https://www.fencing.my-solutions.fr/contents/fr/about.html
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
71 utilisateur(s) en ligne (49utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 2
Invités : 69

cheben, SAJB-Dunkerque, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (Messire)

BasBas



Re : Rigidité administrative de la FFE
#1
Bavard
Bavard


Citation :

amanrich a écrit :
Messire, en 2014 tu voulais créer une FFE bis pour tous les déçus de la FFE. Où en es-tu de ton projet ?

Vous plaisantez ? Créer une nouvelle bureaucratie, avec de nouvelles normes pour emmerder tout le monde ? Très peu pour moi.
La solution est bien plus simple : créer un truc utile ! Un club d'escrime ! Et sans l'affilier à la FFE qui va vous assommer de paperasse et d'exigences.
Ensuite, contentez-vous de vous faire plaisir : de l'escrime.

Date de publication : 05/09/2015 10:56
Haut


Re : Rigidité administrative de la FFE
#2
Bavard
Bavard


La FFE est une fédération sportive qui a fait le choix d'imposer un maître d'armes pour affilier un club : voir.
Pas de maître d'armes, pas d'affiliation.
Alors, mieux vaut aller voir ailleurs et pratiquer l'escrime autrement hors FFE.
Pour ceux qui ont réussi à s'affilier malgré les contraintes, ne licenciez pas vos tireurs non-compétiteurs, cela ne leur sert qu'à payer pour rien du tout.
La FFE ne fait pas envie.

Date de publication : 05/09/2015 08:25
Haut


Re : Certificat de qualification professionnelle : Moniteur d'escrime
#3
Bavard
Bavard


Il faut voir ce que la FFE va faire de ce CQP.
Je vous rappelle que pour l'instant, pour affilier un club à la FFE, il faut avoir un maître d'armes : voir la FFE sonnera l'halali le 5 juin 2014.
Donc, pour l'instant, ce CQP ne peut servir qu'aux gros clubs qui ont un MA et qui veulent disposer d'une main d’œuvre meilleur marché pour une partie de l'activité. En résumé, le MA se charge des compétiteurs, et on fourgue le moniteur CQP aux loisirs, ou aux poussins...
Si c'est ça, cela n'apporte rien à l'escrime.

Il faut que la FFE lève l'obligation d'avoir un MA pour s'affilier.
Des petits clubs de 10, 20, 30 licenciés, ne peuvent pas avoir un maître d'armes, en tout cas à plein temps, et très difficilement à temps partiel ou partagé.
Ils pourraient se contenter de moniteur CQP pour fonctionner (et pouvoir un jour disposer d'un MA quand ils seront plus gros)... sauf si la FFE continue à leur exiger de fournir un MA...

En gros, pour l'instant, la FFE verrouille tout : les CQP risquent d'être mis aux mauvais endroits, dans les gros clubs, et ils se révèleront interdits dans ceux qui en ont besoins, les petits clubs.

Date de publication : 18/11/2014 13:48
Haut


Re : Salaire décent des MA
#4
Bavard
Bavard


Citation :

odel a écrit :
Pour ce qui est d'avoir un enseignant, bien sûr qu'il est préférable d'en avoir un. Compétent dans la forme d'escrime pratiquée dans le club, de préférence. Mais si l'on en a pas, parce qu'on n'en trouve pas ou que l'on a pas les moyens de le rémunérer, est-il plus intéressant de fermer le club ou de se débrouiller pour qu'il continue à vivre ?

La FFE a choisi ; sa réponse, c'est de fermer le club.
Voir : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014

Date de publication : 04/10/2014 20:32
Haut


Re : 4081 licenciés perdus
#5
Bavard
Bavard


N'oubliez pas que la diminution du nombre de club et donc la baisse des effectifs a été programmé par la FFE pour cette nouvelle saison qui va débuter.
Il va bien falloir que la FFE applique son règlement intérieur et supprime l'affiliation de nombre de clubs.
Le vice-président chargé du haut-niveau est d'ailleurs inflexible sur le sujet.
Voir : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014

Date de publication : 29/08/2014 19:25
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#6
Bavard
Bavard


Citation :

amanrich a écrit :
Pour répondre à Messire, Il y a toujours la possibilité de faire "couvrir" une salle ou un Cercle d'escrime par un M-A de tutelle.

Vous intervenez manifestement sans savoir, sans avoir lu les messages précédents, et encore moins le règlement intérieur de la FFE (article 5).
La prétendue couverture pédagogique d'un maître d'armes (MA) n'est qu'une solution très temporaire selon le règlement intérieur de la FFE. Ainsi, tous les clubs qui depuis quatre n'ont qu'un éducateur fédéral sous couverture d'un MA, c'est terminé. Si l'éducateur fédéral ne rentre pas dans une formation professionalisante (en gros pour devenir MA), le club est dégagé de la FFE.
Votre discours rassurant, c'est celui que tient la FFE : mais la réalité, aujourd'hui, c'est que tous les clubs qui fonctionnent comme cela depuis 4 ans et qui n'ont pas les moyens de changer, ils ne sont plus accueillis au sein de la FFE, à partir d'aujourd'hui.
Il faut arrêter de se voiler la face, et il faut appliquer les règles de la FFE : on dégage de la FFE ! Que la FFE assume ce qu'elle a posé comme principe absurde (et largement pas partagé par d'autres fédération, cf. au-dessus)
La FFE a ainsi inventé le principe du MA obligatoire dans chaque club... Tant pis. Cela veut dire qu'il y a donc maintenant place pour une seconde fédération d'escrime, celle des recalés de la FFE.

Date de publication : 05/06/2014 11:02
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#7
Bavard
Bavard


Nous y sommes !
Désormais, les clubs qui ouvraient depuis quatre ans avec un enseignant bénévole, devront présenter sur leur bulletin d’affiliation un enseignant professionnel (ou en voie de) : sinon, adieu la FFE.
Ce n’est pas faute que le comité directeur se soit posé la question : http://escrime-ffe.fr/fichiers/compte-rendu-groupe-b726464398
Le comité directeur prétend :
Citation :
Le groupe s’accorde sur l’article 5.3.1 du règlement intérieur autorisant un club à s’affilier avec un diplômé RNCP, un diplômé RNCP en formation ou un Éducateur fédéral en tenant des conditions énoncées à l’article 5.3.3 du règlement intérieur (couverture pédagogique et convention avec la ligue)

Ce groupe dit en gros trois fois la même chose (il faut lire le détail du RI) : pour vous affilier à la FFE, il vous faut soit un professionnel, soit quelqu’un en train de devenir professionnel, soit quelqu’un qui doit s’engager dans quatre ans à devenir professionnel.
Professionnel qu’on vous dit ! En gros, un maître d'armes pour chaque club.
Donc, à terme, si vous n’avez pas de "professionnel", vous serez coincés (ce qui doit être logiquement le cas dès aujourd’hui même, on vous avait prévenu).

Le comité directeur constate bien pourtant :
Citation :
Certains clubs n’ont pas d’éducateur […] ce qui arrive fréquemment dans la situation actuelle de l’emploi au sein de notre fédération, le club est menacé de fermeture.

Résultat de ce constat : malheur aux vaincus, aucune concession ! Le comité directeur s’arcboute sur la règle de l’affiliation seulement par un maître d’armes, en rendant totalement impossible une affiliation avec un diplômé fédéral (qui le resterait), et ce, quel que soit la taille du club.

Ces messieurs-dames aggravent leur cas : Citation :
Face à cette situation difficile, plusieurs pistes sont évoquées : Autoriser une pratique libre sans encadrement particulier pour un public adulte reconnu escrimeur

Mais descendez de votre nuage : où avez-vous vu la moindre interdiction pour des adultes consentants de pratiquer l’escrime entre eux ? Le comité directeur se propose de supprimer une interdiction qui n’existe pas !!! Quelle belle solution de comité Théodule !

Quand est-ce que la FFE comprendra que la plupart des clubs sont déjà dans la débrouille, et que leur seul problème, ce sont les entraves que leur met la FFE.

Date de publication : 05/06/2014 07:14
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#8
Bavard
Bavard


Citation :

cacawette a écrit :
Hors qu'es ce qui justifie ses aides dont tous bénéficient?
...
Coté qualité et compétition ou non?

C'est vraiment uniquement un discours de gros clubs : on obtient des subventions grâce aux résultats de compétitions. Les petits clubs, les mairies n'attendent pas des résultats aux compétitions : ils n'ont aucun espoir d'apporter un résultat international ou national.
Et un résultat de niveau au-dessous en escrime, ce n'est pas très valorisable.
Votre discours ne correspond absolument pas à la réalité : ou du moins, il ne correspond qu'à la réalité de gros clubs de grandes villes.
C'est loin d'être la majorité.

Citation :

cacawette a écrit :
la tendance actuelle la santé...

Et oui, mais santé et lien social, c'est le côté loisir.

Citation :

cacawette a écrit :
Ce ne sont pas les loisirs qui paient mais les villes...

Quelle horreur d'écrire un truc comme ça ! Allez dire en face des tireurs loisir qu'ils ne paient pas.

Citation :

cacawette a écrit :
Il me semble que si l'on veux maintenir une escrime et ne pas se trouver avec une dérive ou des grands maitres auto proclamés de l'épée zirote ou du sabre jedi vendent des stages, dans le but de gagner de l'argent hors de tout contrôle et en se réclamant de l'escrime.


Je vous rappelle que seuls les diplômés d'État peuvent se faire rémunérer, et donc, ce n'est pas n'importe qui, hors de tout contrôle.

Citation :

cacawette a écrit :
La compétition peut être interne, de niveau très variable elle n'est pas réductrice au niveau international senior.

Vous confondez compétition et opposition. Dans un sport de combat, il faut de l'opposition, par forcément de la compétition.

Date de publication : 17/03/2014 13:16
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#9
Bavard
Bavard


Passons devant tant d’enfantillage et revenons au sujet qui est sérieux. Comparons la situation avec d’autres sports.

Par exemple, le judo et ses 600000 licenciés : la Fédération française de judo peut se permettre d’exiger des enseignants professionnels pour affilier un club. C’est prévu dans l’article 19 de son règlement intérieur.
Par contre, à l’intérieur de cette fédération de judo, il y a des clubs de kendo, qui là sont beaucoup moins nombreux (quelques milliers de kendokas). Là, la fédération de judo est réaliste, et demande pour ces clubs de kendo seulement un enseignant fédéral. (voir l’article 19 de son règlement intérieur).
RÉALISTE.

Prenons maintenant la Fédération française de karaté avec 225000 licenciés, moitié moins que le judo. Il existe un DEJEPS mention karaté. Pourtant, la fédération de karaté se contente pour affilier des clubs, de diplômés fédéraux voir Article 312 du règlement intérieur.
RÉALISTE.

Et on arrive à la Fédération française d’escrime : 60000 licenciés, en étant très très généreux. Elle institue avec son règlement intérieur l’obligation d’enseignant qui doit être un professionnel… ou alors, à la rigueur, un bénévole mais qui doit dans les 4 ans se professionnaliser !
IRRÉALISTE.

La Fédération française de TAEKWONDO, taille comparable à la FFE (50000 licenciés). Article 3 de son règlement intérieur : un diplômé fédéral suffit pour affilier un club.
RÉALISTE.

Alors sincèrement, j’espère que le vice-président chargé du haut niveau passera par là pour nous donner des explications sur le bien-fondé de l’obligation d’enseignant (professionnel) de la FFE.
Affilier un club sans disposer d’un enseignant professionnel est possible dans d’autres sports ; pourquoi pas en escrime (petit sport) ?
Parce que là, il y a un frein au développement, ce que d’autres, eux, ont manifestement compris.
(et encore une fois, on pourrait moduler les obligations en fonction de la taille du club).

Date de publication : 28/02/2014 11:21
Haut


Re : 52941 résultats trouvés.
#10
Bavard
Bavard


Citation :

prime a écrit :
Alors c'est la question : pour attirer l'attention des "prospects", faut-il investir dans le haut niveau ( budget des Championnats de Jérusalem ?) ou dans la pub ... dont l'effet est toujours incertain ?

Pas évident...



Pourquoi vous ne parlez pas des difficultés réglementaires (par la FFE) à créer un club d'escrime (et le maintenir !) : ne croyez-vous pas que c'est cela aussi qui use les bonnes volontés et freine le développement ?

Date de publication : 28/02/2014 11:17
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#11
Bavard
Bavard


Citation :
cacawette a écrit :
il est clair qu'il vaud mieux perdre quelques petits clubs que prendre le risque de se trouver attaquée par des parents escroqués ou dont les enfants auraient étés victimes d'abus.

Des enfants victimes d’abus, de l’escroquerie, et un bon procès spectacle pour achever le tout. Quelle imagination ! C’est délirant !
Allez, revenons un peu sur terre.
Si vous voulez vous lancer dans l’escroquerie, un club d’escrime n’est pas vraiment la meilleure idée pour faire fortune. Des parents mécontents, cela arrive tous les jours, dans tous les sports, y compris ceux tenus par des professionnels. Rassurez-vous, cela ne se transforme pas en procès contre la fédération à chaque fois.
Des contrôles ? Mais il y en a sur la seule chose que l’État puisse contrôler : l’absence de rémunération pour les non-professionnels. A part ça, chacun peut ouvrir un club si cela lui chante.
Alors, ouvrez un peu les yeux, regardez ce qui se passe dans les autres sports. Des clubs sans professionnels, mais avec des bénévoles, cela existe de partout.
Sauf à la FFE, où comme vous le dites vous-mêmes, on préfère laisser crever les petits clubs (qui auraient pu devenir des employeurs de MA au bout d’un certain nombre d’années).

Je rappelle que dans une précédente discussion, on avait abouti à une proposition équilibrée : n'imposer l'obligation d'enseignant (professionnel) qu'à partir d'un certain nombre de licenciés.
Cette obligation, parfaitement légitime sur des gros clubs, est juste délirante pour les petits clubs, qui alors, ne peuvent plus exister au sein de la FFE.

Date de publication : 27/02/2014 13:26
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#12
Bavard
Bavard


Citation :
cacawette a écrit :
(La FFE) Elle essaie de répondre avec son Dejeps a une escrime éclatée de faible niveau

Quel argument intéressant ! Pour une fois qu'on nous dit la vérité.
Toute l’excuse de la FFE était de dire qu’elle imposait des contraintes pour des questions de qualité. Tout s’écroule : finalement, la FFE reconnait qu’elle vise le faible niveau, la "qualité" n’est plus une excuse ; c’est la reconnaissance de son échec centenaire.
Pourquoi l’escrime est-elle aussi peu développée ? N’est-ce pas à cause de ce discours sélectif de la FFE par lequel elle choisit de n’intégrer que certains et d’exclure d’autres, par le biais de ces contraintes, qui n’ont guère de pendants dans les autres sports.
Cet échec du développement au 20e siècle, qu’on arrête de dire qu’il vient de l’escrime parce que ce serait un sport cher et bourgeois. Parce que le golf, c’est 400000 licenciés, et c’est un sport cher et bourgeois, mais qui s’est développé.
Simplement pendant que la fédération de golf faisait tout pour intégrer, la FFE continuait à exclure, et elle continue encore.
La FFE reconnait son échec, mais elle ne change pas ses méthodes. Elle continue à inverser les choses en voulant fourguer des maîtres d’armes avant que de développer des clubs (alors qu’il faut développer pour pouvoir embaucher, ensuite).
L’obligation d’enseignant (de MA) imposée la FFE est suicidaire.

Date de publication : 23/02/2014 19:30
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#13
Bavard
Bavard


Citation :
cacawette a écrit :
La fédé accepte tout de même assez facilement un MA prête-nom, le CTS très souvent.

Je suis totalement d’accord avec votre "révélation" (à part le problème se renforce au 5 juin 2014).
La FFE a mis un système est place qui n’est qu’un grand mensonge. Ce système est impossible à appliquer, alors, on utilise en permanence des dérivatifs contre la règle.
Prête-nom ? C’est un moyen courant des milieux criminels, utiliser un prête-nom. La FFE criminalise les diplômés fédéraux, en les mettant dans des situations impossibles, et après, oui, elle peut dire, il faut qu’elle contrôle, comme un flic.
Que la FFE applique maintenant strictement la règle : puisque son règlement intérieur dit qu’un diplômé fédéral qui n’a pas passé son diplôme professionnel ne permet plus d’affilier un club, que la FFE en tire toutes les conséquences, et qu’elle désaffilie, et qu’on arrête le mensonge général.
Si la règle n’est pas appliquée, c’est qu’elle est mauvaise. Si la FFE est persuadée, au bout d’un siècle d’échec (l’Italie n’est pas plus un exemple), que cette règle est bonne, qu’elle aille jusqu’au bout, sans faillir.

Date de publication : 21/02/2014 19:42
Haut


Re : La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#14
Bavard
Bavard


Je ne vois pas pourquoi on opposerait nécessairement les enseignants professionnels maîtres d’armes et les enseignants bénévoles. C’est justement parce que la FFE l’a fait et continue à le faire que cela ne fonctionne pas.
La particularité de l’escrime par rapport aux autres sports, c’est qu’elle s’est structurée autour des maîtres d’armes. Effectivement, avant même que la FFE n’existe il y a un siècle, l’escrime se pratiquait dans les salles d’armes ouvertes par des maîtres d’armes. C’est propre à l’escrime : au tennis, vous n’avez pas un entraîneur qui vient créer à titre professionnel son club pour le faire tourner : ce sont des joueurs qui ont eu la volonté. En escrime, cela s’est passé comme cela, par des professionnels.
Et la FFE en est resté là depuis un siècle : elle s’imagine que pour créer un club, il faut d’abord un maître d’armes : sa fameuse obligation d’enseignant. Si vous arrivez à la FFE pour créer votre club, elle commence par vous demander votre maître d’armes. Vous croyez qu’au tennis, on vous demande d‘abord d’aligner un entraîneur professionnel ?
C’est ainsi que la FFE a tué l’escrime. L’escrime était un vieux sport, traditionnel, qui bénéficiait de l’éclairage olympique. La FFE l’a tué. 60000 licenciés et 800 clubs, c’est le plus total échec en un siècle (sur 65 millions). Il y a eu une massification du sport, et l’escrime a échoué à suivre le mouvement, avec ces effectifs ridicules.
L’erreur stratégique de la FFE en un siècle, elle est là. Elle croit que les enseignants bénévoles vont prendre les places des maître d'armes. Elle en conclut qu'il faut caser à tout prix les maîtres d’armes, avant que de développer les clubs. C’était l’inverse qu’il fallait faire. Laisser les clubs se développer. À partir d’une grosse centaine de tireurs, le besoin d’un maître d’armes serait apparu naturellement, parce que cela devenait trop lourd pour des enseignants bénévoles. Il fallait commencer par développer les clubs pour créer des postes de maître d’armes, et pas le contraire, que veut faire la FFE : fourguer à tout prix des maîtres d’armes (qui ne sont plus en nombre suffisant maintenant !).
C’est que cela continue de mal en pis, la FFE en rajoute deux couches supplémentaires. On avait l’armée qui formait des maîtres d’armes, et il était en nombre. Mais maintenant, en plus c’est la dèche. Donc, on se retrouve avec des clubs qui ne peuvent pas exister, donc qui n’ouvriront pas, parce que la FFE ne veut pas d’eux, tant qu’ils n’ont pas un maître d’armes.
C’est du suicide, c’est la FFE.
Si vous avez une autre explication au sous-développement de l’escrime, à cet échec centenaire (alors que la France se couvrait de dojo), donnez-la-moi, je suis prêt à l’entendre avec intérêt.

Citation :
cacawette a écrit :
Il me semble normal que la fédé ne valide pas n'importe quoi fait par n'importe qui.

Cela, c’est le discours FFE, le discours exact qui nous aura tués.
Je redéroule ce discours pour ceux qui n’ont pas compris.
- Bonne volonté : Bonjour, on veut créer un club d’escrime
- FFE : Avez-vous un maître d’armes ?
- Bonne volonté : Non, comment faut faire ?
- FFE : vous embauchez un maître d’armes pour ouvrir votre club.
- Bonne volonté : On n’est pas contre, mais on a juste quelques difficultés. On n’est pas en région parisienne, et ce n’est pas facile à trouver un maître d’armes. En plus, on est 10 tireurs, alors un maître d’armes, il ne va pas venir pour 10, et en plus on n’a pas de quoi le payer en étant 10 ?
- FFE : Non, cela ne va pas être possible, si vous n’avez pas de maître d’armes, vous risquez de faire n’importe quoi et faire baisser le niveau de l’escrime française.
- Bonne volonté : Non, vous savez, on veut juste faire de l’escrime sagement, et c’est juste transitoire, on en veut un maître d’armes. Quand on sera une centaine, on pourra l’avoir notre maître d’armes et on s’améliorera.
- FFE : Vous n’avez pas de maître d’armes, vous ne pouvez pas être affilié, désolé.
- Bonne volonté : on va se mettre au judo, merci
- FFE : De rien.
Résultat, 60000 licenciés, perspective d’avenir : régression.
Alors que c’est le contraire qu’il faut faire : on a les tireurs, donc on a le maître d’armes.
La FFE raisonne à l’envers : le maître d'armes donc les tireurs.
Résultat, on n'a ni les tireurs, ni les maître d'armes.
Suicidaire.

Date de publication : 21/02/2014 13:02
Haut


La FFE sonnera l’hallali le 5 juin 2014
#15
Bavard
Bavard


Il y a un an, je lançais le sujet : laissez-nous enfin développer nos clubs !

La question posée était celle des conditions d’affiliation, pour ne pas dire des contraintes d’affiliation à la FFE. La FFE tient mordicus à l’obligation d’enseignant, c’est-à-dire que le club doit, pour s’affilier, disposer d’un professionnel, responsable de l’enseignement. Et comme c’est très difficile pour les clubs, voire impossible pour certains, la FFE propose un dérivatif avec les diplômés fédéraux bénévoles mais avec des modalités contraignantes.

Citation :
Article 5.3.1. du règlement intérieur de la FFE :

Toute association, au sein de laquelle l'escrime est enseignée, n'obtient son affiliation à la FFE qu'après avoir satisfait à l'obligation d'enseignant :
- disposer d'un enseignant dont le diplôme est inscrit au RNCP et déclaré responsable de l'enseignement en l'absence,
- disposer d'un enseignant éducateur fédéral intervenant à titre bénévole conformément à l'article L.363.1 du code de l'éducation (correspondant à l'article L.212 et suivants du code du sport)

Les diplômes inscrits au Répertoire National des Certifications Professionnelles sont le BPJEPS (Brevet professionnel de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport) et les DEJEPS (diplôme d’État) : ce sont des diplômes professionnels puisqu’ils permettent d’être rémunéré.

Il est temps au bout d’un an de faire le bilan de la situation et d’en tirer les conséquences car l’heure de vérité approche.

En effet, le règlement intérieur se poursuit ainsi à propos des éducateurs fédéraux :
Citation :
A l'issue d'une période de 4 années, l'enseignant concerné devra déposer une demande de diplôme professionnel au titre de la VAE. ou s'engager dans une formation de niveau IV.

(Le niveau IV, c'est le BPJEPS)

Or, l’adoption de cette disposition s’est faite le 5 juin 2010. Cela signifie en clair, que le 5 juin 2014 (une semaine après la fête des jeunes), ceux qui enseignent en responsabilité depuis 4 ans comme diplômés fédéraux bénévoles et permettent à leur club d’être affilié se doivent d’être devenu des professionnels, ou alors de vider les lieux.

La FFE a ouvert il y a 4 ans la chasse aux enseignants aux bénévoles, l’hallali sera sonné le 5 juin 2014.

J’incite la FFE à la plus grande fermeté et la plus grande détermination pour l’application de son règlement intérieur : qu’elle exclut enfin tous les clubs qui ne fonctionnent qu'avec des enseignants fédéraux, avec pour objectif indirect de redescendre sous le seuil des 10000 licenciés pour la saison 2014-2015.

Date de publication : 19/02/2014 09:42
Haut


Re: Boîte à idées pour la prochaine équipe
#16
Bavard
Bavard


Citation :

Endora a écrit :
Bonjour,

En vrac ... pour la gestion et le développement des petits clubs < 50 licenciés


Supprimer "l'obligation d'enseignant" prévu par le règlement intérieur pour pouvoir s'affilier à la FFE.

Date de publication : 08/02/2013 15:26
Haut


Re: Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#17
Bavard
Bavard


Allons, allons, monsieur Magnan, vous pouvez continuer vos rodomontades tant que vous voulez, vous avez perdu toute votre crédibilité en vous acharnant à soutenir une position absurde : votre loi n’existe pas, vous n’avez pas le courage de le reconnaître et vous vous enfoncez.
Je suis désolé de vous avoir blessé, et c’est à tort que j’ai sous-entendu votre incompétence ou le fait que vous soyez menteur : non, ce doit être les effets de l’âge, vous n’avez plus toutes vos capacités. Laissez donc la place aux jeunes au comité directeur, et contentez-vous d’aller aux pinces-fesses de l’AAF, qui n’est qu’un petit entre-soi confortable où personne ne vous portera la contradiction.

Revenons enfin au sujet, entre gens sérieux. Oui, l’obligation d’enseignant du règlement intérieur devrait être supprimé, ou plutôt modulé, comme l’évoquait Odel.
Voilà une proposition concrète et constructive.

Citation :
paco a écrit :
N'est ce pas la loi qui oblige un club d'escrime a avoir un enseignant diplômé,(spécifique aux sports de combat), ou en tous cas la couverture de celui ci, ou alors n'est ce valable que pour l'affiliation?

L'enseignement du sport de manière bénévole est totalement libre (sauf pour les activités dites à environnement spécifique, type parachutisme - l'escrime n'en fait évidemment pas partie).
Ceux qui affirment le contraire sont des manipulateurs.
Renseignez-vous.

Date de publication : 25/01/2013 15:44
Haut


Re: Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#18
Bavard
Bavard


Citation :

depicboyau a écrit :
il suffit de lire les statuts de la FFE

Rien dans les statuts. C'est dans le règlement intérieur qu'il faut lire.
Depuis le temps que vous nous parlez d'une loi...

Citation :

depicboyau a écrit :
les différents articles du code du sport

Lesquels ?
Vous n'avez jamais ouvert un code du sport, mon pauvre monsieur.

Date de publication : 25/01/2013 14:18
Haut


Re: Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#19
Bavard
Bavard


Citation :
epicboyau a écrit :
l'escrime est un sport avec maniement d'armes qui nécessite :
une surveillance accrue
un niveau d'enseignement particulier (BE)
Il s'agit là d'un problème basique de sécurité.
Dans le passé de nombreux accidents en escrime et autres diciplines voisines ont conduit à l'exigence du diplôme de Maître d'Armes ou d'enseignant par des textes réglementaires.
Cette exigence provient d'un décret fondé sur une loi !


Monsieur Jean-Claude Magnan, cela fait trois jours que je vous ai lancé un défi : celui de prouver vos affirmations en donnant les références précises des textes que vous invoquiez (l’accessibilité aux sources étant le minimum dans un État de droit).
Depuis trois jours, vous répéter en boucle vos propos et maintenez votre position, mais de preuve aucune. Monsieur Jean-Claude Magnan, pendant trois jours, vous avez eu la possibilité de vous renseigner, par exemple, en contactant le ministère des sports, ou une DRJSCS, ou encore une DDJSCS, ou un avocat spécialisé dans le domaine du sport. Nous sommes entre adultes, monsieur Magnan : vous impressionnez peut-être les poussins de votre club, mais nous, ce n’est pas le cas.
Au bout de trois jours, nous constatons tous que vous ne relevez pas le défi, et comme je l’avais prévu, vous ne pouvez apporter la preuve de textes qui n’existent que dans votre tête. Cela ne m’étonne guère ayant déjà eu à faire à des personnes de votre acabit, qui sont prêt à tout, et surtout à mentir, pour défendre cette position traditionaliste rancie qui perdure dans le milieu de l’escrime et qui contribue à nous faire couler collectivement.
Je m’étonne qu’une personne aussi incompétente prétende pouvoir participer au comité directeur de la fédération française d’escrime. Je vois même de grands dangers à confier notre avenir à une personne qui tentent à coup d’arguments d’autorité de faire passer ses mensonges.
En conclusion, monsieur Magnan n’ayant pas apporté les preuves (qui n’existent de toute manière pas), nous pouvons revenir au sujet initial : c’est la FFE qui est seule responsable de cette « obligation d’enseignant » qu’elle impose dans son règlement intérieur. Il est temps d’assouplir fortement cette règle pour les petits clubs, avant que des gens que monsieur Magnan nous enterre au nom d’une vision passéiste de l’escrime, construite à coup d’infinie prétention (la Qualité) et de menace (les pseudo-risques terrifiants).

Date de publication : 25/01/2013 14:14
Haut


Re: Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#20
Bavard
Bavard


Citation :
Morkem a écrit :
Dans mon département des structures ont mis la clé sous la porte alors qu'elles étaient créés avec un petit local et un peu de matériel.
Pas d'enseignant mais plus d'affiliation = donc pas de problème.
Des bénévoles qui essaient d'animer une pauvre séance... même loisir.

Moi aussi, j’ai tout vu. Des petites structures qui finissaient par fermer mais aussi le contraire, d’autres qui perduraient, se développaient, et s’affiliaient en devenant de vrais clubs. En fait, c’est le chemin de la plupart des clubs, à part ceux des grandes villes qui ont une histoire plus ancienne.
Si certains ont fini par fermer, c’est qu’ils se sont étiolés en restant isolés.
Et s’ils sont restés isolés, c’est notamment qu’ils n’ont pas pu s’affilier.
C’est bien le problème des règles d’affiliation de la FFE (l’obligation d’enseignant) qui tuent les petits clubs, en nuisant à leur développement.


Citation :
depicboyau a écrit :
vous pouvez toujours pratiquer l'escrime dans un garage sous votre propre responsabilité.

Ne soyez pas infantilisant : on pratique toujours sous sa responsabilité. Celle du club peut être engagé, mais après celle du tireur.
Donc, arrêtez de nous traiter d’irresponsable de manière subliminale. [/quote]

Citation :
depicboyau a écrit :
vous devez respecter les règles ministérielles qui imposent à toutes les disciplines un encadrement spécifique dont le diplôme garantit la qualité de l'enseignement, en toute sécurité, dans un sport classé risque 4.
La FFE ne fait qu'appliquer ces règles communes à tous les sports délégataires du ministère des sports.


Monsieur Magnan (puisque vous le revendiquez), j’ai cru comprendre que vous faites partie de ces personnes, maîtres d’armes, qui par leur traditionalisme forcené coule l’escrime française.
Monsieur, j’affirme que les propos que vous venez de tenir démontre que vous êtes totalement incompétent sur ce sujet, et que vous mentez pour défendre à tout prix vos conceptions rancies.
Je vous mets au défi de prouver qu’il existe des règles ministérielles qui s’imposent à toute les disciplines un encadrement spécifique, que la FFE ne ferait qu’appliquer. La seule règle qui s’applique à tous, c’est l’obligation d’avoir un certain type de diplôme pour être rémunéré, sinon, c’est quasiment la liberté totale.
L’enseignement bénévole de l’escrime est libre. L'obligation d'enseignant (dans des conditions précises), c'est une invention de la FFE : QU'ELLE ASSUME !
Vous mentez et vous êtes un incompétent : prouvez-moi le contraire : tous les règles sont là, montrez-les nous : http://www.legifrance.gouv.fr/
Quant à l’escrime, classé en risque 4, cela tient de la légende urbaine, ce classement n’existe pas.

Vous ne connaissez apparemment pas les activités physiques et sportives s'exerçant dans un environnement spécifique qui sont les seules à comporter une exigence de diplôme pour leur enseignement. Et l’escrime n’est fait évidemment pas partie.

Taisez-vous monsieur, arrêtez de mentir, cela fait des années que j’entends ce discours destiné à tromper les gens au nom d’une tradition.
Vos considérations politiques tiennent d’autant plus du ridicule que vous êtes manifestement incompétent en la matière.


(Pour le certif médical, d'accord avec les autres. !A quand enfin une évaluation de cette politique : combien cela coûte au pays, qu'est-ce que cela rapporte réellement à la collectivité -> A mon avis, abandon pur et simple de la mesure)



Les digressions sur le certificat médical ont été déplacées dans un nouveau sujet : "Certificat médical".
Le modérateur

Date de publication : 22/01/2013 19:32
Haut


Re: Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#21
Bavard
Bavard


Citation :
LAFOFO a écrit ;
C'est tout à fait juste

on pourrait croire que vous avez compris quelque chose.

Citation :
LAFOFO a écrit ;
rediscuter avec le ministère un assouplissement en ce domaine , notamment au sujet de la CQP (terme barbare signifiant Certication de Qualfication Professionnelle) . IL faut absoluement activer les procèdures de validations des acquis professionnnels .

Alors que vous n’avez manifestement RIEN compris, de rien, de rien.

Le problème, ce n’est pas la formation, le problème, c’est le développement de l’escrime.
Vous raisonnez toujours à l’envers. Vous pensez qu’il suffit de proposer et de faciliter les formations et que cela suffit.
C’est faux : c’est nécessaire, mais ce n’est pas le point de départ mais le point d’arrivée. Développez l’escrime, et c’est alors que le besoin de formation naîtra.
Ce que vous proposez, c’est vu, c’est revu, et cela n’a jamais marché.

Citation :
LAFOFO a écrit ;
1°D'être sûr que les autorités de tutelle donc le ministère seront favorables aux assouplissemets indispensables de la réglementation

Arrêtez de faire croire que c’est la faute du ministère. C’est la faute, la très grande faute de la FFE, uniquement de la FFE.
Si l’escrime n’essaime pas, c’est que la FFE refuse l’affiliation des petites structures à cause de l’obligation d’enseignant. L’obligation d’enseignant, vous l’avez vu ailleurs, dans un texte officiel ? Ce n’est que le règlement intérieur de la FFE : c’est la FFE rien que la FFE.
C’est la volonté de la FFE, alors arrêtez de botter en touche en disant, c’est le ministère. Le ministère, vous discutez avec lui des offres de certains de formation. Et là, la dernière réforme en matière d’escrime est terrible, puisqu’elle n’est que diriger vers une professionnalisation. Cela, c’est la faute de la FFE pour ce qui concerne les formations fédérales : elle n’avait pas à définir des cadres qui ne sont en théorie que des étapes pour devenir maître d’armes. Le ministère rêve peut être de professionnaliser le milieu sportif, mais la FFE fait tout pour abonder dans son sens.
La FFE est souveraine, qu’elle prenne enfin ses responsabilités et qu’elle explique aux technocrates qu’avant que le milieu soit professionnalisé, nous serons tous mort et il n’y aura plus rien à professionnaliser. Il faut qu’eux aussi prennent les choses à l’endroit : on développe avant, et ensuite, on professionnalise. Parce que je ne suis pas contre les maîtres d’armes, qu’il y en ait partout : c’est totalement nécessaire dès que la structure devient importante.
Mais prenez les choses à l’endroit : n’empêchez pas les structures de grandir, car sinon, vous n’auriez rien au final.

Il y a des solutions, mais comme vous n’arrêtez pas de voir les problèmes au mauvais endroit, vous les loupez. C’est simple : supprimer l’obligation d’enseignant, alléger radicalement les conditions d’affiliation.
Odel a donné une solution claire et nette : faites varier les conditions d’affiliation en fonction du nombre de licenciés. Par exemple, au-dessus, de 120, oui, il faut obligatoirement un maître d’armes à temps plein (c’est un exemple). Au-dessus de 60, il faut un enseignant fédéral avec une couverture pédagogique. Au-dessus de 30 il faut un enseignant fédéral, Au-dessous de 30, il faut… de la bonne volonté. Dans le détail, ce n’est peut-être pas ce qu’il faut exactement, mais c’est l’esprit.

Citation :
LAFOFO a écrit ;
2°que l'enseignement prodigué dans les clubs puissent donnner des bases et des fondamentaux aux jeunes et débutants qui ne seront pas en contradiction avec l'évolution éventuelle de leur parcours pédagogique ultérieur

C’est exactement le type de phrase qui vous discrédite à mes yeux. J’ai dénoncé auparavant le poids de la tradition, et ça y est, on y est. Depuis un siècle, on nous ressasse la qualité de l’escrime française, et du coup, on peut continuer à verrouiller tout le système pour, nous dit-on, assurer la qualité.
Vous ne connaissez manifestement pas tous ces petits clubs crève-la-faim qui constitue le gros des effectifs des licenciés de la FFE..
Où sont les statistiques de la FFE ? Donnez-nous enfin les chiffres : par tranche de 10 licenciés, le nombre de clubs. Vous connaissez la taille moyenne des clubs ?
Chez tous les crève-la-faim, on fait avec ce qu’on a : et la réalité n’est parfois pas brillante, mais on existe, et ce qu’on fait, c’est du loisir : pas de la compétition mais du loisir : c’est interdit ? Et si on attire un jour un gosse qui a du potentiel, on sera ravi qu’il puisse progresser en partant ailleurs. Nous, on ne prétendra prétentieusement pas avoir formé un champion, on dira juste qu’on lui a donné un peu le goût de l’escrime et qu’il a fait le reste avec d’autres. Pour nous, cela nous suffit, parce qu’on n’a pas les moyens d’autres choses aujourd’hui.

Pour finir, je vous pose la question : vous êtes allé voir la fédération de tennis ? Vous leur avez parlé de leurs conditions d’affiliation. Est-ce que vous leur avez posé le problème que celui que vous venez de soulever pour l’escrime.
Je vous aide à formuler :
Citation :
monsieur le président de la FFTennis, ne craignez-vous pas que certains clubs ne donnent pas les bases et les fondamentaux aux jeunes, ce qui pourraient être en contradiction avec l’évolution de leur parcours pédagogique ultérieur ?

Le type, il se roule par terre, mort de rire.

Date de publication : 21/01/2013 14:53
Haut


Re: Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#22
Bavard
Bavard


Je suis d’accord avec velizien sur la faillite organisationnelle complète du monde de l’escrime. Et pour ça, que j’en viens à demander à ce qu’on nous foute simplement la paix, tant je suis désilussionné.

Citation :
velizien a écrit :
la beauté de l'organisation de ce sport

Tu prends cinq copains un peu motivés, qui arrivent à se démerder auprès de la commune pour trouver une salle qui convient plus ou moins pour faire de l’escrime. Tu arrives à obtenir un peu d’argent de la communauté de communes, pour commencer avec un peu de matériel.
Là, tu te tournes vers la FFE pour t’affilier, et c’est le coup de poignard dans le dos : non, désolé, passez votre chemin, faut un enseignant.

Citation :
velizien a écrit :
la prodigieuse sophistication de son matériel créé à la perfection il y a un demi-siècle

Oh putain, là c’est le bouquet.
On se fait chier encore à tirer avec des fils au cul. Cela créé des problèmes insensés d’installations du matériel dans les salles. On devrait tous être au sans-fil, cela permet aux petites structures toute la souplesse nécessaire. Mais alors que je vis entouré d’électronique sophistiquée à prix modeste (smartphone, lecteur mp3, apparelts photos et caméras), je me retrouve encore avec des vieux appareils d’escrime pouraves parce que le neuf coûte une fortune. On se fait plumer : pourquoi de simple appareils d'escrime qui ne font pas grand chose coûte plus cher que le smartphone dernier cri ?
Pire que tout : les trois armes. Les armes par elle-même sont différentes, OK, normal. On met un cuirasse pour la zone valable qui différente pour chaque arme ; bon d’accord.
Mais putain, pourquoi on nous fait chier encore avec trois fils de corps différents ? Pourquoi aujourd’hui, il faut trois masques différents. C’est une catastrophe ! On nous invente des conneries avec l’escrime fitness, alors qu’il suffirait qu’on puisse proposer les trois armes à tous, sans en rajouter dans les complications.

Citation :
velizien a écrit :
le repos des compétitions où on tire en moyenne une seule touche par demi-heure

Oui, en gros, on se fait chier en compétition. Mais tu oublies juste deux choses à dire. En plus tu as fait 300km par la route pour venir, et tu te trouves dans un gymnase hyper-bruyant et inconfortable à passer ta journée, dans l’attente.
Tout pour faire fuir, et d’ailleurs, j’ai arrêté la compétition pour ça.

Citation :
velizien a écrit :
la grande constance de l'enseignement presque identique à celui du début du siècle dernier

Les dojos sont pleins, eux. Le milieu du judo, pas de problèmes d’enseignants, tout fonctionne parfaitement.
Ah, c’est sûr qu’on est super-bon techniquement, nous les escrimeurs français. Mais vu qu’on attire plus a personne, ça sert à que dalle que d’être bon, surtout pour des gens qui ne veulent que faire de l’escrime de loisir.

Citation :
velizien a écrit :
la modicité du prix de la licence

Alors là, ça nous achève. Je ne parle même pas du prix du matériel, mais le prix de la licence.
Les gens qui connaissent les autres sports, type judo ou tennis, ils ne comprennent pas comment on peut être aussi cher, et là, évidemment, on finit par passer pour un sport bourgeois.

On nous tue avec toutes ces conneries, mais on est encore 60000, par miracle.

Date de publication : 20/01/2013 21:29
Haut


Appel aux candidats : laissez-nous enfin développer nos clubs !
#23
Bavard
Bavard


En ouvrant ce sujet, vous devez penser qu’il ne s’agit que de yaka et de fautkon.
Pourtant, je vais essayer de vous convaincre qu’on pourrait enfin développer l’escrime dans ce pays en réalisant une simple petite mesure (et quand même du travail derrière) qui changerait notre modèle qui a failli.
Aucun candidat n’ose le proposer, mais tous caressent dans le sens du poil ceux qui vont les élire, les clubs.

Avant de formuler cette proposition, il faut partir d’un constat. L’escrime a pour partie échoué son développement. Elle stagne à 60000 licenciés. Non, ce n’est pas l’échec de ces derniers années, c’est un échec bien plus ancien, un échec d’un siècle. 60000 ce n’est quand même pas rien au bout d’un siècle, mais c’est à relativiser : en un siècle, la population française métropolitaine a cru de 60%, et la pratique sportive a explosé.
Si, par exemple, on prend le tennis (un sport d’opposition), l’évolution de l’escrime est ridicule. Et on pourrait prendre d’autres exemples en comparaison (judo, badminton…), pour toujours conclure dans le même sens.

Alors, pourquoi cette quasi-stagnation ? Où sont les freins au développement d’un super sport comme l’escrime ?
Il n’y a pas une raison unique à ressortir, ce serait trop facile. Il y a sans doute différentes explications. Mais il est malgré tout des raisons qui sont plus déterminantes que les autres.

Alors ?
L’image de l’escrime ? Mais l’image d’un sport, elle évolue, ce n’est pas un acquis ou un boulet. Prenez le tennis, c’était considéré comme un sport pour rupins avant que de devenir très populaire. L’escrime n’est pas plus un sport bourgeois que ne l’était le tennis. Il suffit que l’escrime se massifie pour que cela tienne de l’évidence.
Le coût de l’escrime ? On peut trouver des sports bien plus coûteux, mais il est vrai que l’escrime, c’est chère pour ce que c’est en comparaison d’autres sports. Quand on prend le coût du tennis, eh bien, il n’est pas admissible que l’escrime soit à ce niveau de prix. Et puis, le coût, ce n’est qu’une donnée qui peut évoluer : quand on massifie, on fait baisser le coût.

Les freins au développement de l’escrime ne sont pas forcément matériels ou d’image. Ce ne sont que les freins que nous nous sommes mis depuis un siècle : ce sont des freins organisationnels. Les clubs d’escrime sont en général très mal gérés, très mal organisés, à l’instar de la fédération : et non par la faute des bonnes volontés, mais parce qu’il existe une tradition pesante qui constitue l’essentiel de ces freins organisationnels.

Je vais prendre un exemple précis et essentiel en comparant les conditions d’affiliation à la fédération de tennis et à la fédération d’escrime.

Citation :
Article 51 affiliations – règlement administratif de la FFT
Pour être affiliée, une association doit avoir la jouissance de ses installations :
- soit, quel que soit le propriétaire…
- soit le propriétaire, étant une collectivité locale ou un établissement public de coopération intercommunale auquel celle-ci est adhérente, en partage l’utilisation…
Mais, par dérogation à cette règle, une affiliation peut être admise :, etc…
…l’association doit fournir le texte de la convention en bonne et due forme par laquelle la collectivité publique lui reconnaît un droit de location onéreux ou symbolique…


Citation :
Article 5.3 - Règlement intérieur de la FFE
Toute association, au sein de laquelle l'escrime est enseignée, n'obtient son affiliation à la FFE qu'après avoir satisfait à l'obligation d'enseignant : disposer d'un enseignant dont le diplôme est inscrit au RNCP et déclaré responsable de l'enseignement en l'absence, disposer d'un enseignant éducateur fédéral intervenant à titre bénévole …


Vous voyez, ces conditions d’affiliation sont le produit d’une histoire, d’une tradition intégrée dans les mentalités.
Pour la FFT, pour s’affilier, il y a l’obligation de terrain.
Pour la FFE, pour s’affilier, il y a l’obligation d’enseignant.

La profession de maître d’armes a été une profession libérale : une salle d’armes existait par le maître d’armes. Il en était le centre, le fondement.
Il y a un siècle, cette profession s’est salariarisée, comme l’essentiel des autres professions. Le maître d’armes n’est plus le centre, mais un employé d’un club.
On n’a jamais tiré les conséquences de cet état de fait. Le monde de l’escrime reste centré sur le maître d’armes, et agrippé à cette tradition périmée, il échoue. Ce n’est pas abaisser les maîtres d’armes que de le dire, ce n’est pas nier leur importance.

Simplement, ce que je veux dire aux candidats, c’est cela : les clubs d’escrime qui vont vous élire, sont pour la plupart assez misérables. La taille moyenne des clubs en France doit être de 60 licenciés : cela signifie en clair, qu’il existe une multitude de petits clubs, qui réunissent une grande part du nombre de licenciés total, qui sont de véritable crève-la-faim. En clair, ils font avec ce qu’ils ont en termes de moyens matériels et humains.

Je dis aux candidats : arrêtez de vous voiler la face et regarder cette réalité. Vos programmes, l’un ou l’autre, ne répond en aucun cas à la réalité de la plupart des clubs. Vous continuez à vous adresser et à apporter des solutions à 10% des clubs qui ont des moyens et vivent dans un certains conforts. Arrêtez de compter sur eux pour le développement de l’escrime : ils ont atteints leur taille maximum. Ce sont les petits qu’il faut aider maintenant.

Comment faire ? Mais mes pauvres, vous rivalisez de yaka fautkon qui n’auront aucun effet sur la réalité dans les années qui viennent. M. Pietruszka croit avoir sauver l’escrime avec son IFFE, et Mme Lamour veut faire de la formation, sa priorité absolue.

Mesdames, messieurs, les candidats : depuis un siècle le monde de l’escrime prend les choses à l’envers, un siècle d’échec. Remettez-vous à penser à l’endroit : ce n’est pas parce qu’on forme une pléthore d’enseignants que l’escrime se développe. C’est le contraire, c’est parce qu’on développe l’escrime qu’on a besoin d’enseignants en masse.

Aujourd’hui, les petits clubs, tous ces crève-la-faim, ce sont eux qui peuvent assurer le développement de l’escrime. Vous ne les connaissez pas, vous ne vous y intéressez pas. On ne vous demande pas de faire le boulot à leur place, de les sauver d’en-haut. Non, au contraire, commencez par leur foutre la paix, laissez-les faire, et contentez-vous de leur faciliter la tâche et de l’aider un peu quand c’est nécessaire (un peu, seulement un peu).

Ainsi, aujourd’hui, j’accuse la FFE de sciemment freiner le développement des clubs d’escrime à cause de ses conditions d’affiliation : ce que la FFE ose appeler dans son règlement, l’obligation d’enseignement. Pitié, faites comme la fédération de tennis, imposez-nous seulement d’avoir une vague salle d’armes, et fichez-nous la paix avec vos exigences d’enseignant.
Comment croyez-vous qu’on fonctionne ? Comme on peut.
Croyez-vous qu’on est contre les enseignants ? Pas du tout, on rêve d’en avoir de nombreux et de compétents.

Oui, mais voilà, on est des crève-la-faim. Avec nos 10-20 tireurs, un enseignant rémunéré, c’est introuvable, pas forcément payable, et donc pas imaginable : même le partage d’enseignant, ce n’est pas la solution miracle. Alors, on bricole, mal.
Mal, mais on existe. Malgré tout.

Alors, laissez-nous vivre, et pour une fois, je ne dis pas à la FFE que j’aimerai lui faire confiance, mais que j’aimerai qu’elle fasse confiance aux clubs. Foutez-nous enfin la paix !!!

Je vous propose une solution : on en reste à la loi et vous abrogez l’article 5.3 du règlement intérieur. La loi, c’est l’obligation de ne rémunérer que les enseignants répondant à des critères précis. Pour le reste, laissez-nous faire. Offrez-nous des possibilités de formation, mais arrêtez avec vos obligations à la con qui nous coule.

Je vais vous dire ce qui va se passer. On va essayer de continuer à se développer. Et je vous le dis, on ne rêve que d’une chose : c’est d’un jour avoir un vrai enseignant d’escrime, auquel on pourra offrir un nombre conséquents d’heures en le payant correctement. Alors arrêtez de nous le foutre par la gueule comme une obligation, alors que pour nous, ce n’est qu’un objectif futur. Nous, ce que l’on veut, là tout de suite, c’est survivre, réussir à grandir, petit à petit, à se développer. Tout le monde y gagnera : le club, la fédé, et l’enseignant qui sera embauché.

En attendant, votre obligation d’enseignant à la con, c’est ce qui empêche et pourrit l’existence de petits clubs, et à part être le résultat d’une tradition caduque, c’est ce qui nuit au développement de l’escrime.

Se remettre à penser à l’endroit, cela concerne aussi la compétition. La compétition, ce n’est pas l’objectif, la compétition, c’est le résultat. On commence par développer un club en loisir, et un jour, on trouve des troupes motivés pour faire de la compétition. Mais la compétition, ce n’est pas l’objectif premier des petits clubs : on pense d’abord à la majorité, et on met les moyens sur la majorité, c’est-à-dire l’escrime comme un sport de loisir. Cela a une conséquence simple, les escrimeurs de loisir ne sont pas les vaches à lait du système. Que ceux qui veulent faire de la compétition en supporte les avantages et les inconvénients.
On n’a pas besoin de pseudo-diversification de l’escrime. Il faut juste nous foutre la paix pour nous permettre de faire croître l’escrime de loisir qui est la priorité absolue, tout le reste ne faisant qu’accompagner cette priorité.

Voilà, le plus beau des programmes, c’est : foutons-leur la paix ! Laissons-les faire leur petite et misérable escrime de loisir, parce que comme cela, un jour, à force d’existence, ils ne seront peut-être plus si misérables que cela, et ils finiront par faire envie. Faites-nous confiance.

Date de publication : 20/01/2013 17:25
Haut


Re: La chasse aux enseignants bénévoles est ouverte.
#24
Bavard
Bavard


Image redimensionnée

Date de publication : 03/10/2010 18:09
Haut


La chasse aux enseignants bénévoles est ouverte.
#25
Bavard
Bavard


Après une longue, très longue discussion, on attendait le passage à l’acte de la FFE.
Ce sont les grandes manœuvres puisque les diplômes changent : le prévôt devient un BPJEPS qui est dorénavant rémunérable, le maître d’armes passe de BEES à DE.
Et les diplômes fédéraux vont changer de nom.

Mais une question au-delà de tous ces changements restent et demeurent : qui a le droit d’ouvrir une salle, qui a droit d’enseigner ?
C’est essentiel pour les petites structures qui ne peuvent pas sortir un professionnel de leur chapeau, faute d’avoir les heures pour l’employé.

On attendait la réponse et c’est fait, le règlement intérieur de la FFE a été modifié.

Citation :
Règlement intérieur de la FFE :
En application de l’article 5.3.1., dans le cas où une association sportive dispose d’un enseignant «éducateur fédéral», une convention signée par le président de la ligue et le président de l’association précisera l’enseignant titulaire d’une qualification inscrite au RNCP et ses moyens d’action afin de soutenir l’action pédagogique conduite par l’éducateur fédéral qui se verra décerner une autorisation d’enseigner valable deux ans.
Cette autorisation est renouvelable sous réserve qu’il effectue un stage de formation au minimum du niveau éducateur fédéral.


Cela signifie en clair, que les diplômés fédéraux continueront à demeurer sous la tutelle des BPJEPS et DE d’escrime.
La couverture pédagogique n’est plus annuelle mais bisannuel et il y a une obligation de formation.
On tombe encore une fois dans une situation où pour qu’un club continue à être affilié à la FFE, il lui faut l’adoubement d’un BPJEPS et DE. On reste sous la coupe d’une personne de bonne volonté plutôt que d’obtenir une vraie réponse institutionnelle de la FFE encadrant l’enseignant bénévole.
La FFE se décharge du suivi sur d’autres, des professionnels bénévoles, je suppose ?

Mais c’est la suite qui promet !

Citation :
Règlement intérieur de la FFE :
A l’issue d’une période de 4 années, l’enseignant concerné devra déposer une demande de diplôme professionnel au titre de la VAE. ou s’engager dans une formation de niveau IV.
Les cas particuliers seront soumis pour dérogation éventuelles à la commission des éducateurs de la Fédération Française d’Escrime.


Pour ceux qui n’ont pas compris, cela signifie l’acte de décès des enseignants bénévoles.
Le président de la FFE a parlé de professionnalisation de l’escrime, voilà le résultat : un ultimatum.

Enseignant fédéral bénévole soit tu passes le BPJEPS pour devenir un professionnel rémunérable, soit tu te casses au bout de 4 ans (et ton club avec).

Enseignant fédéral bénévole, petit club, ta tête est sur le billot, la hache tombe dans quatre ans.

Date de publication : 02/10/2010 14:52
Haut


Re: Enseigner avec un diplôme de Prévôt et un Bafa ?
#26
Bavard
Bavard


Bafana.
Les réponses de Fred a vos questions sont tout à fait correctes.

Citation :
Bafana a écrit :
Question subsidiaire s'il est possible au titulaire d'un diplôme de prévôt et du Bafa "d'enseigner" (étant entendu qu'il n'a pas les compétences d'un BE), peut-il prétendre à une rémunération ?

Le brevet d’aptitude aux fonctions d’animateur (BAFA) est un diplôme qui vous autorise à encadrer des mineurs en centre de vacance ou de loisir. Il ne convient que pour ce cadre-là.
Si vous souhaitez enseigner l’escrime en étant rémunérés, dans un centre de vacance ou de loisir, c’est possible si vous avez le BAFA et si vous êtes moniteur d’escrime : voir arrêté du 20-6-2003 http://www.education.gouv.fr/bo/2003/30/MENJ0301377A.htm

Citation :
Bafana a écrit :
Sans doute ai-je donc mal formulé. La question précise est : puis-je INITIER en toute légalité dans une salle en étant uniquement prévôt et titulaire d'un BAFA sachant que, je n'ai pas la possibilité de passer un BE.

Vous pouvez parfaitement initié en tant que prévôt en l’état actuel.
Toutefois, se posera la question de l’affiliation à la FFE : celle-ci exige dans son règlement intérieur que les clubs aient un breveté d’État ou alors un diplômé fédéral ayant la couverture pédagogique d’un breveté d’État.
A défaut de la signature de votre bulletin d’affiliation, chaque année, par un BE, vous ne pourrez être affilié.
Cette situation scandaleuse et contre-productive à fait l’objet d’une longue discussion de 15 pages dont je vous conseille la lecture intégrale et qui s’appelle curieusement S'il était ministre de la francophonie http://www.escrime-info.com/modules/n ... id=260624#forumpost260624
Compte tenu de l’accueil que la FFE va vous réserver en exigeant la signature annuelle d’un BE, je vous conseille d’envisager l’adhésion à une autre fédération. Du type multi-sport ou autre…

Citation :
Bafana a écrit :
La question subsidiaire étant puis-je être payé pour cela

Légalement non.

Citation :
Bafana a écrit :
Puis-je être reconnu par la FFE et licencier des tireurs ?

Aujourd’hui, difficilement, demain non.
La FFE vous méprise comme vous en aurez la preuve en lisant le sujet que je vous ai cité.
La FFE prévoit de supprimer la couverture pédagogique (c’est écrit noir sur blanc dans des documents officiels). Donc après avoir à mendier cette stupide couverture à un BE qui faisait selon son bon vouloir et non selon des éléments objectifs de compétence du diplômé fédéral, les diplômés fédéraux seront ramenés à être les simples suppléments des BE dans un clubs : ils ne pourront plus exercer sans BE dans un club, ni en créer un.

Citation :
Bafana a écrit :
A moyen terme, en cas de bonne progression des effectifs, nous aimerions faire venir un MA (effet JO 2012 si les tireurs français font de bons résultats bien médiatisés par exemple). Maintenant si un BE est prêt à faire beaucoup de km pour enseigner 4 heures (2 fois 2h) à 10 jeunes escrimeurs âgés de 10 à 50 ans bénévolement ou presque, je lui laisse volontiers ma place.

La description de votre situation a été faite dans le sujet cité. Vous soulevez la seule vraie question qui importe pour le développement de l’escrime, et non les faux sujets et les fausses solutions du type championnats du monde.
Si on regarde les chiffres, cela concerne un très très grand nombre de clubs (la moitié ?).
Sachez que manifestement la FFE s’en fiche.
Si vous voulez développer l’escrime, choisissez une autre fédération.

Citation :
jseni a écrit :
Je ne réponds même plus à ce genre de ce sujet.....
Je dis juste (comme on dit de nos jours )
M D R

Bafana, si la FFE agit ainsi, c’est vous voyez qu’elle est sous pression de BE agressifs qui préfèrent à court terme sacrifier l’escrime.

Date de publication : 13/05/2010 11:35
Haut


Re: Cadre fédéral
#27
Bavard
Bavard


C'est un sujet qui a été abordé dans un cadre plus vaste sur ce forum, fin 2009.
Je tiens et soutiens, comme il l'a été rappelé ici, que l'enseignement d'un sport est libre (sauf de très rares sports à risque), et que seule la rémunération est encadrée (en gros limité au diplômé d'Etat par le code du sport).
L'attitude de la FFE sur ce sujet est très ambigue : les questions qui ont pu être formulées ont toujours donné lieu à des circonvultions de sa part, pour éviter répondre de manière claire, et ainsi laisser un doute.
L'attitude de la FFE est à mon avis révélatrice d'un objectif câché de sa politique : elle cherche à défendre l'ancien monopole de la corporation des maîtres d'armes. Ainsi, la FFE empêche à un diplômé fédéral d'ouvrir un club, s'il n'obtient la dite "couverture pédagogique d'un MA". Cette mesure est une aberration et permet de tenir en laisse les bonnes volontés, tout en limitant le développemet de l'escrime.

Les dernières discussions et décisions de la FFE permettent d'entrevoir un durcissement de la politique de la FFE vis-à-vis des diplômés fédéraux bénévoles (outre un mérpis clairement affiché). La couverture pédégogique serait supprimée (bien), mais pour aboutir à l'impossibilité pour les diplômés fédéraux du type initiateur ou moniteur d'enseigner en autonomie. En gros, cela reviendrait à forcer chaque club à avoir un MA : ce qui tient du fantasme, compte tenu de la situation, et en terme de nombre de MA, et par rapport aux moyens des petits clubs isolés de province.

Pour le détail de la discussion précédente, voir là, l'ensemble du sujet :
http://www.escrime-info.com/modules/n ... id=261544#forumpost261544

Date de publication : 07/05/2010 09:58
Haut


Re: A propos de la fréquentation du site d'E.I.
#28
Bavard
Bavard


J’ai fait remarquer au webmestre d’escrime-info, un changement depuis la dernière mise à jour.
Avant lorsque l’on cliquait sur un sujet, le compteur de lecture s’incrémentait une bonne fois pour toute, et si aucun message nouveau n’était posté, le compteur ne bougeait plus si une même personne recliquait pour lire.
Or, depuis la récente mise à jour, le compteur de lecture s’incrémente à chaque lecture : si dix fois de suite, je clique pour lecture puis je reviens à la page d’accueil et recommence, alors le compteur de lecture augmente de 10.
Ce n’était pas le cas avant.
En conséquence, les données statistiques fournis peuvent ne pas être comparable d’un mois à l’autre, puisque la méthode de comptage est différence.
J’ai fait remarqué, pour l’instant en vain, au webmestre, que l’ancienne méthode me semblait plus juste et préférable (certes imparfaites, mais moins).

Date de publication : 04/02/2010 19:36
Haut


Re: S'il était ministre de la francophonie
#29
Bavard
Bavard


Citation :
paco a écrit :
1/ La discussion est elle bien en rapport avec le titre du fil?

Non.
Il y a eu deux sujets différents qui ont un point commun : le compte-rendu du comité directeur du 19/9/2009 de la FFE.
En gros, il y a les trois premiers messages qui concernent la francophonie.
Les 140 autres, ils concernent la place des diplômés fédéraux.

Je ne vois pas d’inconvénient à ce que les modérateurs dans le cadre d’une bonne administration du forum scindent les deux sujets et renomment la partie diplômés fédéraux en :
La place des diplômé fédéraux au sein de la FFE – du passé au futur

Citation :
paco a écrit :
2/ Si le problème est d'enseigner en tant que diplomé fédéral dans un petit club, il suffit de demander au CTS une couverture pédagogique, qu'il se doit,(à mon sens, mais je me trompe peut être!), d'accorder?

Il aurait fallu que vous lisiez les 140 postes pour comprendre le problème.
A l’origine, une présidente de ligue s’est fait vertement répondre lors du comité directeur que la couverture pédagogique s’imposait jusqu’à sa très prochaine disparition.
C’est une position du président de la commission éducateur.
Lors de l’AG 2009, il a prévu un plan tendant à cette disparition pour réserver exclusivement l’ouverture des salles d’escrime aux professionnels.
En clair, tu n’as pas un professionnel de l’escrime alors tu ne pourras plus ouvrir une salle (ou du moins, ceux qui voudront affilier leur salle à la FFE devront disposer d’un enseignant professionnel).
Les diplômés fédéraux ce ne seront plus dans le nouveau schéma que de futur MA aidant le professionnel (en attendant de devenir eux-même MA).

Or, on a fait remarquer que ce n’était pas la place actuelle des diplômés fédéraux (dans la réalité) et qu’on allait vers la disparition de clubs (petit). Et qu’il existait d’autres solutions dans les autres sports dont on ferait bien de s’inspirer.

Pour l’instant, on en est là : la FFE s’apprête inévitablement à exclure des (petits) clubs.

Date de publication : 19/01/2010 13:12
Haut


Re: S'il était ministre de la francophonie
#30
Bavard
Bavard


Citation :
hubo46 a écrit :
la fédération française de jeu à l'arme blanche (escrime loisir aussi bien sportive qu'artistique) qui regroupe les non intéressés par la compet.

Je ne dis pas non, cela entre dans le cadre des solutions possibles.
Mais pour l’instant, dans le contexte actuel, ce sont des petits clubs qui vont se faire exclure de la FFE, ils ne chercheront pas midi à quatorze heures.
Ils prendront la solution la plus simple : une fédération multi-sport existante avec éventuellement magouille au menu si c’est localement possible.

Date de publication : 19/01/2010 13:11
Haut



(1) 2 3 »



Escrime-Info : Mentions légales