http://www.stagescrime.com/le_stage_de_la_bourboule.html
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
60 utilisateur(s) en ligne (1utilisateur(s) en ligne sur Articles)

Membres: 1
Invités : 59

amanrich, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

The Fear of Winning

Posté par mochicraft sur 12-06-2005 22:18:25 (4090 lectures) Articles du même auteur

During a recent youth championships I observed many situations during bouts where what psychologists call "fear of winning" was quite evident.




Let me first state that what we are talking about here are still very young athletes, not older than 14; therefore, the experience and the emotional stability is not so well entrenched as one could expect to find in more mature athletes.

This status of emotional instability is often compensated by the coach's presence near the strip who, beside advice and technical suggestions which he can give to his students, by his mere presence by the strip he provides his student with a pseudo emotional stability which the young person can't often find in himself, at least under certain circumstances.

To understand all this, one just needs to look at the eyes of the young athletes when, before a bout, they scan the room in search of their coach who is still far away from the strip.

But this is not all there is.

The fear of winning is there, lurking in the folds of their brain.

I saw fencers losing bouts which were considered already in the bag, having to stand the joy of the opponent's parents, and the consternation of his own fans. I saw coaches shaking their head incapable to explain the unexpected and abrupt below par performance of their pupils.

What makes the stress of fear of winning even greater are the frequent and useless protests by the coaches against the referee's calls. I noticed that these interruptions, which obviously can never produce anything useful, actually severely ruin the concentration of many young athletes who, because of all the commotion, cannot find again their rhythm in fencing.

Giacomo Paleni says that the fear of winning can be found in all athletes at any level: this becomes the dominant feeling before and during the bout. Obviously the fear of winning is an oxymoron and a paradox: the purpose of competitive sport is first and foremost to win. So, why many athletes, when they are almost there, trigger a subconscious mechanism for not winning? One cannot rationally explain the fear of winning and yet it clearly exists. We can even estimate that between 20 to 30% of all athletes are suffering from it in a more or less evident fashion.

HOW DOES IT MANIFEST ITSELF

As soon as the athlete thinks that he can win, fear blocks him and he cannot win any more. He can win only if he is not aware or does not realize that he is winning.

Often we can see great performances in pools, with consequent easy victories, while the athlete is aware that he can even lose a single bout without severely affecting the second part (direct elimintion) of the competition. Then in DE you see him losing either the first or second bout, often after having had a lead up to a certain point, until the fear of winning blocks our young athlete.

POSSIBLE EXPLANATIONS FOR THIS PHENOMENON

1. Some well known sport psychologists (Antonelli) give us a Freudian explanation. In order to win one must have a certain dose of aggression. However, if the athlete is raised in an environment which does not condone aggression, and even more if one of the parents has always frustrated any aggressive tendency in the child athlete, it's probable that the adult athlete (but in the subconscious we are all children terrified by the paternal authority) perceives his own competitive success as an act of disobedience, just because of the aggression which he must now find in himself. Winning equates disobeying the father/mother and this would provoke guilt.

2. The athlete may be perceived as a great fencer by the coach, other experts, but he does not feel this way about himself. He lives in the illusion that the great performance will come one day, but because of one excuse or another, he always delays the big moment of truth. If/when he wins the big one he could taste this moment of truth: but what if he fails? Better gain some time and postpone the moment of truth. Meanwhile, time goes by and the big hope remains just this for the rest of his life.

3. This is also the case of an athlete who wins big once, against everyone's expectation, which surprises everyone, himself included in the first place. After the big achievement he gives up, does not want to test himself any more for fear of disappointing himself and the others. The opponents will always be too strong, insurmountable.

The fear of winning therefore, seen as the fear to have to repeat the ability to win in front of one's coach and parents, usually happens more often with those athletes who have the potential to win, but aren't yet fully conscious of their own real abilities.

The coach, in this case, is fundamental to instill in his students the ability to handle victory or loss, to build confidence in one's capabilities, and most important than anything else to not penalize the losses with disappointment or even worse make him feel guilty.

This very important aspect of the life of an athlete, the "fear of winning" is just as important and fundamental as technique and physical training. It should be one of the kernels on which to work so that the capabilities of our athletes can be fully realized.

The role of the coach therefore, is not only to produce champions, but to succeed in realizing the full potential of each athlete inculcating in each one trust and confidence in the realization of the athletes full potential.

Sergio Brusca
Club Scherma Roma
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Discussion
Trey
Publié: 14-06-2005 17:26  
Accro
Joint: 30-04-2003
De: Le Mans
Commentaires: 305
 Re: The Fear of Winning
Je pense que la plupart des membres ne comprendront rien à cet article.
Ne serait il pas possible de le mettre en français ?
Arbitre
Publié: 14-06-2005 18:29  
Fait partie des meubles
Joint: 07-06-2004
De: Pres de l'equateur
Commentaires: 2111
 Re: The Fear of Winning
Je ne sais pas si la traduction est trés bonne mais c'est un essai. Trey si tu veux poursuivre ta carriére d'arbitre il va falloir apprendre l'anglais

Laissez-moi en premier déclarer que de ce que nous parlons ici sont toujours des athlètes très jeunes, pas plus de 14 ans ; donc, l'expérience et la stabilité émotive n'est pas établie que ce qu'on pourrait trouver chez des athlètes plus mûrs. Ce statut d'instabilité émotive est souvent compensé par la présence de l'entraîneur près de la piste, qui conseille et donne des solutions techniques. par sa seule présence il fournit à son éleve une pseudo stabilité émotive que le jeune ne peut, trés souvent, trouver en soi, au moins dans certaines circonstances. Pour comprendre tout ceci, il suffit de regarder les yeux des jeunes athlètes quand, avant un assaut, ils balayent la salle à la recherche de leur entraîneur qui est encore loin de la piste. Mais ce n'est pas tout. La crainte du gain est là, menaçante dans les plis de leur cerveau. J'ai vu des escrimeurs perdre les assauts qui ont été considérés comme déjà dans le sac, devant subir la joie des parents de l'adversaire, et la consternation de ses propres supporters. J'ai vu des entraîneurs secouer leur tête incapable d'expliquer l'inattendu et ce brusque revers de l'exécution par de leurs éleves. Ce qui rend l'effort de la peur de gagner encore plus grand sont les protestations fréquentes et inutiles des entraîneurs contre les appels de l'arbitre. J'ai noté que ces interruptions, qui évidemment en général n'apporte rien d'utile, nuisent réellement sévèrement à la concentration de beaucoup de jeunes athlètes qui, en raison de toute l'agitation, ne peuvent pas trouver encore leur rythme dans la clôture. Giacomo Paleni indique que la peur de la victoire ou de gagner est présente chez tous les athlètes à n'importe quel niveau : ceci devient le sentiment dominant avant et pendant l'assaut. Évidemment la peur de gagner est un oxymoron et un paradoxe : le but du sport de compétition est en premier lieu de gagner. C'est pourquoi beaucoup d'athlètes, quand ils sont vainqueur, déclenchement un mécanisme subconscient pour la victoire ? On ne peut pas rationnellement expliquer la peur de gagner mais elle existe. Nous pouvons même estimer cela entre 20 à 30% de tous les athlètes concerné par ce phénomêne . COMMENT IL MANIFESTE LUI-MÊME Dès que l'athlète pensera qu'il peut gagner, craignez que les blocs lui et lui ne puissent pas gagner davantage. Il peut gagner seulement s'il ne se rend pas compte ou ne se rend pas compte qu'il gagne. Souvent nous pouvons voir de grandes exécutions dans les piscines, avec des victoires faciles conséquentes, alors que l'athlète se rend compte qu'il puisse même perdre un accès simple sans affecter sévèrement la deuxième partie (elimintion direct) de la concurrence. Alors dans le De vous le voyez perdre le premier ou deuxième accès, souvent ensuite ayant eu un amener à un certain point, jusqu'à ce que la crainte du gain bloque notre jeune athlète. EXPLICATIONS POSSIBLES POUR CE PHÉNOMÈNE 1. Quelques psychologues bien connus de sport (Antonelli) nous donnent une explication freudienne. Afin de gagner un doit avoir une certaine dose d'agression. Cependant, si l'athlète est élevé dans un environnement qui ne pardonne pas l'agression, et encore plus si un des parents a toujours frustré n'importe quelle tendance agressive dans l'athlète d'enfant, il est probable que l'athlète d'adulte (mais dans le subconscient nous sommes tous les enfants terrifiés par l'autorité paternelle) perçoive son propre succès concurrentiel comme acte de désobéissance, juste en raison de l'agression qu'il doit maintenant trouver dans se. Le gain égalise désobéir le father/mother et ceci provoquerait la culpabilité. 2. L'athlète peut être perçu comme grand escrimeur en l'entraîneur, d'autres experts, mais il ne sent pas cette manière au sujet de se. Il vit dans l'illusion que la grande exécution viendra pendant un jour, mais en raison d'une excuse ou des autres, il retarde toujours le grand moment de la vérité. If/when il gagne le grand qu'il pourrait goûter ce moment de la vérité : mais ce qui s'il échoue ? Améliorez le gain une certaine heure et remettez le moment de la vérité. En attendant, le temps s'écoule et le grand espoir demeure juste ceci pour le reste de sa vie. 3. C'est également le cas d'un athlète qui gagne grand une fois, contre chacun l'espérance, qui étonne chacun, lui-même inclus en premier lieu. Après que le grand accomplissement qu'il donne vers le haut, ne veut s'examiner plus pour la crainte de se décevoir et les autres. Les adversaires seront toujours trop forts, insurmontable. La crainte du gain donc, vue pendant que la crainte à devoir répéter la capacité de gagner devant son entraîneur et parents, se produit habituellement plus souvent avec ces athlètes qui ont le potentiel de gagner, mais être pas encore entièrement conscient de leurs propres vraies capacités. L'entraîneur, dans ce cas-ci, est fondamental pour instiller dans ses étudiants la capacité de manipuler la victoire ou la perte, pour établir la confiance dans ses possibilités, et le plus important que toute autre chose pour ne pas pénaliser les pertes avec la déception ou même plus mauvais rendent lui la sensation coupable. Cet aspect très important de la vie d'un athlète, l'"crainte du gain" est comme important juste et principe fondamental que la technique et la formation physique. Il devrait être l'un des grains sur lesquels pour travailler de sorte que les possibilités de nos athlètes puissent être entièrement réalisées. Le rôle de l'entraîneur, est donc non seulement de produire des champions, mais de réussir à réaliser la pleine capacité de chaque athlète inculquant dans chacun la confiance et la confiance en réalisation de la pleine capacité d'athlètes. Club Scherma Roma De Sergio Brusca
Trey
Publié: 15-06-2005 23:52  
Accro
Joint: 30-04-2003
De: Le Mans
Commentaires: 305
 Re: The Fear of Winning
C'est pas pour moi. Je parle très bien l'anglais. Mais à mon humble avis, peu de membres sont capable de tout traduire.
Escrime-Info : Mentions légales