https://www.stagescrime.com/
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



Connexion sécurisée

Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
144 utilisateur(s) en ligne (35utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 0
Invités : 144

plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (cheben)

BasBas



Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#1
Habitué
Habitué


Citation :

Oriola a écrit :
Désolé mais vous n’y êtes pas du tout . Je suis pour que les maître d’armes soit bien payé et c’est certainement pas moi qui les payent au lance pierre .
La situation que je décris est simple et concrète mais vous n’y répondez pas . Vous préférez vos grands discours moralisateurs…. Avec votre approche le petit club de 25 licenciés il est condamné à fermer car il sera incapable en l’état de proposer un temps plein bien payé à un maître d’armes. Avec votre vision des choses l’enseignement est réservé aux professionnels et les bénévoles sont forcément incapable dans ce domaine. Avec votre vision des choses il ne restera plus que 500 clubs en France et c’est suffisant pour alimenter le haut niveau.
Pour vous bénévolat est synonyme de médiocrité ….


UN bénévole PEUT être compétent.
Un bénévole sur combien ?

LES bénévoles encadrants auront bien plus de chances d'être compétents si ils sont formés et encadrés (pas forcément sur chaque cours) par des professionnels compétents et valorisés dans leur fonctions.
J'enseigne seul dans une commune de 9000 habitants, donc on est pas sur du "gros club professionnel " comme vous le dites. Par contre on a + de 100 adhérents.
Je suis POUR faire enseigner (dans un certain cadre) les bénévoles, et j'irais plus loin, enseigner les principes de base de l'animation et de l'entraînement à tous les jeunes competiteurs de +de 15ans possible.

Derrière tout ça il faut un professionnel.
Qui pourra faire passer votre club de 25 à 100 ou le placer en entente avec deux autres clubs du même gabari.
Ça n'empêche pas d'intégrer des enseignants bénévoles (un minimum formés quand même aller chercher le diplôme d'animateur pour les jeunes et d'educateur pour un adulte c'est un peu d'investissement mais pas la fin du monde).
Mais si c'est sur eux que vous comptez en premier plan, on vivote et on continue le turn over du metier de maître d'arme. Valoriser l'emploi et la formation de ces derniers, en revanche, peut intégrer ensuite l'enseignement par des bénévoles. Sauf que ces bénévoles enseigneront mieux et fideliseront mieux, et ne feront pas office de main d'œuvre court-circuitant l'emploi des maîtres d'arme.

C'est une vision, qui n'est peut-être pas la vôtre.

En revanche moi je partage la votre. Il faut faciliter l'enseignement bénévole. Mais surtout pas en premier lieu

Date de publication : 21/02 22:56
Haut


Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#2
Habitué
Habitué


Citation :

Oriola a écrit :
Un dernier point , je pense que vous devriez passer le DÈS qui complètera certainement votre démarche de perfectionnement dans votre métier….


Bon, c'est la preuve que je me suis fais mal comprendre

Date de publication : 21/02 10:58
Haut


Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#3
Habitué
Habitué


Je n'ai jamais dit que pousser les enseignants à développer des compétences autres que celles de "l'art de l'assaut" c'était pour augmenter le niveau de l'escrime française.

Et je ne parle ni de doctorat ni de DEJEPS qui poussent à la recherche ou à l'entraînement de haut niveau.
Un éducateur territorial (multisport) n'est pas tourné vers le haut niveau. Pourtant ils ont des compétences qui touchent au développement de la pratique et à l'éducation.

Pour former vos bénévoles à faire 2h/semaines dans un club il faudra bien un professionnel.

Actuellement on a aucune valorisation des compétences des professionnels de l'escrime car on considère que 1an à donner la leçon sans suivi de la formation en club suffit à être acteur du développement de l'escrime.
On a pas la philosophie de l'éducation, du développement de l'activité pour tous et les bases de pédagogie pour réellement fidéliser des escrimeurs, car les compétences qui sont développées chez les enseignants ne touchent que le perfectionnement de l'escrimeur pour courir derrière le rêve olympique.

Tant qu'on ne mettra pas en avant qu'un professionnel de l'escrime doit être un enseignant et un éducateur competant (pour enseigner et éduquer), on les payera au lance pierre et on aura rien pour abonder dans le sens du développement de la pratique.

Date de publication : 21/02 10:50
Haut


Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#4
Habitué
Habitué


Citation :

Oriola a écrit :
Vous êtes dans la caricature…. Je pratique aussi l’escalade et le club fonctionne uniquement avec des bénévoles. On vous l’apprend la sécurité de la structure artificielle à la grande voie en milieu naturel.
Simplement rendre plus facile l’ouverture de la salle par des bénévoles c’est pas compliqué. Aidé à l’investissement en matériel quand le club grossi ce serait bien aussi . Le problème c’est que c’est vous dans votre club au fonctionnement professionnel qui allait nous dire à nous a notre niveau amateur comment on doit faire. Le bilan de cette situation il est simple, les petits clubs ferment….


Initier à l'escrime, donner les règles,assurer quelques séances d'assaut et animer la séance. Un bénévole animateur fédéral peut le faire sans problème.
Cette fonction (petit club/enseignant bénévole) est nécessaire pour la pratique.
Mais si à on monte dans les échelons(Enseignant d'un comité départemental /régional, formateur de cadres) et qu'il n'y a pas des compétences plus approfondies dans l'enseignement de l'activité et son développement, c'est ici que le bas blesse.

À chaque fois on entend "oui mais dans le sport d'à côté la salle est ouverte par des bénévoles"...vous ne voyez pas l'autre côté de l'iceberg. L'autre côté de l'iceberg ce sont les professionnels qui assurent le développement de la discipline, qu'on ne retrouve certes pas tout le temps dans ces petits clubs mais a l'echelon du dessus.

Si le développement d'un sport et l'enseignement de qualité vous intéresse,allez parler à un enseignant d'une discipline sportive en staps et vous comprendrez que dans les disciplines plus développées ce n'est pas le même niveau de compétences que l'on encourage à développer (en tout cas pas sur les mêmes sujets)

Date de publication : 21/02 02:06
Haut


Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#5
Habitué
Habitué


Citation :

Morkem a écrit :

Mais enfin... Vous, comme skiipy, critiquez une formation de 18 semaines, en mettant en face une liste à la Prévert qui demande 3 années de faculté au minimum pour les appréhender à peu près... Soyons sérieux un minimum...



Vous m'avez mal compris
-D'une part les BASES des notions que je cite peuvent être intégrées dans la pratique dès lors qu'elles sont maîtrisées par le formateur. Je ne parle pas de dérouler 3ans de contenu de licence de staps en accéléré devant un écran.

-Ensuite car il s'agit d'une question de priorité: on se demande d'abord comment apprend et se developpe un individu dans un contexte ou on se demande d'abord comment un escrimeur développe son expertise dans une arme de spécialité? je vous laisse imaginer ce que des stages composés à 70% de leçon individuelle indiquent comme priorité. Actuellement, rien n'encourage quelqu'un qui veut en faire son métier de passer le BP dès lors que son niveau technique en tant qu'escrimeur lui permet de passer les tests d'entrée en DE

-Enfin ,mon propos principal était d'indiquer que rien, dans ce qui est proposé comme formation par la FFE, ne pousse les maîtres d'armes à s'ouvrir à autre chose que notre belle culture fermée de l'escrime française et à aller voir ce qui se passe dans un corps humain ou à s'interroger sur les trésors de méthodologie qui ont été écrits ces dernières années dans d'autres discipline.

Citation :

Morkem a écrit :
Si vous ne vous sentez pas assez compétent après 18 semaines, peut être auriez vous du commencer par là monsieur Cheben ?


Je m'excuse mais je vous trouve hors propos.
Reconnaitre ses incompétences c'est le lot d'avoir un travail quotidien dont le but est d' enseigner à des humains. derrière je remet en question la qualité de ma formation et du milieu dans lequel j'évolue professionnellement, et donc dans la suite logique moi même.

Je ne fustige personne, ni l'institution qu'est la FFE. En revanche je me permet d'en reconnaître les failles, tout comme je reconnais celles de la filière staps dans laquelle j'ai aussi été formée.

Date de publication : 21/02 01:41
Haut


Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#6
Habitué
Habitué


Citation :

Oriola a écrit :
Il y a beaucoup de ces sujets qui peuvent être traité en distanciel sous formes de e-learning,que ce soit en formation initiale ou en formation continue….mais ça demande un peu d’investissement de la part de l’organisme de formation et de la motivation pour les apprenants.


Une partie oui.
Mais pour avoir cette motivation il faut déjà reconnaître son incompétence (ça fait mal sur le coup mais une fois qu'on s'habitue ça fait du bien). D'où mon propos. La meilleure manière de s'en rendre compte est d'aller voir ce qui se fait dans les autres disciplines.

Date de publication : 20/02 14:16
Haut


Re : Rémy Delhomme candidat à la présidence de la Fédé
#7
Habitué
Habitué


Pour abonder dans le sens de Skippy, je suis sorti il y a 6ans de mes certifications de DEJEPS avec une impression "bon, je viens de gagner mon droit de commencer à apprendre le metier (en étant payé)".

On sort du DEJEPS avec des prérogatives, peu de compétences:
-Un peu "d'expertise" sur les aspects technico-tactiques aux 3 armes et les bases pour donner la leçon correctement
-Une sensibilisation au développement d'un club
-Les bases des séances collectives spécifiques escrime (si la formation en club a été faite correctement)
-Plein de questions en tête (normalement)

Au niveau des connaissances sur les dimensions psycho-motrices des pratiques sportives, de l'apprentissage moteur de l'enfant, du développement des qualités physiques, du coaching et des relations entraineur-entrainé, de la planification et methodologie de l'entraînement, des adaptations physiologiques à la pratique, de l'anatomie, c'est 0 pointé.
Et quand je dis 0 c'est 0, nada.

Je ne dis pas ça pour descendre la formation du DE. En 12 mois un stage toutes les 3 semaines on fait ce qu'on peut.
Avec une philosophie globale centrée sur la leçon individuelle on est vite limité de toute manière....

Par contre ça ne suffit pas du tout pour se dire compétent. il suffit d'aller jeter un coup d'oeil dans les autres sports pour voir qu'un gars compétent, soit il a un DE+ une grosse expérience de terrain et une base de connaissances académiques qu'il a été chercher seul, soit un DE+ une formation staps+ des années de terrain.

C'est hors sujet mais ça me fane de voir qu'on est tellement fermé sur notre petit milieu niche qu'on ne se rend pas compte qu'effectivement, la formation des enseignants est à revoir.

Date de publication : 20/02 13:13
Haut


Re : Votre avis sur les meilleures épées pour débuter en escrime ?
#8
Habitué
Habitué


quelle tristesse que le moindre nouveau venu sur l'unique forum français d'escrime reçoive un tel accueil.

Ines, si vous débutez l'escrime, vous devez avoir pris une licence, dans un club, qui a donc un enseignant. Le mieux serait d'en discuter avec lui.

Globalement il n'existe pas "d'épée idéale" pour debuter.

1)Il faut que vous choisissiez la poignée (droite ou cross). Pour ça voyez avec votre maître d'armes.


2)Toutes les lames finissent par casser un jour, de fatigue, après avoir plié entre ~1000 et ~7000 fois sans forcer pour une lame d'épée.
Donc le deuxième choix c'est la qualité de la lame
Certaines lames sont de meilleur qualité (résistance) que d'autres. Ce sont celles en alliage "maraging". Un peu plus lourdes en revanche.
Le prix double aussi largement.

A part ça il n'y a pas de "type d'épée". Vous pouvez pour l'instant considérer que ce sont toutes les mêmes.

Pour le reste de l'épée (coquille,coussin, prise de garde, tête de pointe), pas à se poser de questions, il n'y a pas de détails qui fassent la différence pour un débutant

En somme à part le choix du type de poignée, prenez l'épée qui vous convient en terme de prix, puisque vous debutez vous ne sentirez pas les différences.

Date de publication : 26/01 00:55
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#9
Habitué
Habitué


Je ne suis pas seul à partager cette vision, je connais des collègues qui ont la même.
D'autres ne font pas l'effort de décortiquer les subtilités et se basent uniquement sur l'arbitrage "d'intention" international. Je les comprends aussi puisque ils cherchent seulement la performance.

D'accord avec vous sur les cas de figure que vous presentez.

Pour l'histoire du double retraite-fente encore une fois heureusement, chez les plus jeunes l'action va avoir tendance à toucher seul. Mais je lui donnerais effectivement la touche si l'action est faite sur la marche...Sinon on se retrouve dans le cas de figure 1.

Plus tard, on aura aussi des arbitres qui vont considérer que dès qu'il y a une esquive ou une parade d'opposition après l'attaque sur la préparation, c'est que le tireur n'a "pas assumé son attaque ". J'évite avec les jeunes de leur donner cette consigne ... c'est quand même assez dur pour eux de toucher avec une exécution parfaite sans avoir la main qui se déplace.

Mais le jour où le cas de figure se présente...Ben on s'adapte à l'arbitre, j'explique pourquoi l'arbitre ne donne pas le point, et ensuite on va travailler deux actions:
-L'attaque sur la préparation (dans les 4m, ou composée sur la recherche de fer) "assumée" avec un développement net, la main haute, le bras bien allongé.
-Le coup de temps d'opposition (en fente, marche, sur place, en inquartata...) où l'on cherche à toucher sans être touché.
Ça c'est pour du M13, avant, ça touche assez seul pour ne pas avoir à s'en occuper (tant qu'ils exécutent le développement correctement)


Pour la pointe en ligne, je me base aussi sur ce qu'on nous impose à plus haut niveau. La ligne doit être faite nettement en avance. Malheureusement on devrait pouvoir se baser sur le temps d'escrime, mais quand les arbitres donnent la ligne c'est plutôt deux temps d'escrime...
Si l'attaque est faite immédiatement après le tomber court, point pour celui qui a fait tomber court.

Date de publication : 13/12 10:24
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#10
Habitué
Habitué


Citation :

Oriola a écrit :

Enfin je vous ferait remarquer que la vidéo que vous montrez est l'aboutissement de ce que le fleuret traditionnel a permis comme élaboration du geste technique.Il n'y a pas dedans de situation que l'on pourrez rattaché au fleuret moderne comme une flèche bras court ou autres mouvement spécifique a la convention qui donne la priorité au mouvement du corps vers l'avant ...


C'est bien ce que je dis, on n'apprend pas ça à un M15. (a la rigueur, se fendre lors d'une attaque sur la marche de l'aversaire, pourquoi pas)
Vous remarquerez cependant qu'on ne verra jamais l'élève attaquer après une retraite, attaquer sans engager ni battre le fer après que le maître ait lui même fait un engagement ou un battement, ni encore faire d'arrêt sur le depart d'une attaque composée...actions pourtant prioritaires selon le règlement.

Bien sûr que l'attaque sur la préparation s'inscrit dans une logique de combat.

Quand à un règlement différent pour les jeunes...

Très bien, qui met en place, qui l'assume ?

Personnellement je demande à mes arbitres club ou de mon comité départemental d'être attentif au règlement sur les jeunes categories.
Principalement sur un point: l'attaque doit être faite en fente (en developpement plus précisément). A partir de là deja on reduit drastiquement les problèmes. Car "raccrocher" en fente sur une attaque dans la préparation n'est pas si simple pour un enfant. Il a peur d'être touché (logique) et donc en essayant de "raccrocher" il va se contorsionner, se bloquer sur place, garder le bras plié...Donc ce n'est pas une fente, donc je ne lui donne pas la priorité. Déjà on est tranquille sur pas mal d'"abberations"

Bon, malheureusement il faut quand même les préparer à la suite... Donc si le tireur 1 marche, le tireur 2 se fend, le tireur 1 "raccroche" sans s'être arrêté et avec un développement net, je donne la priorité au tireur 1.
Idem sur la reprise de priorité avec un engagement ou un battement, qui ne sont pas dans le règlement non plus.
Idem sur l'arrêt exécuté avant la finale d'une attaque composée, que je ne donnerais pas prioritaire.

En gros je fais en sorte de limiter la casse sur l'attaque dans la préparation, mais il y a des entorses au règlement, car si on s'éloigne vraiment trop du "fleuret moderne" ils vont vite être perdus en sortant du département.

De toute façon, je n'ai d'impact qu'à l'echelle de mon club et de mon CD. Donc quand on me demande ce que je pense de telle mesure hypothétique, c'est bien beau, mais qui s'en occupe?

Bref, on tourne en rond.

Pendant ce temps, l'accompagnement du parcours de competiteur de mes fleurettistes est une expérience formidable, et je doute qu'il l'aurait été moins ou d'avantage si nous respections une logique plus martiale.


Discuter d'un hypothétique règlement sur lequel je n'ai aucun pouvoir, ça me barbe.
Qu'on ne respecte pas les règles écrites, ça me barbe.
Sur ces deux derniers points le tour de la question a été fait sur ce fil , je ne ne suis plus intéressé .

discuter de la formation des fleurettistes plus ou moins conforme au règlement en fonction des étapes d'age et de niveau, ca je veux bien.

Date de publication : 12/12 23:10
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#11
Habitué
Habitué


Je pense qu'on peut quand même pondérer l'idée du consensus.

Vous avez effectivement des actions, des patterns très caractéristiques sur lesquel tous les tireurs et arbitres son d'accord (bien qu'ils ne respectent pas le règlement).

Maintenant on a quand même beaucoup d'arbitrages différents en fonction des pays et de l'époque.

Depuis 3 ans on commence à revoir des priorités données par l'allongement du bras lorsque les deux tireurs commencent à avancer en même temps (en France).
Maintenant quand vous allez sur une compétition internationale ou même un circuit national, il faut souvent s'adapter aux arbitres.
"regarde, lui il donne le bras" "lui il regarde que le blocage des jambes" "lui il donne jamais la ligne" " lui il considère que la recherche de fer, on peut pas savoir si c'est une recherche de fer". Ça c'est des discussions qu'on a frequemment avec nos tireurs.

C'est d'ailleurs tout un art que de s'adapter à l'arbitre.

Donc sur ce plan le règlement technique est beaucoup, beaucoup plus clair.

Aucun arbitre ne le respecte, il y a un consensus (sinon on ne pourrait plus tirer), mais il y a aussi des évolutions fréquentes et des points de vue différents en fonction des arbitres et des nationalités...tout ça parce que ce qui est écrit n'est pas respecté, et parce que beaucoup n'ont jamais lu le T170.

Date de publication : 12/12 15:05
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#12
Habitué
Habitué


Citation :

botha a écrit :
Mais les jeunes catégories qui font des tournois internationaux (et pas que mais je connais pas tous les jeunes de tous les clubs) l'applique déjà, j'ai vu tiré des jeunes récemment et ils appliquaient bien les règles actuelles, donc ça veut dire que leur maitre d'armes leur apprend bien cela.
Pour quelle raison on mettrais une séparation des règles entre jeunes et adultes, je vous avoue que je suis plus confus par cette idée qu'autre chose.
Il faut uniformiser l'apprentissage à tous les niveaux sinon on va se retrouver avec des jeunes désavantagés sur la scène internationale ou par rapport à d'autres clubs appliquant d'autres règles.


Mais un "jeune" qui fait des compétitions internationales au fleuret, c'est minimum un M15 surclassé, et le gamin a facilement 6 ans d'escrime pour en être là.

Il a eu le temps de passer un sacré paquet d'etapes.

Les jeunes dont parle d'oriola, c'est 1,2,3 ans d'escrime, en M9,M11,M13 (M15) je pense.
Et avec eux, si on commence à leur dire "avance et enlève le fer pour attaquer" et à systematiser ce comportement ça risque de pas être joli pour la progression.

Au pire allez voir sur youtube:
https://youtu.be/wdvG6azOEgE?si=GNEZ-0jyyg6UAU0N
( je suppose que c'est une M15. On est pas sur des abberations comme le décrit malicia)

Date de publication : 12/12 14:30
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#13
Habitué
Habitué


Citation :

Oriola a écrit :
Quand je parle de jeunes, je vais préciser un peu ….
Je parle des catégories m9-m11 pour lesquelles le fleuret a constitué jadis un tronc commun fleuret-épée…. Je ne pense pas que dans ces catégories on puisse apprendre à un enfant de marcher en avant pointe en l’air ou au sol . On pourrait lui apprendre à se faire toucher comme ça et de poser sa touche dans le temps de blocage mais le développement de la technique chez un petit demande de se placer bien en sixte et de développer la coordination bras- jambe . C’est dans ce but que mr Philipon demande un règlement jeune différent . Je suis d’accord avec ça et même un mode supplémentaire sur les appareils avec un « temps de blocage «  infini pour éviter de jouer avec celui ci plutôt que de faire une escrime propre .
Personnellement je pense qu’un petit qui a une escrime propre peut concourir dans les 2 armes et qu’il est ainsi mieux à même de comprendre l’escrime.Pour l’instant les mien ne concourt qu’à l’épée mais j’envisage de les faire participer dans les 2 disciplines. Je ne sais pas quelle est l’avis d’autres enseignants là dessus ?
Pour ce qui est des plus grands je laisse les fleurettistes décider eux même , par contre la manière dont cette situation se fixe dans le temps laisse interrogatifs sur le bon fonctionnement de nos institutions….


complètement d'accord. D'ailleurs il ne s'agit pas que des petits.
a mon sens Jusqu'au fleuret feminin M17 il est encore beaucoup possible de tirer "à l'ancienne". Un jeu stéréotypé "j'avance j'attaque" "je recule je defend" est moins efficace.

A partir du fleuret Homme M17 et Hommes/femmes senior ça devient un peu plus dur car ils ont tous la capacité de terminer leur action dans n'importe quelle ligne en continuant d'avancer, malgré la distance qui se ferme.

Mais si on commence à les laisser tirer comme ça dès M11 on est mal barré. Un M11 qui attaque correctement sur la préparation, il allumera seul.
Donc autant favoriser des coordinations correctes, vers l'avant et l'arrière, avec un respect du règlement technique international.

A partir de M13 si ces bases sont acquises on peut commencer à se rapprocher du "fleuret moderne", mais faut surtout pas s'en servir comme base sinon on se retrouve avec un fleurettiste complètement déséquilibré qui va se prendre toutes les contre attaques du monde, ou au contraire qui ne sera faire que des contre offensives.

Normalement, avec un temps d'entraînement suffisant à ces ages un bi arme devrait bien se passer, même tri-arme.
Pas avec un seul entraînement par semaine cela dit

Daniel Popelin a d'ailleurs écrit un excellent bouquin sur la formation aux 3 armes

Date de publication : 12/12 14:20
Haut


Re : Calendrier 2023/2024
#14
Habitué
Habitué


Il a été communiqué aux comités via les ctr. Ça devrait pas tarder

Date de publication : 14/06/2023 00:25
Haut


Re : Coup de gueule
#15
Habitué
Habitué


Bonjour

Le problème, c'est que "au choix de la Comission" Dans les modalités de sélection, concernant les 2 titulaires, ça laisse la possibilité de justifier n'importe quelle sélection.

Je ne nie pas que les escrimeurs HN qui restent dans leurs clubs peuvent subir des discriminations, et que des sélections puissent se faire sur du favoritisme, et ce depuis des années.

Mais, même si vous en êtes persuadée, on manque de faits pour être convaincus, sur ce Forum public, que la non sélection d'Elea relève du copinage.
Il faudrait relater les situations antérieures qui semblent avoir provoqué votre ras le bol.

Même si votre soeur a été meilleure sur tous les critères que vous avancez, ça ne montre pas qu'il y a un acharnement contre elle.
Mais si il y a eu des situations similaires par le passé ou sur les saisons précédentes, peut être que vous pouvez les exposer ?

Date de publication : 10/02/2023 11:16
Haut


6ème Challenge du Vignoble
#16
Habitué
Habitué


Le Club de l'Escrime Valletaise organise les 25-26 Février son 6ème Challenge du Vignoble.
(Vallet - 44330 - 30 km au sud de Nantes)

3 formules sont proposées:
-Pour les M9 et M11 mixte(épée/fleuret), deux tours de poule équilibrés + un tour de poule par force

-Pour les M13 et M15 (épée/fleuret), un tour de poule + tableau

-Pour les M17 et Sénior (épée), équipe de 2 avec possibilité de mixité par genre/club.

De nombreux lots sont à gagner. Chaque vainqueur des catégories M15 à Sénior recevra une Lame Maraging!

PS: cette année, un tableau consolante sera proposé pour les équipes sénior éliminées lors des deux premier tours de tableau.

Les inscriptions sont ouvertes sur l'extranet.

Plus d'informations et feuille de route: https://www.escrime-valletaise.fr/page/1721754-informations

Date de publication : 07/02/2023 16:03
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#17
Habitué
Habitué


Après je suis pas le porte parole des maîtres d'Armes français...il peut en être bien différemment ailleurs.

Ça reste les fleurettistes "de club". Ceux qui s'exportent, qui participent à la dynamique de construction du fleuret, c'est plus souvent les compétiteurs.
Et quantité d'arbitre sont compétiteurs ou ex compétiteurs.

Citation :

Malicia a écrit :

Est-ce que toute cette histoire absurde, le jeu en vaut la chandelle ?


Quand j'ai devant moi de jeunes compétiteurs passionnés par ce qu'ils font, je ne me pose pas la question.
Elle est là ma seule justification.

Date de publication : 23/12/2022 00:28
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#18
Habitué
Habitué


Même chose pour n'importe quel débutant.
Ils ont fondamentalement le même types de difficultés liés à l'acquisition de la motricité et du traitement de l'information spécifique à l'escrime.

D'autant que les adultes débutant au fleuret par chez moi, ils n'iront sûrement jamais en compétition.

La différence c'est que les adultes on peut leur expliquer la Convention des le début.
Pour les pitchounes il faut trouver d'autres moyen de les faire pratiquer dans le cadre de cette convention qu'en leur expliquant la définition de l'attaque...

Date de publication : 22/12/2022 19:53
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#19
Habitué
Habitué


Citation :

Malicia a écrit :

Après la théorie a aussi certaines limites en ne prévoyant pas certains cas : j’enchaîne les marches bras raccourci sur mon adversaire, et je finis par le toucher valablement. C’est quoi ?
Aujourd’hui, ce n’est RIEN. Vous ne pouvez pas analyser en termes de phrases d’armes : si ce n’est, préparation par des marches, et touchent. Mais ce qui a touché, ce n’est objectivement pas une attaque.

Et la même chose, mais celui qui ne bouge pas, touche en même temps. Qui a raison, le règlement (je parle du règlement, pas de ce que font les arbitres) ne permet pas de trancher. Deux touches, pas d’attaque, pas de priorité.

Mais bon, reconnaissez que ce sont des cas extrêmes.


Parfaitement d'accord.

Citation :

Malicia a écrit :


Ne vous étonnez pas d’avoir des arbitres qui se mettent à arbitrer comme des pieds si vous les mettez dans une confusion qui n’existe même pas dans le règlement.


Les arbitres avec lesquels je vais converser, ou les élèves-arbitres que je forme, ne respectent pas le règlement.
Les règles d'usages qu'ils appliquent ne prennent pas en compte les subtilités présentes dans la description d'un mouvement dont je parlais plus haut.
Donc je ne vais pas les mettre dans la confusion parce que la discussion ne rentrera pas dans cette dissection du mouvement.

Par contre, avec les tireurs, oui, on va rentrer dans les subtilités.

Or, j'y reviendrais, mais l'article initial auquel vous ripostez s'appelle "ENSEIGNER la convention chez les jeunes". Or j'aurais aimé avoir l'opportunité exceptionnelle de parler de fleuret dans sa pratique et son enseignement sur escrime-info, puisque sur le seul forum d'escrime français, personne ne parle jamais de l'escrime sous cet angle (ce qui est incroyable...).

Donc j'aimerais pouvoir écrire au moins un message sans devoir systématiquement justifier que:
-Je connais le règlement.
-Je sais qu'il est violé. Et je trouve cela anormal.
-Les tireurs pas à être les dépositaires d'une croisade pour dénoncer la violation du règlement.

Citation :

Malicia a écrit :
Toute votre démonstration n’est en fait qu’une vaste tautologie pour prétendre qu’il faut donner la priorité aux préparations d’attaque.


Non. Vous n'avez toujours pas compris, et c'est ce qui va me faire mettre un terme à notre discussion.

Je n'ai jamais dit "il faut". Dans aucun de mes posts ici depuis 2017.
Vous, vous ne parlez que de ce "qu'il faut" et c'est pourquoi vous êtes dans la dénonciation dans votre topic principal. Et c'est très bien.

Je me répète une dernière fois, pratiquer un SPORT qui ne respecte pas sa règlementation est aberrant. Je suis prêt à comprendre et à apprendre en ce qui concerne l'histoire qui nous a amené là, car je ne maitrise pas ce sujet, et que s'y trouvent surement des réponses sur la manière de répondre au problème.

Mais je suis aussi prêt à parler du fleuret avec un autre point de vue, c'est à dire sans systématiquement revenir à "ce qui devrait être", puisque ma position de maître d'arme m'y oblige.

Les fleurettistes qui pratiquent ce sport aujourd'hui vivent une aventure humaine qui n'a pas à systématiquement être remise en question en fonction de problématiques de légalité.
Réalité de tireur, réalité d'entraîneur.

Donc vivement le moment où l'on discutera AUSSI du fleuret sous cet angle.


Citation :

Malicia a écrit :
Vous ne justifiez rien, vous montrez juste votre capacité d’adaptation à la situation (aberrante)…


Là vous avez compris.

Citation :

Malicia a écrit :
Citation :
cheben a écrit :
Moi j'appelle ça contre de sixte une-deux. Et mes collègues aussi.
Nous n'allons pas nous empêcher d'appeler ça un une-deux car "il n'y a pas d'allongement du bras donc ce n'est pas une feinte de dégagement".

Pfffffffffff ! Ben si.


Non.



Citation :

Malicia a écrit :

En face, si je vous fais un coup droit, j’ai pris un temps d’escrime, et vous n’avez pas à enchaîner par un dégagement, mais par une parade. Et je réclame la priorité si vous dégagez : vous faites ce que vous voulez, mais je veux la touche.
Et peu me chaut le règlement… mais il se trouve qu’il me donne raison !!!


Oui.



Tout mon argumentaire vis à vis de vous visait à vous exprimer que:

1. Orienter vos réponses autour d'attaques personnelles ne faisait pas avancer le débat. Merci d'avoir fait l'effort avec moi, même si je sens que ça ne va pas durer.

2. Votre réflexion démontre que vous êtes éloignés des pistes d'escrime. Ce qui ne doit pas vous empêcher de parler de fleuret. Simplement, celà vous empêche actuellement de percevoir la situation de manière globale. Votre seule prisme est l'évidente violation du règlement international.
Or le sujet de JPP en parle, mais il ne parle pas que de ça. Vous jetez le bébé avec l'eau du bain en balançant ses articles aux ordures.

3.Il fallait revenir sur la manière dont vous parlez des fleurettistes internationaux et de la difficulté d'atteindre leur niveau d'expertise. Or il apparaît que sur ce point, vous vous voulez provocateur mais vous avez conscience de la difficulté de la tâche.

4. La manière dont vous concevez et parlez du fleuret n'est pas la plus partagée. J'essayais de faire avec vous l'état des lieux des nuances qui peuvent exister entre:
-le degré de précisions des termes arbitraux.
-Le langage nécessaire pour décrire précisément des actions de fleuret dans le contexte de pratique actuel.

Or, sur ce dernier point, nous avançons. Sauf que l'esprit "c'est règlementaire/c'est pas règlementaire" "c'est bien/c'est pas bien" est tellement omniprésent dans vos réponses qu'il vous empêche de le voir.

Je pense qu'il est possible de parler du sujet présent entre personnes vivant dans des réalités différentes. Mais avec vous, cela se termine systématiquement dans la dénonciation de tout les autres acteurs de la discussion. Même quand leur avis n'est pas si éloigné du votre!
Vos interlocuteurs se sentent obligé de répondre, et sont happés dans le combat que vous leur proposez. Je ne veux plus tomber dans ce jeu.
Des parades-ripostes j'en bouffe tout les jours. Arme à la main, c'est sympa. Dans un échange verbal que je souhaiterais constructif, c'est lassant.

Si vous avez continué de me répondre que je cherche à "justifier" quoi que ce soit, c'est que vous n'avez pas compris ce que je dis, et que vous me voyez comme un enième adversaire.


---------------------
Citation :

JPP a écrit :

Quelque part, cette orientation me désole parce que je sais que la formation des jeunes doit passer par la "coordination bras jambe" comme je l’ai souligné dans mon second article



Je trouve que s'affranchir de la coordination bras-jambe chez les jeunes est vraiment contre productif.

Comme vous l'avez écrit dans votre article, chez le débutant, le niveau de précision est hautement correlé à la capacité à allonger le bras complètement avant les jambes.
Et des exercices comme celui de la balle viennent faire prendre conscience aux débutants de la relation critère technique-précision.

De toute façon, même si je trouve qu'une telle coordination devient obsolète sur beaucoup d'offensives en montant en niveau (dès M13 pour un compétiteur), elle reste essentielle pour l'exécution des contre-offensives et des attaques dans la préparation.

A mon sens, la dissociation 1.bras-2.jambes est la plus dure à acquérir car l'enchaînement préhension-locomotion n'est pas du tout naturel pour l'humain qui fait généralement les choses dans l'autre sens.
Donc autant l'enseigner dès le début, revenir à une synchronisation allongement du bras-fente sera plus simple ensuite.


Je ne suis pas sûr qu'un fleurettiste à qui l'on donne "l'attaque au premier qui part des jambes" dès les premiers cours d'escrime puisse progresser de manière harmonieuse...
Et il est effectivement frustrant de voir l'arbitrage actuel appliqué sur des M11 en compétition....même quand on souhaite à terme les faire évoluer vers du fleuret de compétition.

Par contre, je trouve ça aussi casse gueule pour la suite de leur dire que la priorité est donnée à l'allongement du bras. Personnellement je parle seulement de la fente...

...D'ailleurs, je suis surpris que vous n'ayez pas abordé le point suivant dans vos articles:
Comment parler de la convention aux enfants?

Pour moi, la convention est le point de départ de tout. On en parle donc dès le début. Le tout premier cours.
Sauf qu'avec des enfants de 7 ans qui apprennent tout juste à se mettre en garde, "parler" de convention n'est peut être pas le moyen le plus simple d'arriver à ses fins.
Leur faire "sentir" la convention "chacun son tour" et l'imprimer dans leur motricité me semble être une étape préalable beaucoup plus abordable.

Date de publication : 22/12/2022 14:48
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#20
Habitué
Habitué


@topaze

Ce vocable est celui de ceux qui tiennent les armes. Les arbitres s'en tiennent à "attaque" "Riposte" "Remise" Etc.
Et les explications des arbitres du type de "il part en premier des jambes" "Il y a du fer" "Il raccourcit le bras".

En apporté, les attaques dans la préparation sont actuellement données, de ce que je vois à notre niveau national, lorsque les deux tireurs démarrent des jambes en même temps (comme au sabre, souvent dans les 4m). Dans ce cas, ils regardent le tireur qui allonge le bras en premier pour designer l'attaquant. Autrement dit, la définition de l'attaque n'est utilisée que lorsque les deux tireurs ont commencé à avancer simultanément.


Le problème c'est que l'arbitrage n'est pas porté que par les Français. Et les étrangers n'en ont cure du règlement. Il suffit de voir les réponses au post de Malicia sur le Forum anglophone. La moitié decouvraient qu'il y a un règlement.

Ce qui est inacceptable à notre niveau, c'est la citation que vous venez d'apporter. Cette hypocrisie me donne la gerbe.
Personnellement, je préfère apprendre la définition d'une attaque à mes arbitres pour ensuite leur expliquer le contexte actuel. Ils savent qu'ils n'arbitrent pas selon le règlement mais selon l'usage.
Et jamais je ne leur demanderais de respecter le règlement en compétition M13 et +, ce serait les transformer en chair à canon.

Je ne vois pas qui pourrait se dire engagé dans l'éducation de jeunes arbitres, les respecter en tant que personne, puis oser leur dire "nul n'est censé ignorer la loi" "L'application du code est conditionné par sa maîtrise complète" avant de les envoyer arbitrer, en 2022, du fleuret de compétition.
C'est leur manquer de respect.

Date de publication : 20/12/2022 21:42
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#21
Habitué
Habitué


Citation :

Malicia a écrit :

Pour moi, attaque simple par simple dégagement. Au moins, on est d'accord sur le dégagement, mais pas sur le coupé.
Je décompose.

* Phase 1 :
Image redimensionnée

Le tireur change de ligne... mais n'allonge pas le bras. Ce n'est donc pas une feinte de coupé.


Citation :

Malicia a écrit :

Eh oui, parce qu'il faudrait être au clair, et prenons un cas théorique simplifier pour illustrer : on est engagé en sixte.
On peut faire trois choses fort différentes :
* 1. : premier temps, le tireur change de ligne ; deuxième temps, le tireur allonge le bras, se fend et touche. C'est un changement d'engagement, coup droit - attaque simple.
* 2. : premier temps, le tireur allonge le bras ; deuxième temps, le tireur change de ligne, se fend et touche. C'est une feinte de coup droit, dégagé - attaque composée.
* 3. : le tireur allonge le bras en changeant de ligne. C'est un dégagement - attaque simple.

Tout cela, cela se ressemble, mécaniquement, surtout en notre période où la vitesse est privilégiée (au détriment de la sûreté).

Tiens, lorsque Cléry écrit à propos du dégagement : "Au point de vue mécanique, le dégagement ressemble à un coup droit précédé d'un léger mouvement de pointe".
C'est trompeur. "Précédé", cela signifie qu'on commence par le mouvement de pointe, puis qu'on allonge le bras. Alors que ce n'est pas ça, c'est un allongement de bras accompagné d'un mouvement de pointe. Heureusement, Cléry précise "L'ensemble de l'action ne comporte qu'un seul temps."... enfin, trois paragraphes plus loin (un temps de trop). Le dégagement ou le coupé, c'est une seul temps, pas deux, une seule action.



Sur votre exemple du dégagement. Le lexique a des limites insolvables pour décrire la dynamique du mouvement.

Je vous donne mes exemples
A l'engagement de sixte

1. Très courte distance, le bras ne peut pas s'allonger complètement. Le tireur change de ligne puis touche. C'est quoi?


2. Courte distance, le tireur change de ligne puis touche en allongeant le bras. C'est quoi?


4. Distance de fente, le tireur change de ligne en allongeant le bras. Ok, c'est un dégagement.

5. Distance de fente, le tireur commence son allongement du bras puis le termine en changeant de ligne et se fendant. Feinte de coup droit dégagé ou dégagement? Suivant le timing du passage de pointe et la fluidité du geste on peut être dans le doute.

6. Distance de fente, le tireur allonge à demi son bras (voir même seulement absence de fer+menace) puis change de ligne en allongeant le bras et se fendant. C'est quoi? Moi j'appelle ça feinte de coup droit dégagé.

7. Distance de fente, le tireur allonge son bras, change de ligne et se fend. Ok, tout le monde appellera ça feinte de coup droit-dégagé.


Il y a des subtilités à chaque intention tactique que le lexique seul ne saura jamais décrire.
Il n'y a pas UNE manière d'effectuer un dégagement.

Passer la pointe au cours de l'allongement du bras est utile contre un adversaire qui pare au dernier moment. Passer sa pointe avant l'allongement du bras est utile à plus courte distance.

Si il y a un temps entre le passage de pointe et l'allongement du bras, nous avons le lexique suffisant pour désigner cette action autrement qu'un dégagement.


Ce qui n'est pas toujours le cas. Comment appelle t'on le fait de changer de ligne en passant sa lame devant la pointe adverse sans chercher à toucher ni à feinter? Ce n'est pas un coupé si ce n'est pas une offensive...Dans la pratique nous l'appellons feinte de coupé.

Le cas 5 montre la réalité de l'exécution d'un coupé-dégagé dans un assaut de fleuret de haut niveau. Si le tireur peut faire sa feinte de coupé en allongeant le bras, ça veut dire qu'il est trop loin et finira surement dans le vide ou paré.
Dans la pratique il fera sa feinte de coupé à plus courte distance, ce qui ne lui permet pas d'allonger le bras.

Le mouvement est clairement fait pour provoquer la parade. Le pattern de l'attaque est caractéristique, observable, reconnaissable. Maîtres d'armes ou tireurs, nous l'appellerons pour la plupart d'entre nous coupé-dégagé.


Autre exemple pour illustrer mes propos.

Le tireur vient de faire une parade de contre de sixte, tireurs de même main:

1. Très courte distance. Le tireur change de ligne et menace le dedans, puis sur la quarte adverse change de ligne puis allonge le bras et touche dans le dessus (l'ensemble de parti pris, sans interruption de tempo). Moi j'appelle ça contre de sixte une-deux. Et mes collègues aussi.
Nous n'allons pas nous empêcher d'appeler ça un une-deux car "il n'y a pas d'allongement du bras donc ce n'est pas une feinte de dégagement".
A courte distance impossible d'allonger le bras sur la feinte. A très courte distance il est nécessaire de passer la pointe avant l'allongement du bras.
Pourtant il est évident que le passage de pointe bras court initial est là pour provoquer la parade de quarte. D'aussi prêt une simple menace provoque une réaction.

C'est juste que dans la pratique, il devient au bout d'un certain niveau implicite que la riposte par une deux à courte distance se fait sans allonger le bras avant le dernier passage de pointe.

2. L'adversaire revient en garde après être tombé dans le contre de sixte. Le tireur feinte en changeant de ligne et en allongeant à demi le bras pour menacer le dedans puis dégage dans le dessus en se fendant.
Ici le une-deux répond à la définition du bouquin.


Les tireurs doivent apprendre à réaliser cette riposte par une deux sous plusieurs "versions" en terme de tempo d'allongement, et de passage de pointe, et les incorporer de manière à les ressortir en 1/4 de seconde.

Quand on entraîne un élève à faire ce sixte une-deux avec trois version différentes, qu'il ne sait pas à l'avance laquelle il doit exécuter, mais que la consigne est "sixte une-deux, adaptes toi", vous comprenez bien qu'on ne va pas lui donner trois noms différents, à cette riposte.

Tireurs et entraîneurs l'appelleront une deux, point barre. Simplement, en fonction du niveau pratique, il y aura ou non des variations dans l'exécution du geste, à tel point que le lexique ne suffit parfois plus à le décrire.

parfois l'usage créé des évidences.

parfois les pratiquants ne seront pas d'accord pour nommer de la même manière une action dont les subtilités de réalisation la placent dans un entre deux.

Exemple à l'épée:
Entre à l'extrême:
-Contre de sixte (mouvement large, ras du corps)+ riposte par opposition, avec un temps entre parade et riposte
Et à l'autre extrême:
-Interception de sixte sur l'allongement du bras.

Vous avez pléthore d'actions qui se situent entre les deux, tant en terme de mouvement que de sens tactique:
-Engager sixte sur le bras allongé+ opposition
-Contre de sixte (mouvement fin) + riposte par opposition, sans temps entre parade et riposte.
-etc...

C'est un curseur voyez? et entre les deux extrêmes, il y a l'infini.

Pour désigner des points de ce curseur, j'entend des escrimeurs parler de "contre de sixte oppos" "opposition de sixte" "interception de sixte", alors qu'ils désignent le même geste...Quand d'autres s'affranchiront du lexique "blabla un contre de sixte oppos', mais tu sais, pas fait comme une interception, avec la vraie intention de défendre, mais sans temps avant la riposte par contre".

Le lexique est fini et imprécis par nature quand il désigne le mouvement.


Pour conclure sur ma vision, sur l'exemple 1 je vois: dérobement de la recherche de fer en sixte-feinte de dégagement dessus-feinte de dégagement dessous - coupé dessus.
Si je devais décrire l'action à un escrimeur, je préciserais que les feintes d'attaques sont faites bras court, que le bras est "lâché fort" en même temps que la fente, et que l'ensemble se fait en fausse retraite-marche-marcher fente.

Langage de terrain, mais précis quand même. Pour un pratiquant tout du moins...

Date de publication : 20/12/2022 15:25
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#22
Habitué
Habitué


Encore une fois, le débat se fait entre deux parties vivant dans des réalités totalement différentes.

J'ai été choqué également par le dernier message de Malicia.
Quel fleurettiste à l'oeil aggueri ne voit pas le dessous-dessus de l'exemple 3 ou le coupé-dégagé de l'exemple 5?
La réalisation technique est d'une clarté...et sur des ralentis en plus.

Citation :

JP-P a écrit :

Là franchement on ne peut pas y arriver, la théorie vous fait défaut alors que vous êtes face à des images parfaitement explicites avec un ralenti et deux angles différents.



Je crois bien que c'est tout le contraire. La théorie n'est pas la lacune qui se manifeste ici.

Les divergences de point de vue viennent de différences en terme d'experience pratique. D'experience qui se construit par la présence régulière sur des compétitions à minima. Par les échanges entre acteurs de l'escrime sur le terrain, exemples en main. Par la pratique répétée de l'assaut de fleuret et/ou par son enseignement.

Je n'ai aucun argument tangible pour affirmer que Malicia ne pratique pas le fleuret autrement que par l'art, certe construit rigoureusement, de la discussion verbale ; mais tout, dans ses posts, tend à le montrer.

Connaissez vous l'effet dunning-krüger Malicia?
Image redimensionnée
Je ne crois pas qu'on puisse s'éxonérer de vivre des expériences concrètes, pratiques, imprimées dans le corps, dans un domaine précis ; et tout de même espérer en avoir une compréhension vraiment profonde.

Je trouve la maitrise de la théorie du règlement de Malicia très approfondie. Ses constats quand à l'analyse des phrases d'armes et leur relation avec le règlement bafoué est presque systématiquement pertinente.

Ses connaissances sur la théorie du fleuret en tant qu'arme préparatrice au duel, je ne les jugerais pas. J'admet que les miennes, sont plus restreintes.

Malicia, vous pouvez répondre en me citant "voilà, Cheben avoue de lui même sa méconnaissance totale du fleuret"...Et je vous renvoie de suite vers l'effet dunning Krüger.
Vous n'avez tout simplement pas le même prisme d'observation de la réalité.

Vous voyez l'escrime comme un art destiné à tuer ou à s'y préparer. Vous regardez l'escrime au travers un traité du 19eme siècle.

Nous regardons l'escrime du bord d'une piste, nous la vivons dans notre chair, nous l'enseignons, elle nous fait gagner notre salaire.

Nous voyons la violation du règlement, nous déplorons que les règles du jeu pratiquées ne soient pas écrites, ou au contraire que les règles du jeu écrites ne soient pas respectées.

Certains de nous préfèreraient comme vous que les règles écrites soient respectées.
Certains préfèreraient que les règles pratiques soient écrites.
Pour certains comme moi, les deux me conviendraient, mais l'entre-deux actuel , non.

Celà n'empêche que, maître d'armes ou fleurettistes de compétition, nous sommes capables de voir que :

"il faut tenir compte de la difficulté de l’attaquant pour trouver la cible alors qu’il progresse « bras court »."

Que la pratique actuelle du fleuret a créé des actions qui lui sont totalement singulières.

Que la complexité de la tâche, en terme de traitement de l'information, du fleuret moderne, donne beaucoup de charme à son entraînement et son enseignement.

Qu'une pratique totalement nouvelle a été créée, et que non, elle n'est pas plus simple à maîtriser que le fleuret classique.
Il s'agit de sport, il s'agit d'opposition, il s'agit de performance. "Si c'est simple pour l'un, alors c'est simple pour l'autre, donc c'est très compliqué pour les deux." C'est ce qu'on apprend à un M9...



Citation :

Malicia a écrit :

Le sieur Philippon nous mettrait presque la larme à l’œil lorsqu’il écrit :
Citation :
Jean-Pierre Philippon a écrit :
À cela, il faut tenir compte de la difficulté de l’attaquant pour trouver la cible alors qu’il progresse « bras court ».

Ah oui, c’est très technique de se faire mettre 10 cm dans le bide (comme Lefort, grand spécialiste de la chose), et une fois bien coincé dans le gras, en profiter pour toucher son adversaire sur la cible et le temps nécessaire.
C’est très très technique et surtout très très débile.



En pratique, la tâche de l'attaquant (tireur 1) pour trouver la cible est compliquée, du fait de la distance.
Le passage de pointe est mécaniquement plus laborieux à courte distance (question d'anatomie humaine et de dynamique des solides.)
L'attaque dans la préparation ou contre attaque adverse (tireur 2) en est facilitée. (l'allumage d'une seule lampe l'est)
Le tireur 1 doit donc ajuster sa manière de préparer avec les jambes si il veut contrôler la distance, éviter l'allumage d'une seule lampe adverse, et profiter pour toucher la cible après s'être pris 10 cm de lame dans le bide (ce qui n'a effectivement pas de sens martial).

Si le tireur 1 ajuste sa distance ainsi, la parade du tireur 2 qui cessera d'attaquer dans la préparation en sera facilitée.

Ce genre de schémas tactiques rendent l'opportunisme prédominant, et l'entraînement doit passer par une automatisation du traitement de l'info ( stimulus adverse spécifique->réponse spécifique) qui n'a rien de simple.


Parlez de ce que vous comprenez, mais pas de la difficulté de pratiquer le fleuret moderne ou du niveau des tireurs. Ou alors, allez découvrir ce que vous ne comprenez pas encore en allant combler ce qu'il vous manque de pratique...



Citation :

Malicia a écrit :


Il faut se rendre compte, que le coupé, classiquement, n’est pas un coup conseiller par les traités de fleuret, parce que justement il éloigne la pointe de la cible. Mais je fais remarquer simplement, que c’est le cas pour le fleuret mais pour l’épée, où on pratique et conseille le coupé. Pourtant la lame de l’épée est bien plus rigide, limitant ainsi plus les coups lancés à l’épée : ils existent, pas comme ils ont existé au fleuret avant qu’on prenne des mesures techniques pour les limiter (allongement du temps de contact).
Donc, c’est faux ce que dit le sieur Philippon : il n’y a pas de lien inévitable entre coupés – coups lancés.



A quoi sert un coupé?
La théorie et encore plus sa projection dans la pratique se doivent d'être renouvelés au fil des âge. Comme dans n'importe quel domaine, les experts ou maîtres en escrime font évoluer les choses en s'inspirant, certes, des "traités", mais aussi en s'adaptant aux évolutions du contexte, aux découvertes apportés par les uns et les autres...etc
Que les traités déconseillent le coupé pour son manque de léthalité, Ok. Et alors? l'escrime évolue en tant que sport.
Les athlètes adaptent leur pratique pour gagner des matchs, les maîtres adaptent leur enseignement pour rendre plus performant.

En pratique, le coupé a le principal intérêt de tromper "n'importe quelle parade", en ce qu'il fait passer la lame devant celle de l'adversaire, ne se souciant pas de la direction du mouvement de l'arme adverse.
Pertinent au fleuret puisque le souci de ne pas tomber dans la parade reste prééminent. A l'épée, il peut avoir le même intérêt, mais la découverte des avancées et le retard de pointe le rendent plus dangereux.
Où voyez vous que l'on "pratique" le coupé à l'épée, mais qu'on le "déconseille" au fleuret?

Son caractère léthal n'est pas le sujet. Le fleuret moderne est la propriété de ceux qui le pratiquent, et ils le pratiquent comme un sport.


Un sport qui manque d'une chose pour répondre réellement à la définition exacte d'un sport: un règlement, respecté.

Essayer de comprendre l'histoire pour voir ce qui a provoqué ces dérives est nécessaire si l'on veut y changer quelque chose.
Je ne comprend pas pourquoi, au moment ou quelqu'un fait une tentative dans ce sens, vous n'allez pas dans ce sens? L'histoire présentée est peut-être inexacte ou présentée maladroitement, en quoi chercher à démonter personnellement la personne qui la présente va faire avancer votre croisade?

Votre croisade qui est de????
Montrer qu'il y a une violation systématique du règlement? (c'est fait)?

Montrer que vous êtes au dessus de tous et que vous comprenez mieux le fleuret que n'importe qui?
Non seulement c'est faux, mais en plus vous ne donnez pas envie d'être écouté.



Je sais que vous continuerez votre croisade, seul derrière votre écran. Et je l'espère.
Vos posts incessant servent parfaitement leur objectif premier: ils rappellent systématiquement que le règlement est violé, et qu'il est totalement anormal de pratiquer un sport qui ne suit pas des règles officielles.

Vos rédactions dignes d'un juriste montrent des capacités intellectuelles d'analyse. Helàs, elles démontrent aussi un manque d'experience de l'arme...Et surtout une envie de se mettre systématiquement au dessus de l'autre qui désert votre discours.

Date de publication : 19/12/2022 12:04
Haut


Re : CEC Cabriès 10-11/12/2022
#23
Habitué
Habitué



Date de publication : 09/12/2022 06:53
Haut


Re : Ripostes à l’article : enseigner la convention chez les jeunes
#24
Habitué
Habitué


En tout cas, ce qui est sûr c'est que pour se dire fleurettiste, il ne suffit pas de parler de fleuret. Il faut en faire.

Tout comme les pratiquants d'arts martiaux ont tendance à maîtriser leur violence en dehors du tatami, pourquoi ne pas garder vos ripostes aggressives pour une piste d'escrime ?
Les jeunes fleurettistes apprennent aussi la Convention à travers la coopération.
Nul besoin d'attaques personnelles pour vous faire entendre.

Malicia, vous ne le savez peut-être pas mais à force de vos milliers de posts sur le seul forum d'escrime français, on finit par vous connaître.
Arbitres, maîtres d'armes et parfois même tireurs se rient du pseudo Malicia.
Je l'ai entendu sur des circuits, et vu des mêmes sur vous sur Instagram.
Ceux là ont conscience du non respect du règlement international, parfois grâce à vous, même si bien souvent ils préférent le fleuret ainsi.

Quand allez vous venir donner de la crédibilité à votre combat en vous montrant sur une compétition ? Il y a une occasion chaque week-ends.
Je suis curieux de voir si vous aurez toujours le même ton désagréable de vive voix.

Date de publication : 06/12/2022 00:04
Haut


Re : Quels circuits régionaux pour le classement national ?
#25
Habitué
Habitué


Ps: désolé pour la mise en forme, sur mon téléphone les retours à la ligne ne semblent pas être pris en compte par le Forum... Déjà qu'il s'agit d'un sujet plutôt brumeux

Date de publication : 15/11/2022 22:41
Haut


Re : Quels circuits régionaux pour le classement national ?
#26
Habitué
Habitué


Citation :
dansword a écrit : de ce fait et toujours concernant la catégorie M17 , mais cette fois au fleuret : est ce que l'épreuve du C.N. qui aura lieu début décembre à St-Germain ( qui regroupera un très grand nombre de tireurs ) sera t'elle considérée ( en termes de points ) concernant la liste des qualifiés pour le C.E. à Cabries qui aura lieu tout juste une semaine après ?
Si on lit les documents des commissions disponibles sur le site de la ffe: -fleuret dames: 40 premières au classement national actualisé après le premier CN + 24 "choix du Comité" -fleuret hommes: 48 premiers au classement national (pas de précision supplémentaires) +16 "choix du Comité" Ayant deux élèves (1 garçon et une fille ) de concernés, il a fallu pousser plus loin pour des précisions: -La Commission fleuret homme a ressorti un document: Pour les garçons, la sélection se base sur le classement après le CN N°2 qui se déroule la semaine avant (point amusant, ou pas, il est indiqué que tout tireur souhaitant participer doit se manifester par mail 2semaines avant l'épreuve) -la Commission fleuret dames a envoyé une pré-feuille de route avec les 64 sélectionnées, donc c'est déjà fixé. En gros: pour ce genre de questions, regardez les documents dispo sur le site de la ffe. Si c'est pas assez précis, il vous faudra être en contact avec les bonnes personnes qui vous donneront les bonnes infos...

Date de publication : 15/11/2022 22:37
Haut


Re : Quels circuits régionaux pour le classement national ?
#27
Habitué
Habitué


Je confirme qu'on peut marquer des points sur les épreuves d'un CR auquels on est pas affilié.

Les CR répertorient les épreuves comptant pour le classement national. Tous les participants à ces épreuves voient leur résultat entrer dans le classement national.

Date de publication : 14/11/2022 13:20
Haut


Re : Compétitions comptant pour le classement national
#28
Habitué
Habitué


De ce que je sais dans notre Coreg, c'était aux membres de l'équipe technique régionale de dresser cette liste et de la faire remonter à la FFE.

La liste que nous avons envoyé contenait pour ainsi dire toutes les compétitions individuelles en formule poule-tableau: championnats régionaux, challenges, compétitions attributrices de quotas.
Elle a été envoyé à la FFE courant octobre, je n'en sais pas plus quand à la validation ou non de cette liste.
Mais j'ose espérer que les autres Coreg en ont fait de même

Date de publication : 27/10/2022 14:19
Haut


Re : Compétitions comptant pour le classement national
#29
Habitué
Habitué


Bonjour

Sans parler de CR,les compétitions comme l'Open de Poitiers sont avant tout des challenges organisés par des clubs.
Leur maintenue d'une année sur l'autre dépend de l'agenda des clubs. Tant que le club n'a pas confirmé son organisation ou sorti la feuille de route, on ne peut pas connaître la date du challenge.

Certains Comité régionaux comme le notre actualisent leur calendrier en intégrant les challenges au fur et à mesure. Sinon, il faut effectivement faire un peu de recherche.

Via le site de la ffe:
1)-sur l'année en cours pour connaître les dates des compétitions des prochains mois.
2)-sur l'année précédente pour connaître la liste des compétitions potentielles, leur fréquentation et la période pendant laquelle ils sont organisés. Quelques temps avant cette période retourner au 1)...

Un compétiteur qui cherche vraiment à marquer des points doit soit avoir un maître d'armes qui fait ces recherches pour lui, soit faire preuve d'un peu d'autonomie !

Date de publication : 26/10/2022 08:48
Haut


Re : Open de Poitiers 2022
#30
Habitué
Habitué


Bonjour
J'espère que le sac de noeud qu'est ce nouvel extranet ne bloquera pas trop les participations à votre Challenge.

Pouvez vous confirmer pour l'utilisation de la licence 2021/2022? Car il me semble avoir Lu la même chose que mon vdd.
Et pas sur que toutes les licences de nos fleurettistes souhaitant participer soient prises d'ici une semaine, si on ne se sort pas de ce pétrin informatique...

Date de publication : 14/09/2022 20:54
Haut



(1) 2 3 4 ... 6 »



Escrime-Info : Mentions légales