https://www.stagescrime.com/
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :



Connexion sécurisée

Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
234 utilisateur(s) en ligne (154utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 0
Invités : 234

plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (Zcomme)

BasBas



Re : SAISON GACHEE
#61
Habitué
Habitué


@ Bussy_Amboise
S'agissant des vétérans, il n'y a même pas débat, la seule formule qui vaille, c'est open, open, open et encore open avec sélection finale pour les championnats de France.
D'abord, parce que, à part les quelques relous qui ne rêvent encore que de médailles, les autres y viennent pour le partage et contribuent activement et en liquide (post compétition dans les bistrots des villes d'accueil) au Plan de relance de la France.
Surtout, et plus sérieusement, parce que les sports qui marchent aujourd'hui (voir l'exemple du tennis) ont bien compris qu'il y avait un public et un marché à exploiter du côté des seniors +. A cet égard et au-delà même des circuits compétitifs, on ne peut que regretter le manque criant de regroupements loisirs qui feraient pourtant le bonheur de bon nombre de vétérans (qui sont parfois et de plus en plus des débutants tardifs).

@ skiipy
"Premier point des sport bien plus petit on connu une augmentation du nombre de licenciés le jour où ils ont adopté le système pyramidal."
Ah bon ? Affirmer, c'est une chose, prouver c'en est une autre. Allez dire ça, par exemple, à la FFBAD (badminton). Son modèle de développement est tout autre et pourtant. A la fin des années 90, 40 000 licenciés comme l'escrime. Aujourd'hui, 200 000 ! (Et nous ? Toujours -officiellement- 40 000...).

Une pyramide, c'est une base et une pointe. Là, le socle est tellement étriqué dès le départ que le bidule ressemble à une oeuvre de Giacometti. Croire qu'en faisant encore plus anorexique, on sera plus beau, c'est du pathologique pure.

"Deuxième point je vois des gens qui avaient décroché des compétitions raccrocher grâce au système de CN fermé"
Ah oui ? Des noms, des noms ! Vous êtes le seul à avoir déniché ces oiseaux rares...

"Troisième point contrairement à vous je ne défend personne mais des idées."
Accuser pour discréditer, la méthode est aussi usée que ma cuirasse électrique d'ado. Pour ma part, je n'ai aucun intérêt "politique". Je me tape de savoir qui est à la tête de la FFE. Par contre, je juge sur pièces. Et en l'espèce, depuis 20 ans, c'est globalement mauvais.
L'escrime française (et plus largement européenne) a raté le virage de la modernité. C'est dit.

Date de publication : 11/11/2021 19:11
Haut


Re : SAISON GACHEE
#62
Habitué
Habitué


Skiippy, franchement...

Donc, selon vous revenir aux circuits fermés va, à terme, booster le nombre de licenciés ? Il va falloir nous expliquer le truc !

Déjà, où est la cohérence de ce règlement sportif pondu à la va-vite et dans un tout petit entre-soi ?
M17 = CN fermés. M20 = CN fermés, et puis non, finalement open. CN seniors semi-fermés ou semi-ouverts, on ne sait plus trop...

Si le sujet, comme avancé pour justifier (a posteriori) cette réforme, était de resserrer le "haut niveau" pour produire une élite française plus compétitive sur les pistes internationales, alors il fallait fermer tous les CN de toutes les catégories à partir de M17 et pour toutes les armes. On aurait pu ne pas être d'accord mais, au moins, il y aurait eu une logique dans le système mis en place. Or là...

Plus important encore comme vice de forme, le fait de pondre ce RS sans se soucier du sort de la masse. Que fera-t-on dans les années à venir des M17, M20 et M23 qui n'auront plus leur place dans un système de CN fermés ? Leur saison compétitive se résumera à 3 CR par an point barre. Vachement stimulant !

Ce n'est pas comme si on n'avait pas déjà comme un léger problème de motivation et d'effectifs sur ces catégories...

Des CN fermés avec un nombre d'inscrits très serré, ça peut se discuter, mais à la condition primordiale d'avoir une vraie D2 avec un calendrier dense. Malheureusement, ce n'est pas le chemin qui a été pris.

Dans le désert que devient l'escrime française, sport de plus en plus délaissé, on aura donc dans quelques années quelques néo-champions et presque rien autour. Est-ce qu'il y aura encore assez de gogos pour payer un machin comme ça ? Pas sûr...

Utiliser la mauvaise foi en guise de parade-riposte, c'est un peu court Skiipy au vu de l'évolution dégradée de notre sport. Cela ne date certes pas de Gares mais les débuts "exotiques" de son mandat n'arrange en rien les choses.

On est quand même assez dans la merdasse. Enlevez votre masque pour mieux regarder les problèmes en face. Ils sont suffisamment importants pour que l'on ne puisse pas les balayer d'un simple revers de gant...

Date de publication : 11/11/2021 15:54
Haut


Re : SAISON GACHEE
#63
Habitué
Habitué


Muscler le jeu pour gagner en compétitivité et aller chercher les médailles JO 2024 n'exonère pas de s'intéresser aussi aux 90 % de pratiquants "loisirs".

Or, en l'état du calendrier et du RS, ceux-ci ne s'y retrouvent pas.

Le président de la FFE explique que la priorité, au regard des échéances et du temps compté (et raccourci encore par le Covid), c'était d'abord de fixer le cadre général propre à obtenir ce gain espéré de compétitivité.

L'inquiétant, maintenant que le train est lancé, c'est que l'on n'a pas l'impression que la FFE se concentre désormais et dans un second temps (comme annoncé) sur le confort des passagers en seconde classe...

L'argument de plus en plus entendu du côté de Noisy et qui fait office de défausse, c'est que la FFE voudrait bien y travailler mais que ça ne suit pas aux niveaux des Comités régionaux et des ligues.

Comme c'est étonnant ! Oui, c'est vrai, ces échelons bien qu'ils ponctionnent la moitié de l'argent de la licence, ne se contentent souvent que du minimum obligatoire, à savoir organiser le calendrier des épreuves sélectives territorialisées. Pour le reste, open, regroupements ludiques, etc., c'est laissé au bon vouloir des clubs qui veulent s'y coller. Ceux-ci (s'ils existent, ce qui devient de plus en plus rare sur la carte) ne sont ni aidés ni même encouragés en la matière. Pourquoi ? La FFE ne peut pas faire mine de l'ignorer, elle le sait comme nous le savons tous depuis belle lurette...

Avec peu de moyens RH, les CR accompagnés des CTS sont faibles et sous influence des gros clubs de leur région. Des lors, si pressions locales il y a, celles-ci ne concernent souvent que les sujets qui intéressent ces club. Sujets restrictifs par rapport à l'ensemble des questions touchant à l'escrime.

Dès lors, le serpent se mord la queue (où plutôt, pour reprendre la comparaison du début, le train tourne en rond).

Escrime = sport à nombre trop limité de pratiquants = maillage territorial faible = peu de développement et, in fine, réduction de l'offre = baisse du nombre de pratiquants. Et ainsi de suite.

D'où la nécessité, pour s'en sortir, de faire un véritable agggiornamento. Qu'on se le dise, c'est l'escrime loisirs qui sauvera l'escrime française et pas le haut niveau.

Je comprends bien qu'aucun président de fédération sportive ne résiste à l'envie d'être sur la photo qui sera prise dans les jardins de l'Elysée à la fin septembre 2024. Mais quelques médailles sur un cliché, ce n'est pas d'une ambition suffisante pour un sport qui désormais navigue au-delà de la 40e place des disciplines pratiquées en France. Quelque part entre le ball-trap et le football américain...

Date de publication : 11/11/2021 11:52
Haut


Re : Mise à jour des classements nationaux
#64
Habitué
Habitué


Tout le problème est là...

Muscler le jeu pour gagner en compétitivité et aller chercher les médailles JO 2024 n'exonère pas de s'intéresser aussi aux 90 % de pratiquants "loisirs".

Or, en l'état du calendrier et du RS, ceux-ci ne s'y retrouvent pas.

Le président de la FFE explique que la priorité, au regard des échéances et du temps compté (et raccourci encore par le Covid), c'était d'abord de fixer le cadre général propre à obtenir ce gain espéré de compétitivité. Dont acte.

L'inquiétant, maintenant que le train est lancé, c'est que l'on n'a pas l'impression que la FFE se concentre désormais (comme annoncé) sur le confort des passagers en seconde classe...

L'argument de plus en plus entendu du côté de Noisy et qui fait office de défausse, c'est que la FFE voudrait bien y travailler mais que ça ne suit pas aux niveaux des Comités régionaux et des ligues.

Comme c'est étonnant ! Oui, c'est vrai, ces échelons se contentent souvent de l'obligatoire, à savoir organiser les épreuves sélectives territorialisées. Pour le reste, open, regroupements ludiques, etc., c'est laissé au bon vouloir des clubs qui veulent s'y coller. Ceux-ci (s'ils existent, ce qui devient de plus en plus rare sur la carte) ne sont ni aidés ni même encouragés en la matière. Pourquoi ? La FFE ne peut pas faire mine de l'ignorer, elle le sait comme nous le savons tous parce que cela fait partie du diagnostic depuis belle lurette...

Avec peu de moyens RH et financiers, les CR et les CTS assurent juste le minimum. D'autant plus que si pressions locales il y a, celles-ci ne concernent le plus souvent que le volet compétitif puisqu'elles émanent des clubs les plus performatifs qui sont justement et évidemment les plus introduits auprès de ces instances et de ces cadres.

Dès lors, le serpent se mord la queue (où plutôt, pour reprendre la comparaison du début, le train tourne en rond).

Escrime = sport à nombre trop limité de pratiquants = maillage territorial faible = peu de développement et, in fine, réduction de l'offre = baisse du nombre de pratiquants. Et ainsi de suite.

D'où la nécessité, pour s'en sortir, de faire un véritable agggiornamento. Qu'on se le dise, c'est l'escrime loisirs qui sauvera l'escrime française et pas le haut niveau.

Je comprends bien qu'aucun président de fédération sportive ne résiste à l'envie d'être sur la photo qui sera prise dans les jardins de l'Elysée à la fin septembre 2024. Mais quelques médailles sur un cliché, ce n'est pas d'une ambition suffisante pour un sport qui désormais navigue au-delà de la 40e place des disciplines pratiquées en France. Quelque part entre le ball-trap et le football américain...

Date de publication : 09/11/2021 12:25
Haut


Re : Calendrier 2021-2022
#65
Habitué
Habitué


Comment dire ? Au vu des dernières actus du site de la FFE, on ne peut que constater que ses dirigeants ont la bougeotte. Cocktail par ci, visite de courtoisie par là. Faire de la représentation ? Le job est pleinement assumé !
En revanche, pour ce qui concerne le boulot de back office, il n'y a apparemment plus grand monde. Calendrier (sérieux), classements, etc., c'est sûr que ce travail est plus ingrat...

J'ai assez ri à la lecture de l'article "Les Mardis de l'Equipe de France". On nous y assène, sans blague, que la première date a été, je cite, "un succès sans précédent pour son lancement !" Forcément, puisque un lancement implique qu'il n'ait pas eu de précédent... (A propos, j'en profite pour dire que je trouve que la com de la fédé nous coûte plutôt chère depuis quelques mois - cf le Plan d'accompagnement. A un moment donné, il faudra faire les comptes entre le volume des dépenses engagées et le service effectivement rendu.).

Concernant l'initiative en elle-même, pourquoi pas ? C'est toujours sympa pour des mômes des clubs de croiser des champions. Voyons-le donc comme une forme de récompense. En revanche, il n'y a pas de raison que cela nous rapporte de nouveaux adhérents vu que l'essentiel du public rencontré est déjà escrimeur !

Mais le vrai problème dans cette opération, c'est l'absence de transparence. Quels clubs peuvent bénéficier de la venue d'un champion ? A quelles conditions et pour quel calendrier ? Comment s'est opéré le premier choix (je note que plusieurs athlètes ont "joué" l'affaire à domicile) et comment-quand se feront les suivants ? Rien n'est dit là-dessus et c'est assez regrettable. Parce que, du coup, l'impression donnée est que cela s'est fait en petit comité. Y'aurait-il, d'un côté, les initiés (clubs sollicités-associés-bénéficiaires) et, de l'autre, la masse des ignorants (pas informés, pas relancés, pas bénéficiaires) ?

J'espère me tromper et voir le tir rapidement corrigé.

Date de publication : 23/09/2021 10:51
Haut


Re : Calendrier et règlement sportif
#66
Habitué
Habitué


L'affaire des CN avec quota est significative du bordel général...

Cette "réforme" n'aurait pas été absurde en soi si elle avait été réellement pensée. C'est-à-dire, en travaillant sur un maillage solide de toute la chaîne. Avec des CN pour les meilleurs à l'équivalent d'une D1 et des CR et ligues en nombre pour former une D2 (avec accession à la D1 aux points).

Le problème c'est que, en l'état, cette D2 est totalement hypothétique. Faites-le compte des CR et des ligues sur une année courante pour votre catégorie et du côté de chez vous, vous comprendrez... L'offre est pour le moins faible ! Et je ne vois aucun indice d'une densification à venir.

Dès lors, cette réforme apparaît surtout comme servant les intérêts des clubs les plus compétiteurs, des pôles et des Crefed qui militaient pour. Quant à la masse, qu'elle se contente des miettes, s'il y en a...

L'escrime française doit-elle se réduire à satisfaire seulement 500/600 personnes ? Depuis 20 ans, les effectifs de ce sport plafonnent déjà dangereusement. Et au lieu d'ouvrir, visiblement on persistera à cultiver un entre-soi de plus en plus étriqué. Super !

Franchement, quel intérêt, dans ces conditions, pour un club lambda de prendre des licences pour ses tireurs au-delà de M15 ? Je vous le demande...

Date de publication : 09/09/2021 12:19
Haut


Re : Circuits nationaux
#67
Habitué
Habitué


D'accord avec Skiipy.

Le problème, c'est l'échelon régional. Il faudrait y densifier fortement la proposition de compétitions dès les M17.

Le système actuel mise trop sur les manches nationales ce qui produit un tri qui n'a pas toujours un lien direct avec le niveau d'escrime (tri par l'argent pour les déplacements, tri par la motivation parentale à accompagner le jeune athlète, tri par la capacité du club à l'encadrer sur place).

Et ce tri devient la hiérarchie des M20 ce qui est sportivement discutable en ce qu'il réduit le vivier pour de mauvaises raisons.

J'ai une proposition : découper l'année en deux semestres avec une première séquence "rampe de lancement" de septembre à janvier dédiée à des regroupements régionaux (3) plus un CN open et un deuxième semestre "confirmation" avec 2 régionaux + 1 CN open + 1 CN classement nat intermédiaire et quotas + Championnat de France. Bon, dans ce cas de figure, les compétitions départementales disparaissent de fait, à part, éventuellement, une manche championnat de ligue à caser vers avril. Après, tout est dans les points attribués et des coefficients... L'idéal étant que les valeurs données permettent qu'un très bon national construise sa seconde partie de saison uniquement sur les nationaux et qu'un bon régional fasse toute la course des régionaux pour essayer de décrocher un quota aux championnats de France.

Date de publication : 24/07/2021 08:06
Haut


Re : Circuits nationaux
#68
Habitué
Habitué


Moui... Et comment on fait pour ceux qui sont en surclassement ? Donc bons dans la catégorie inférieure mais pas forcément dans les 50 premiers de la catégorie supérieure...

Par ailleurs, moi ce qui me gêne dans cette logique, c'est l'endogamie. Déjà que l'escrime, c'est pas grand chose en matière d'effectifs ! Alors vouloir resserrer encore plus l'élite dans une sorte de ligue fermée, bof, bof.

Dans cette logique, et si on allait jusqu'au bout de la chose, il n'y aurait plus qu'une dizaine de clubs par arme représentés au national. Ceux qui seraient dans cette short list s'en satisferaient sans doute. Mais, vu la situation générale, je ne crois pas que l'on puisse se permettre, par principe, d'écarter tous les autres.

D'autant que les mômes qui se débrouillent bien en M20 et M23 n'ont pas forcément été les cadors des M15-M17 (et n'ont donc pas toujours un gros classement en première année M20). Ceux qui sont dans des clubs ultra-compétitifs depuis leurs débuts, oui. Mais ceux qui ont fait leur parcours dans des structures plus modestes, éclosent souvent plus tardivement et de manière parfois impromptue avec la maturité venant...

Date de publication : 23/07/2021 23:13
Haut


Re : Présentation du Plan d’accompagnement des Clubs : "licence bénévole"
#69
Habitué
Habitué


Citation :

topaze a écrit :
Pour moi, on peut critiquer la FFE, on peut s’opposer à sa politique, on peut dénoncer sa gestion de notre sport… mais dans la mesure où l’on est un club affilié il me semble impératif de licencier l’ensemble de ses adhérents, au moins par respect des autres clubs qui le font…


Pas de problème et même entièrement d'accord avec vous sur le principe. A la nuance près que se fédérer ne veut pas dire forcément accepter d'être racketter au nom d'un intérêt commun qui se transforme un peu trop, à mon goût, en intérêts de quelques particuliers.

Date de publication : 28/05/2021 22:10
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#70
Habitué
Habitué


Malicia,

J'écoute ce que vous dites mais vos développements sur le comment (en est-on arrivé là ?) ne me convainquent pas complètement.

Certes, l'internationalisation, et tout ça, tout ça... Sauf que deux des représentants les plus flagrants de ce "nouveau" fleuret sur ces dernières années sont Lefort et Foconi. La France et l'Italie, donc. Pas précisément des nations novices en matière d'escrime !

Le pourquoi de cette pratique dévoyée est essentiel justement parce que c'est cette motivation qui explique la transgression.

Et cette motivation est, en soi, trop puissante pour qu'un rappel à la règle suffise à remettre le fleuret en ligne.

La motivation = comment attaquer en minorant le risque d'être contré ?

Les fleurettistes de haut niveau ont résolu l'affaire 1) en imposant la préparation comme une attaque 2)en imposant la marche comme une prise de priorité.

Un Brice Guyart qui a fait l'essentiel de son palmarès sur sa capacité fulgurante à attaquer sur la préparation adverse n'aurait, aujourd'hui, aucun destin international...

On peut (évidemment) le regretter. Sauf que cela ne va pas faire avancer le Schmilblick.

L'attaquant "moderne" considère que l'extension du bras et la pointe menaçante le mettent trop souvent en danger d'être repris. Dès lors, dans sa tête, respecter la règle équivaudrait à risquer plus d'échecs.

Touches données, touches reçues, ratios et calcul des probabilités, pour gagner, les champions font leurs comptes. A l'entraînement puis en compétition.

Face à cela,le fleuret classique, même s'il n'est pas complètement mort(ce qui donne d'ailleurs des situations tristement cocasses sur des pistes locales, régionales voire nationales quand il s'agit de trancher/arbitrer la touche), n'a sans doute pas vraiment d'avenir.

C'est pourquoi, pour ma part, je suis partisan d'explorer une 3e voie qui aurait pour point de départ un préalable martial compréhensible du grand public : le premier qui touche a raison. Plus de convention alors ? L'énormité est lâchée !

Avec une surface valable plus réduite et une capacité de parade-riposte plus affirmée, ce fleuret ne serait pas pour autant de l'épée et garderait sa dynamique de mouvement.

Bon, on peut être légèrement moins radical... Partir, par exemple, sur l'idée technique d'une seul allumage de lampe - valable ou non valable.

Je sais, cela semble des alternatives très exagérées mais puisqu'il est répété ici à chaque post que la situation est désespérée, autant franchement réformer !

Date de publication : 28/05/2021 16:12
Haut


Re : Violation systématique du règlement technique international par des arbitres
#71
Habitué
Habitué


La question de fond est donc pourquoi.

Pourquoi une pratique contrevenante à la règle et à l'esprit s'est imposée en quelques années jusqu'à devenir la norme valant désormais du champion au cadet ?

En relever, exemple après exemple, l'absurdité ne résoudra pas le problème. La démarche est méritoire mais vouée à l'échec.

De fait, tout le monde sait que ce fleuret-là n'est pas martialement juste. Ce qui n'empêche pas la plupart d'y recourir sur les pistes.

Qu'est-ce qui motive donc cette transgression ? Le gain de la touche, évidemment.

Or, avec l'athlétisation des escrimeurs de haut niveau, les attaques bras tendu pointe menaçante rapportent peu. Soit qu'elles soient contrées par la rapidité de main de l'adversaire. Soit qu'elles tombent dans le vide à cause de la vitesse de retraite de l'opposant.

D'aucuns diront, et ils n'ont pas forcément tort, que l'attaquant doit pouvoir toucher quand même par la dextérité de sa pointe et la maîtrise de la distance.

Sauf que. La place accordée au physique s'étant faite au détriment du savoir technique, les attaquants d'aujourd'hui sont plus limités qu'hier dans leur arsenal offensif.

Dès lors, l'attaque par provocation (je marche vers l'autre, bras court - pointe dissimulée, et je déclenche dans le même temps que lui) est apparue comme une solution moins risquée et, du coup, plus gagnante pour le fleurettiste de haut niveau.

Et cette facilité (justement parce que c'est plus facile !) a progressivement été adoptée par la masse des pratiquants...

Le rappel à la règle ne permettra pas d'en revenir tellement la chose est désormais ancrée. D'où l'atonie de la FIE.

Pour ma part, je ne vois pas de solution. Sauf à opter pour une proposition iconoclaste et radicale de type seule la première lumière allume ! Certes, cela redonnerait la possibilité claire de l'attaque sur préparation pour punir les bras courts et les pointes au plafond. Mais ça poserait bien d'autres problèmes...

Date de publication : 27/05/2021 19:38
Haut


Re : Présentation du Plan d’accompagnement des Clubs : "licence bénévole"
#72
Habitué
Habitué


La question qui mérite d'être posée (au regard de la faiblesse de ce "plan d'accompagnement" et de l'absence de transparence sur les derniers comptes de la FFE) et à laquelle il faudrait répondre, c'est à quoi sert la part fédérale de la licence ? Et à quoi va-t-elle servir dans les prochaines années ?

A payer quelques permanents dont on peine à comprendre parfois le contenu des missions ? A prendre les billets des tournées présidentielles ? A défrayer quelques anciennes gloires des pistes ? A engraisser 1 ou 2 agences de com au passage ?

Depuis les début du nouveau mandat, les opposants attaquent méchamment. Désormais, ce sont les sceptiques qui commencent à critiquer de plus en plus fortement. Les inquiets, eux, s'interrogent...

Une chose est sûre, la dîme perçue chaque année par la FFE sur les clubs n'est pas un dû.

Si l'opacité persistait, le malaise grandira. Avec une porte ouverte à toutes les rumeurs et à toutes les crasses qui s'ensuivront. Conséquence probable de ce possible délitement en interne : de plus en plus de clubs traîneront des pieds pour prendre leurs licences.

Ils paieront juste les nécessaires pour les compétiteurs et se contenteront d'une simple assurance pour les autres.

Avec le Covid, et pour faire des économies, certains ont d'ailleurs déjà franchi le pas.

Si le phénomène s'amplifie, la FFE sera en danger. Moins financièrement parlant (même si...) qu'en matière de légitimité générale par rapport à son sport.

Et ce genre de crise, on n'en sort pas facilement. Devenue trop profonde, un simple changement de tête ne peut plus la résoudre d'un coup.

Date de publication : 26/05/2021 13:45
Haut


Re : France 2021
#73
Habitué
Habitué


Placebo, la priorité c'est de faire redémarrer les clubs... Pas de clubs en forme = pas de haut niveau. Se focaliser sur un calendrier qui va concerner, au max pour cette saison, 500 tireuses et tireurs (dont une cinquantaine à peine vraiment de "haut niveau")c'est prendre le sujet à l'envers.

Aujourd'hui, la question qui devrait occuper tous les esprits c'est comment l'escrime française, déjà reléguée avant le Covid au 34e rang des sports pratiqués dans l'Hexagone, peut et doit rebondir en élargissant son public.

Faute d'affronter cette réalité (je doute assez de la capacité et de la volonté de la FFE en la matière), le haut niveau n'aura qu'un avenir limité...

Date de publication : 25/05/2021 13:00
Haut


Re : Challenge National M17 M20
#74
Habitué
Habitué


Topaze relève un des gros problèmes du système actuel. Pour point de départ, on a déjà une base quantitativement faible de pratiquants enfants. malgré cela, on n'a de cesse de l'écrémer à partir des M13 par une logique "d'excellence" compétitive qui décourage assez vite la plupart des mômes. Ceux qui persistent sans être des "champions" se tapent le mur du passage M15/M17 où tout est vraiment fait pour les décourager définitivement. Tout ça pour quoi ? Produire une (très) petite élite potentiellement pourvoyeuse de quelques médailles ? Avec l'internationalisation de l'escrime, les moissons françaises de demain seront toujours forcément moins fournies que celles d'hier. Ce modèle est donc complètement dépassé. Mais surtout contre-productif pour les clubs dont la survie dépendra de plus en plus de la pratique loisir. Avec, pour avoir le nombre, des effectifs à recruter pas uniquement chez les adultes mais aussi chez les ados à condition qu'on leur offre de quoi persister dans ce sport.
Par exemple et pourquoi pas, en imaginant, à côté des compétitions pures et dures, des regroupements plus ludiques (avec l'idée de jeux mise en avant et en hybridant la formule de ces "escrimes games" : concours de cible, combats à 1 touche mais tout le monde rencontre tout le monde, matchs en mode DV, rencontres par équipes avec relais aléatoires, défis PPG, etc.).
Sauf que ce genre de proposition est trop éloignée de la culture des MA, du cadre de référence des CTR-CTS et des intérêts-ambitions des instances fédérales pour exister un jour.
Alors ?

Date de publication : 18/05/2021 16:30
Haut


Re : La FFE n
#75
Habitué
Habitué


@Fleuret75

Des faits ? Allons-y.

Commençons par le problème de la baisse des pratiquants. L'historique est disponible sur le site de la FFE : https://www.escrime-ffe.fr/fr/ffe/pres ... -nombre-de-licencies.html

Qu'y voit-on ? Saison 2019-2020 = 52 337 licenciés (54 449 la saison précédente). Nous voilà ramenés quasiment à l'étiage du début des années 2000. Entretemps, et donc sur ces mêmes 20 ans, la France a gagné 7 millions d'habitants. Si la pratique de l'escrime, sans se développer, avait simplement garder le même poids proportionnellement à la démographie nationale, nous tournerions autour de 60 000 licenciés. Dès lors, nous ne stagnons pas (ce qui serait déjà dommageable en soi) mais nous baissons bel et bien...

Juste un trou d'air ? Non. Nous sommes clairement sur une tendance de fond. Et pour s'en convaincre, il convient de se comparer aux chiffres du sport licencié en général. La France comptait 10 millions de licenciés toutes disciplines confondues en 2020 avec un rythme de progression supérieur à l'évolution démographique de la population sur ces 20 dernières années. D'un côté le nombre de licenciés escrime baisse, et de l'autre, le nombre de licenciés sportifs monte. Au final, forcément, l'escrime perd pas mal de terrain et passe à la 36e place des disciplines pratiquées.
Croisons son destin avec celui, par exemple, du badminton. Les deux fédérations avaient le même nombre de licenciés au milieu des années 90. Aujourd'hui, la FFBAD flirte avec les 200 000 licenciés, 4 fois plus que l'escrime...

Pas convaincu ? Toujours sur le site de la FFE, je vous invite à aller voir les effectifs dans les catégories jeunes aux trois armes et à remonter les années, vous verrez la décrue. Il y a peu, sur ce forum, certains se désolaient des très mauvais résultats des fleurettistes filles aux championnats du monde cadets et juniors du Caire. Vous savez combien elles sont à figurer au classement national M20 ? 141... Pour toute la France...
Quand on a à faire à des cohortes qui s'éclaircissent à ce point, le très haut niveau s'éloigne parce qu'on a plus le volume critique suffisant pour "produire", régulièrement, de la championne et du champion. Mais ces pauvres petites troupes témoignent d'un échec plus grave encore, celui de l'attractivité de ce sport et du plaisir que l'on y trouve dans les conditions de pratique actuelles. Sur 10 filles qui commencent l'escrime en M7, il y en a même pas une qui continuera jusqu'en M17. Et c'est pire encore chez les garçons ! (Simplement, on le voit moins parce que, comme ils représentent les 2/3 de l'effectif global des licenciés, les chiffres sont moins spectaculairement bas.). Quand on parle de cohortes, une dispersion importante au fil du temps c'est normal. Mais pas à ce point. Et comme la difficulté technique de l'apprentissage de l'escrime n'explique pas à elle seule ce surplus de renoncements. Dès lors, c'est bien du côté de l'environnement général de ce sport qu'il faut aller chercher les causes du problème. Pas assez ludique, trop bêtement compétitif (avec des formules pyramidales qui découragent 80% des tireurs), trop onéreux, etc.
J'y reviendrai...

Ah, d'ailleurs. Puisque vous vous appelez Fleuret75, vous savez sans doute combien la ligue de Paris a perdu d'escrimeurs en 2 ans (juste avant le Covid) ? Près d'un millier ! Passant de 4 500 à 3 500 (je le répète, avant la pandémie). Soit quasiment 1/4 de son effectif total. Je vous laisse estimer ce qu'il reste aujourd'hui et la hauteur de la pente qu'il faudra remonter. Ici comme ailleurs, cela ne se fera certainement pas avec les recettes habituelles d'une escrime française qui coupent l'appétit plus qu'autre chose...

Dernier point. je n'ai rien contre les hommes. Et rien contre les femmes non plus. Simplement, quand ces dernières représentent 50 % de la population et 30 % des pratiquants de votre sport mais seulement 6 % des cadres techniques supérieurs de la FFE, ça m'interpelle un peu que cela ne vous étonne pas !

Date de publication : 02/05/2021 00:12
Haut


Re : La FFE n
#76
Habitué
Habitué


Ce déséquilibre total dit tout d'une fédération et d'un sport incapables d'avancer avec leur temps.
C'est un symptôme, et il y en a d'autres, de la maladie dégénérative qui frappe l'escrime française. Plus d'évolution, on se replie sur quelques certitudes dépassées, on vivote, pas de curiosité et de sens de l'ouverture, on refuse l'avenir par peur de ne pas y avoir sa place...
De (traditionnellement) conservatrice, l'escrime française est en train de virer réactionnaire et creuse sa tombe à grandes pelletées.

Pour faire illusion, ses dirigeants successifs mettent tout le pognon disponible sur le haut niveau mais la base, sans soutien, s'effrite inexorablement. Au bout d'un moment (qui arrive dans pas longtemps), celle-ci sera tellement étriquée qu'il n'y aura plus de quoi faire tenir debout la pyramide (et donc son sommet). Tant pis, après eux le déluge ! Tant que le microcosme qui vit bien de l'escrime pourra encore en profiter un peu (et là, je ne parle évidemment pas du MA qui se débat dans les difficultés quotidiennes de son club)...

Cet entre-soi si petit, petit nous condamne tous. Rappelons-le, l'escrime est désormais au 36e rang des sports pratiqués en France (26e sport olympique). Certes, cela n'a jamais été un sport de masse mais de là à basculer dans la quasi marginalité, il y avait un gouffre que nous avons pourtant franchi allègrement en 20 ans et la pointe en avant !

Le (très faible) plan d'accompagnement des clubs que vient de pondre la FFE est à cet égard significatif du peu d'intérêt qu'a, dans l'escrime, son "élite" encadrante pour la (de plus en plus réduite) masse pratiquante. Persistons dans ce déni d'une réalité à réformer et, dès lors, ne nous étonnons pas de péricliter...

Date de publication : 01/05/2021 19:34
Haut


Re : La FFE n'a plus de DTN (direction sportive nationale)
#77
Habitué
Habitué


A la lecture de qui compose la DTN, de qui fait partie des entraîneurs nationaux ou des gestionnaires du haut niveau et de qui fait fonction de conseiller technique régional, rien ne vous interpelle ?

DTN = 0 femme.
Entraineurs nationaux/gestion haut niveau = 0 femme sur 21 postes (!!!).
CTR = 3 femmes pour 19 hommes.
Total général = 47 hommes et 3 femmes.

Alors, certes, le nouveau DTN qui vient d'être nommé est une nouvelle...

Mais vous croyez vraiment que cela résout le problème vu son ampleur ?

Tant que l'escrime française se complaira dans son conservatisme étriqué, et le sexe de ses cadre n'en est qu'un exemple parmi d'autres, il n'y aura rien à espérer... Ca pue la naphtaline !

Bon nombre d'autres sports anciens, dans un environnement de plus en plus concurrentiel avec l'émergence de nouvelles pratiques, ont su évolué pour continuer de se développer. Le tennis, le foot, le basket, etc.
L'escrime française, elle, attend chaque 4 ans sa petite médaille aux JO comme la piécette qui relancera le juxebox le temps d'une chanson. Sauf que la musique ne s'écoute plus comme ça...

Date de publication : 01/05/2021 17:39
Haut


Re : Reprise différée du sport amateur (escrime)
#78
Habitué
Habitué


L'escrime est classée comme sport d'opposition. Donc reprise en salle le 19 mai sauf pour les départements dont le taux d'incidence dépasserait encore 400 infections pour 100 000 habitants. A priori, seule l'Ile-de-France pourrait être concernée. Ce qui serait un problème pour la FFE qui projette d'organiser les France 2021 en juin avec des sélections régionales en mai. Impossible d'accorder une quelconque crédibilité à ces championnats si l'IDF en est exclue. Pas parce que les parigots sont les plus beaux ! Mais parce que la région parisienne c'est un quart des licenciés classés du pays...

Date de publication : 29/04/2021 23:47
Haut


Re : 1 000 000 €
#79
Habitué
Habitué


Franchement...

Le million tant promis n'y est pas et on se demande bien pourquoi vu qu'avec le Covid la FFE a fait des économies sur la saison en cours (et la précédente)avec une baisse significative de ses charges (chômage partiel, baisse des frais de représentation, etc.).

Une fois que l'on a enlevé tout ce qui relève des aides d'Etat et des dispositifs de droit commun, quel est l'effort réel de la FFE ?

10 euros rétrocédés par licence 2020-2021 alors que presque tout le monde se débat depuis deux saisons avec la nécessité de procéder à des remboursements, à des avoirs ou à des remises pour garder ses adhérents, c'est peanuts ! Des gros clubs ont lâché des 15/20 000 euros dans l'histoire en fragilisant sérieusement leur trésorerie. Quant aux petits, dans l'incapacité de procéder à des remboursements, ils sont fermés depuis si longtemps qu'ils vont repartir (pour ceux qui le pourront)de zéro ou quasiment. Pour eux, la FFE est bien bonne, il y a le prêt fédéral... Qu'il leur faudra bien évidemment rembourser.

Quoi d'autre ? Ah si, les fameuses actions de com ! Pour le coup, la FFE se montre subitement généreuse et y met 100 000 euros. Moi, perso, je demande à voir les factures. Pour mettre en page des flyers et des affichettes, en livrer un peu aux clubs, balancer quelques goodies et organiser quelques séances de signatures d'autographe ça fait reuch...

En clair, ni les gros ni les petits clubs ne s'y retrouveront. Visiblement, Gares n'a pas compris qu'un plan de relance n'est efficace dans son effet booster qu'à la condition d'y aller franchement. En la matière, quand on mégote, on se plante.

Conclusion : 500 000 euros de réellement et chichement investis dans cet "accompagnement". C'est bien trop peu et surtout pas à la hauteur d'une ambition qui se devait d'être plus large. Il aurait fallu se saisir de ce moment pour passer à l'offensive afin d'essayer d'enrayer un déclin de l'escrime française dont la crise pandémique n'a fait qu'accélérer le processus. Le sujet, aujourd'hui, c'est la base pratiquante qui se réduit comme peau de chagrin. Depuis 30 ans, la FFE se contente, pour l'essentiel, de mettre son argent sur le haut niveau en comptant sur un retour en médailles JO afin de relancer la machine adhésions tous les 4 ans. Ce modèle-là est pourtant dépassé depuis belle lurette ! Il serait temps de s'en apercevoir...

Date de publication : 29/04/2021 11:55
Haut



« 1 2 (3)



Escrime-Info : Mentions légales