https://www.fencing.my-solutions.fr/contents/fr/d2053_Page-51.html
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
19 utilisateur(s) en ligne (3utilisateur(s) en ligne sur Articles)

Membres: 0
Invités : 19

plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Qu’est-ce que le fleuret ? (2)

Partie 2
Posté par Malicia sur 16-03-2020 17:08:38 (436 lectures) Articles du même auteur

Prétendre que le fleuret n’était qu’une arme d’entraînement qui n’est pas sorti des salles d’armes, c’est introduire une pure confusion : vouloir faire croire que le fleuret n’a rien de martial, il n’était pas destiné au combat. C’est l’exact contraire.

En entraînement, historiquement ou pas, on ne prend pas des armes fonctionnelles, c’est trop dangereux. En salle d’armes, on n’a jamais utilisé des armes fonctionnelles, mais que des armes d’entraînement.



On peut tout à faire dire de l’épée moderne qu’elle n’est jamais sortie des salles d’armes !!!

Dire que le fleuret est une arme d’entraînement est vain car cela ne le distingue pas… mais c’est parfaitement nuisible en sous-entendant que le fleuret n’a rien à voir avec le combat réel.

 

JAMAIS on n’utilisait des "épées" ou des "sabres" fonctionnels, tranchants ou estoquant en SALLE. On utilisait des armes-simulateurs. Dans l'armée, on a utilisé des sabres en bois (les Japonais utilisaient le shinai ou le bokken). Concernant les épées, même chose, on en neutralisait la pointe, avec une "fleur" au bout : c'est un fleuret. À la Renaissance, on appelait les épées neutralisées les feder (ou federschwert).

Voilà une feder pour s'entraîner :

Image redimensionnée

Et l'épée non neutralisée pour se battre :

Image redimensionnée

 

La réalité à partir du 17e siècle, c'est celle-là :

Voilà l'épée pour s'entraîner :

Image redimensionnée

Et l'épée (de cour) non neutralisée pour se battre :

Image redimensionnée

 

Le fleuret, c'est juste un simulateur utilisé pour apprendre l'épée pour se battre !

 

Regardez la différence entre ces deux :

1. Image redimensionnée

2. Image redimensionnée

Le premier, c'est un simulateur, un glock en airsoft. Le second, c'est un vrai glock 17.

 

Dans 200 ans, quand les armes à feu auront disparu parce que technologiquement dépassées, on aura peut-être encore des gens qui feront un sport qui s'appellera l'airsoft, et qui se tireront dessus avec des glock airsoft.

Est-ce que vous ne croyez pas à ce moment, qu'il sera débile de prétendre que de toute manière, l’airsoft n’est jamais sorti des salles fermées ?

Évidemment qu’on ne va pas sur un théâtre de conflit avec un pistolet à bouchon ! MAIS le pistolet à bouchon ou l’airsoft, il n’empêche que c’est un simulateur pour la véritable arme.

 

Le fleuret ne date pas de la fin du 18e siècle. Le fleuret a existé bien avant, mais avec une forme qui a évolué. À la base, le fleuret est une arme fonctionnelle qui est neutralisée.

Toutefois, pour des raisons de coût et de sécurité, le fleuret va s’autonomiser : on a va créer un objet spécifique, pas cher et qui ne risque pas de blesser contrairement à l’arme neutralisée qui peut être déneutralisée si elle perd sa « fleur ».

 

Cela se comprend très bien en regardant l’Encyclopédie de Diderot.

Image redimensionnée

En haut à droite, ce sont deux fleurets au côté d'épée. Le fleuret, un objet basique, facile à produire, peu ouvragé. L'épée, un objet de luxe, longuement fourbi, destiné à l'apparat ou au combat.

 

Il faut cesser de faire croire qu'il y aurait un gus qui se serait levé le matin, et aurait inventé une nouvelle arme pour la pratique sportive. NON : on a utilisé juste une arme neutralisée, et on l’a spécialisée pour la neutraliser complètement, pour devenir un simulateur destiné à apprendre l'escrime... et ENSUITE, ce simulateur a été destiné à la pratique sportive, à du loisir, faute d’avoir l’occasion ou la volonté de se battre.

 

Mais à la base, le fleuret, c’est une arme, et on l’utilise comme simulateur pour apprendre à tuer.

 

Le fleuret est d’ailleurs bien plus martial que ce qu’on appelle l’épée moderne née au 19e siècle. L’épée moderne, elle est faite pour les duels au premier sang (avec quelques morts au passage, mais peu… mois que le coronavirus), alors que le fleuret ou d’un moins, l’arme à la base du fleuret est une arme destinée à tuer.

Simplement, l’épée moderne est née parce qu’à partir de la fin du 18e, le fleuret a trop dérivé vers un aspect sportif et s’est coupé du réalisme martial (une vision trop loisir). Aussi, au cours du 19e siècle, avec la recrudescence des duels, on s’est mis à se battre plus et alors s’apercevoir que la technique dégénérée du fleuret (alors qu’à la base, c’est une excellente technique de combat) ne permettait plus de se battre correctement.

Mais à la base, épée ou fleuret, c’était exactement la même chose : fleuret = épée de cour.

 

(à suivre)

Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Fichiers attachés : fleuret.jpg 
Les commentaires sont la propriété de leur auteur. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Discussion
Escrime-Info : Mentions légales