https://royalescrime.com/
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Menu principal
Qui est en ligne
46 Personne(s) en ligne (1 Personne(s) connectée(s) sur Reportages)

Utilisateurs: 1
Invités: 45

bessemou, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish
SmartSection is developed by The SmartFactory (http://www.smartfactory.ca), a division of InBox Solutions (http://www.inboxsolutions.net)
Reportages > Championnats de France 1ère div 2003 > Le fleuret - Joyeuses fêtes entre amis
Le fleuret - Joyeuses fêtes entre amis
Publié par Sarah le 23/12/2003 (2043 lus)
Le fleuret

Oh là, là, là, là, là, là ! Qu’il est bon de voir des fleurettistes en ces périodes de fêtes non pas croire aux miracles mais en faire ! Qu’il est exquis d’attendre jusqu’au dernier moment pour découvrir un nouveau champion de France ! Qu’il est agréable, enfin, de recevoir tous ces petits cadeaux que sont de belles touches, des visages marqués par la joie ou la tristesse et de partager ,- et faire partager -, des victoires et des défaites !

La petite féerie des championnats de France s’est encore une fois produite cette année puisque les vainqueurs du fleuret dames et hommes ont fait l’effet de jolis paquets dont on ne connaissait pas le contenu à l’arrivée.
Ainsi chez les dames, qui aurait pu donner Wassila Redouane médaille d’or ? D’autant plus qu’ entre les juniors non inscrites pour cause de Coupe du Monde le même jour, les blessées comme Christina Cerny ou les futures mamans comme Clothilde Magnan et Sandrine Saunier, le tableau (de 32 seulement !) semblait plus que d’habitude s’articuler autour des matches d’Adeline Wuillème. Et bien non, cette fois l’articulation a cédé sous les pressions répétées de l’escrimeuse d’Aubervilliers. Et quelles pressions car hormis Mlles Gaillard et Huet, qui ne sont pas sorties « vivantes de leur panier de crabes respectif », le ban et l’arrière ban de l’équipe de France du fleuret féminin répondaient présents dans le tableau de 8, à savoir Mlles Guyart, Napolitano, Moumas, Maitrejean, Seigneur et Ibrahim. A ce stade, la question était plutôt de savoir qui allait être cette année encore la dauphine de Wuillème. L’image se faisait moins floue vers 13h puisque les demi-finales proposaient Wuillème/Guyart et Redouane/Ibrahim. Le premier assaut, disputé au début, voit la domination rapide de Wuillème, la jeune Guyart semblant débordée sur la fin. En revanche, le match suivant fut bien plus mouvementé : menée très vite 12/5, Ibrahim recolle à 13 puis 14 partout pour enfin encaisser la dernière (et seule) parade riposte de Redouane du combat. Une finale inédite se déroule alors , très équilibrée puisque nous assistons à un nouveau 14 partout. Et alors que l’on était étonné de l’endurance de Redouane après une demi-finale déjà éprouvante nerveusement, elle résiste encore et toujours pour s’imposer ici, détrônant Wuillème avec une très belle dernière attaque.

Image redimensionnée

La nouvelle championne de France pouvait donc laisser éclater sa joie alors qu’entraient en piste les finalistes du fleuret masculin, Messieurs Le Pechoux et Beaudan. Cette fois-ci, pas de réelle surprise, les deux tireurs étant respectivement 3ème et 5ème du classement national, tout deux membres de l’INSEEP et partenaires de fait d’entraînement. Cet assaut ne fut pas très exaltant, les deux adversaires ayant plutôt des escrimes attentistes ; c’est Erwann Le Pechoux qui à ce jeu s’en tira le mieux.
Non , ce moment n’eut rien d’étonnant. En revanche, la journée offrit son lot de rebondissements et de petites drôleries en tout genre. Tout d’abord, il fallait noter la non participation de Jean-Noël Ferrari pour blessure et l’abandon prématuré de Sébastien Coutant. Puis, dans le tableau de 32, les pointes de Messieurs Lachkar et Clos indiquèrent le chemin du vestiaire aux pointures Guyart et Attely. Boidin, dans les 16, succombait face à Beaudan. L’équipe de France de ces trois derniers championnats du monde n’était alors déjà plus.
Et pendant ce temps, Le Pechoux, au milieu de tous ces anciens, tirait son épingle du jeu, histoire de souligner, pour ceux qui ne l’avaient pas encore compris, -malgré une victoire en coupe du monde l’an passé, il n’avait été que remplaçant aux derniers championnats du Monde à la Havane- ,qu'il faudrait désormais compter avec lui.


Image redimensionnée

Naviguer à travers les articles
Article précédent Le sabre - Favoris et outsiders
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Escrime-Info : Mentions légales