX.

D’abord, c’est erroné juste du point de vue de la chronologie.

On appelle fleuret, ou brette, une épée rabattue et sans pointe. Le bouton, c’est le bout de l’épée rabattu et ramasser un bouton. Le bout du fleuret c’est l’estoeuf ; ou cuir rembourré qu’on met au bout, afin qu’en donnant on ne meurtrisse. Aussi dit-on au garçon, mettez un bout au fleuret.

René François pseudonyme du père Étienne Binet, Essay des merveilles de la nature https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6261501s - 1622

Et puis aussi, en 1573, même si c’est en provençal : «  Approchas vous aucuns Hou raco d'escrimaille Quembe vostre flourès Fasez ben pauc que vaille »

Traduit « Approchez-vous tous, Race d’escrimailleurs qui de votre fleuret faites bien peu qui vaille »

Traicté contenant les secrets du premier livre sur l'espée seule, Henry de Sainct Didier, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1520818c/f30.image - 1573

Voyez, c’est comme si en 2500, on vous disait que l’iPhone a été inventé en 2200.

Au-delà de la chronologie, le fond est tout aussi trompeur.

(à suivre)

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Discussion
Escrime-Info : Mentions légales