https://www.fencing.my-solutions.fr/contents/fr/about.html
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
91 utilisateur(s) en ligne (56utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 1
Invités : 90

Ricounet, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (ensiludium)

BasBas



Re: Giovan Antonio Lovino
#1
Habitué
Habitué


Mise à jour de la traduction avec les planches originales du traité.
http://ensiludium.free.fr/Lovino%20-%20version%209.pdf

Date de publication : 04/06 14:02
Haut


Re: Giovan Antonio Lovino
#2
Habitué
Habitué


Bonjour,
La Bibliothèque Nationale de France vient de mettre en ligne la copie couleur du manuscrit original : vous pouvez la retrouver et la télécharger à cette adresse : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b525110413
Concernant la traduction intégrale en français, disponible depuis 14 ans, vous pouvez la trouver dorénavant à cette adresse : http://ensiludium.free.fr/Lovino%20v7.pdf

Pour ceux qui ne serait pas tenter par cette escrime, ils pourront profiter des planches originales du 16e siècle, pour le plaisir des yeux.

Date de publication : 02/06 09:29
Haut


Re : Re : Clubs centenaires
#3
Habitué
Habitué


Citation :

Andalucia a écrit :
La devinette était peut être incomplète. Club au sens "club de sport". La confrérie se St Michel du XVème ne rentre donc pas dans le scope.

Je rejoins Fred qui a cité à juste titre la Guilde royale et chevaleresque de Saint-Michel à Gand, le plus vieux club d'escrime, ayant 400 ans (Charte du 26 mars 1613... mais la guilde existait déjà avant sa charte).
Il s'agit bien d'un club d'escrime sportive; certes il a évolué en quatre siècles.
Cela dit, il faut être lucide : la pratique sportive de l'escrime ne date pas de la fin du XIXe siècle. J'avais rédigé un article sur une ancienne compétition. A Gand, à chaque Saint-Michel, le 29 septembre, une compétition se déroulait avec l'épée, la rapière, le poignard et rapière. Le vainqueur recevait le titre de "roi" et un prix conséquent.

De manière générale, on peut considérer que les plus vieux traités d'escrime sont ceux de la sphère germanique, tout comme les plus vieilles institutions de l'escrime (cf. les Marxbrüder, la plus ancienne des corporations de maître d'armes dont on est trace)

De même, l'enseignement d'escrime n'a pas attendu la création de club : auparavant, les maîtres d'armes fondaient leur salle d'armes. C'est au XIXe siècle que ces salles se sont transformées en cercle d'escrime, et le maître d'armes est passé d'une profession libérale à un statut salarié.

Pour vous consoler sur la Société d'escrime de Lyon qui demeure sans doute le plus ancien club d'escrime en France, voici l'extrait d'un article de 1889 :

Citation :
La Société d'escrime de Lyon
Fondée en 1853, par une dizaine de jeunes gens qui se réunissaient trois fois par semaine, le soir seulement, après leurs occupations, dans un modeste local, au rez-de-chaussée, rue Tronchet, cette Société eut pour professeur, à son début, le regretté maître Charbonnier, dont le nom est encore si connu à Lyon. Charbonnier professa l’escrime pendant vingt-huit ans dans cette Société, où.il passa juste la moitié de sa vie, et mourut en 1881, à l’âge de cinquante-six ans.
"Réagir le plus possible contre l’engourdissement, physique, résultat naturel de la vie sédentaire, même chez les tempéraments les plus robustes et les mieux doués, tel fut le but des fondateurs, tel est encore le but de la Société, aujourd’hui surtout que la France doit compter absolument sur la vigueur physique de tous les citoyens jusqu’à l’âge de quarante-cinq ans.
En 1864, après être restée onze ans rue Tronchet, la Société, dont le nombre des membres avait doublé, dut songer à se procurer un local plus grand, et dont les portes fussent ouvertes tous les soirs : elle se transporta au centre môme de la ville, au numéro 10 de la rue Palais-Grillet.
En 1871, elle prit le titre d'Ecole lyonnaise d’escrime qu'elle a gardé jusqu’en 1887, époque où, se trouvant à nouveau trop à l’étroit dans la rue Palais-Grillet, elle entreprit de s’installer dans les vastes et beaux locaux de la rue Mulet, qu’elle vient d’agrandir encore et de transformer tout récemment.
Pendant l'hiver, un jour par semaine, le vendredi, est désigné comme jour d’assauts et de réception, ce jour-là les maîtres d'armes de la garnison, les sociétaires, et de nombreux amateurs se donnent fidèlement rendez-vous rue Mulet, et dès huit heures du soir commencent des assauts ininterrompus qui durent souvent jusqu’à minuit.
La Société compte aujourd’hui environ deux cents membres, dont plus de la moitié sont membres actifs Parmi ces derniers, quelques-uns sont très anciens. Citons le doyen de la Société, M. Rivoire, le grand industriel bien connu, inscrit à la Société depuis 1859, il y a plus de trente ans…

Date de publication : 22/02/2018 13:18
Haut


Re : Montarcis (1661) au Conservatoire
#4
Habitué
Habitué


Dans le document proposé, il y a, avant le traité (de 1661 et non 1611), un extrait du Colloques ou devis français de Daniel Martin, maître de langue française à Strasbourg.
Dans son livre publié en 1642, il propose d'initier ses élèves allemands aux mœurs françaises : nourriture, école, jeux, mode... et escrime.
Voilà un petit extrait du dialogue :

- Toutefois, j’ai souvent ouï dire, que les meilleurs escrimeurs sont les plus tôt tués, par d’autres qui n’avaient jamais employé une heure de temps à battre le fer en une salle.
- Cela peut bien arriver quelquefois, quand un maître d’escrime ou tireur d’armes a plus de science que de courage : car sans cela toutes les leçons du Seigneur Salvador ne servent pas d’un oignon ; un poltron accoutumé de ne voir que des fleurets ou épées rabattues avec le bouton au bout, se trouve bien étonné, quand on lui apporte un cartel de défi, qui l’oblige de se porter sur le pré, et mettre le pourpoint bas, et se battre à l’épée blanche, il ne sait plus où il en est : et son adverse partie le pressant de près et furieusement lui fait aisément perdre ses escrimes.

Date de publication : 08/01/2018 08:52
Haut


Montarcis (1611) au Conservatoire
#5
Habitué
Habitué


Pierre Baudouin de Montarcis nous a laissé, au mileu de ses nombreux écrits, le sixième traité d'escrime de l'école française, au milieu du XVIIe siècle : il entre dans le Conservatoire où son traité (inachevé) est accessible.

Date de publication : 06/01/2018 22:03
Haut


Re : Parution imminente du livre "L'Esprit de l'Epée"
#6
Habitué
Habitué


La parution a été reculée par un site en ligne ; de mi-octobre, on était passé plutôt à début novembre.

Date de publication : 18/10/2016 10:29
Haut


Re : 6ème stage international "Donne du sens à ton jeu" et prochaine sortie du livre "L'Esprit de l'Epée"
#7
Habitué
Habitué


La sortie de "Esprit de l'Épée - Tactique, Mental, Psychologie" semble prévue pour le 7 octobre 2016, chez Amphora.

Image redimensionnée


Citation :
« L'Esprit de l'Épée » propose une approche complètement novatrice qui va bouleverser les codes et les écrits de référence où l'apprentissage est centré uniquement sur la technique. Trois Maîtres d'armes reconnus, avec l'éclairage de champions du Monde ou Olympiques, présentent une démarche d'apprentissage reposant sur la tactique, le mental et le rapport de force psychologique.
À travers les notions de distances, de préparations, de pièges et d'une définition révolutionnaire des « profils de jeu », ils vous livrent une conception résolument moderne de l'épée. Accédez enfin aux clés qui permettent de faire basculer un match en votre faveur !

Date de publication : 06/07/2016 10:46
Haut


Re : Monter la main en fente
#8
Habitué
Habitué


Citation :

yellow a écrit :
Bonjour,

Je souhaiterai savoir quels sont les avantages de "monter la main" quand on se fend ?
Merci


Au bout de la main, il y a l'arme, et notamment le fort de la lame.
Si vous ne levez pas la main, vous risquez d'opposer (en cas de contact) une partie plus faible de la lame.
En levant la main, le fort de votre lame est en principe en face du fort de la lame adverse. Cela vous permettra de mieux résister en cas de rencontre inopinée (parade) ou non (opposition de votre part)...

Date de publication : 29/11/2015 11:24
Haut


Re : Traduction lunge/thrust et les synonymes de fente
#9
Habitué
Habitué


Citation :

emeline35 a écrit :
Je suis face à deux termes, "lunge" et "thrust", pour lesquels je ne trouve qu'une seule traduction en français : fente.

Non, thrust a une signification très claire : c'est le coup d'estoc (c'est-à-dire un coup de pointe).
On dit en anglais cut and thrust pour l'expression de taille et d'estoc.

Vous ne saisissez pas tout à fait ce qu'est une fente (lunge).
Aidez-vous d'un dictionnaire d'escrime : http://www.synec-doc.be/escrime/dico/dico_escrime.html

"Fente : Action consistant en une détente de la jambe arrière combinée avec une projection de la jambe avant. Se dit également de la position de l'escrimeur fendu".
La fente est un mouvement vers l'avant, mais pas n'importe lequel. La fente existe même en gymnastique (taper fente dans un moteur de recherche puis allez dans image).

Citation :

emeline35 a écrit :
Mon dictionnaire traduit par "fente" et donne "thrust" comme synonyme.

A ce niveau, j'aurais tendance à proposer de changer de dictionnaire, il n'est pas écrit par un escrimeur...

Citation :

emeline35 a écrit :
"Thrust" quant à lui désigne une attaque réalisée en déplaçant l'épée vers l'avant, parallèlement au sol. Mon dictionnaire traduit par "coup d'épée" et explique qu'il s'agit d'une "lunge" réalisée avec une épée.

Disons qu'avant le 16e siècle, on donnait éventuellement des coup d'estoc, mais en général sans fente (en avançant autrement). Le 16ème a connu le développement d'armes plutôt faite pour l'estoc, et à ce moment, on s'est mis à utiliser vraiment la fente, pour casser brutalement la distance par surprise.
Voir par exemple Capo Ferro au 16ème siècle.
Image redimensionnée

Là, on a une fente ET un coup d'estoc : lunge and thrust.
Mais on peut faire du thrust sans lunge... comme on faisait à titre principal avant le 16e, compte tenu des armes utilisées.... Mais il est vrai qu'après, on s'est mis (avec une arme d'estoc) à faire principalement un coup d'estoc associé à une fente...

Citation :

emeline35 a écrit :
J'ai aussi trouvé dans des glossaires bilingues les termes "botte" et "coup d'estoc/coup de pointe" pour "thrust".

OK. Sauf pour botte. Botte, on l'abandonne au cours du 19e (sauf pour les romanciers...). Mais disons que c'est un mot dont le sens n'est pas toujours très bien défini et qui peut varier d'un auteur à l'autre (cf. Grisier, Lafougère, Gomard). Disons que si vous l'utilisez pour éviter les répétitions, personne ne vous en voudra.

Vous pouvez utiliser (avec précaution) le règlement technique international actuel, qui est en anglais, en français et en espagnol. Cela tombe bien, ce sont les trois langues que vous maîtrisez...

Date de publication : 07/11/2015 11:32
Haut


Re : Boîte de transport - Traductrice qui a besoin d'aide
#10
Habitué
Habitué


Citation :

emeline35 a écrit :
Il n'est pas rare de voir dans des textes originaux des incohérences, anachronismes ou autres. Au traducteur de les repérer et les corriger dans la version traduite.

Reste à savoir si c'est bien le travail du traducteur, si ni l'auteur ni surtout l'éditeur dans langue originale ne l'a pas fait.

Date de publication : 07/11/2015 11:06
Haut


Re : Faire de l'épée - La méthode des 4 fantastiques
#11
Habitué
Habitué


L'éditeur "Books on Demand" est allemand. Je pense qu'il est l'équivalent de "Lulu.com", plus connu.
Ce doit être de l'impression à la demande, donc sans stock.
Il faut donc lorsque vous le commandez pour que le site se retourne auprès de Books on Demand, qui doit imprimer et façonner l'exemplaire, puis l'envoyer d'Allemagne au site d'achat, qui doit vous le renvoyer ensuite. Tout cela prend du temps...
Personnellement, je l'ai commandé dès la sortie, directement auprès de "Books on Demand". Cela a été plus rapide (mais plus cher).

Date de publication : 03/01/2015 22:50
Haut


Re : Faire de l'épée - La méthode des 4 fantastiques [disponible]
#12
Habitué
Habitué


J’ai commandé et reçu ce livre (après noël). Je l’ai lu et je me propose de donner mon avis dans les lignes qui suivent. Je précise que, après avoir fait de l’épée il y a quelques années, je fais du fleuret, ce qui fait que la méthode du livre ne m’inspirera qu’indirectement dans ma pratique.
Comme je pense grand bien de ce livre qui est bien réfléchi très bien conçu, je préfère donc commencer viser quelques broutilles sans conséquence (mais au moins, cela montrera que je l’ai lu attentivement).
Tout d’abord, le titre « Faire de l’épée » : on conseille d’éviter le mot « faire » parce que trop imprécis, trop fourre-tout. Pourquoi pas « Tirer à l’épée », ou « S’améliorer à l’épée » ? Ensuite « Clément Schrepfer présente » : celui qui présente, en général, il n’a pas « fait » ; donc foin de modestie, le nom de l’auteur et on comprendra. Enfin, j’ai noté deux petites erreurs très mineures (ce qui est peu !). Page 122, « vigilent » à la place de « vigilant ». Page 129 l’analyse des forces/faiblesses/menaces/opportunités qui serait du marketing ; en fait, c’est ce qu’on appelle la matrice SWOT qui est un outil d’analyse stratégique en management, et qui peut être utilisé donc entre autres dans le marketing, mais également dans tout autre domaine où la stratégie est présente, telle que l’escrime (mais bon, c’est dans la conclusion et c’est vraiment un point très accessoire).
L’esthétique du livre est réussie : elle est d’abord sobre, la mise en page est efficace, le texte très lisible (il existe des livres brouillon, ce n’est pas le cas ici). La couleur est utilisée, mais très peu présente : je m’interroge si pour des questions de coût, il n’aurait pas été préférable de faire un intérieur noir et blanc en gardant la couverture couleur.
Le contenu, maintenant. Rien n’est pire qu’un livre qui vous fait des promesses et qui ne les tient pas, ce qui vous laisse déçu : « Faire de l’épée », je ne savais pas précisément à quoi m’attendre, mais la couleur était affiché clairement, ce n’est pas un livre qui se veut hyper-technique, il va proposer autre chose. La démarche est honnête, parce qu’effectivement, ce qui est visé, c’est autre chose que la technique pure. L’auteur, d’ailleurs, invite en page 28, à aller voir « d’autres écrits plus académiques » (par contre, en oubliant d’en citer en annexe, sachant qu’il n’y en a pas tant que cela…).
Donc, la technique n’est l’objet du livre, mais elle est évidemment présente malgré tout partout : parce qu’on parle quand même de tirer à l’épée. Il faut quand même maîtriser des notions de base, telles que parade, flèche, contre-attaque, etc. À ce propos, page 111, le contre-temps est donné comme une « attaque dans l’attaque », alors que ce serait plutôt un type de contre-attaque dans une attaque. Mais je suppose que le but est de permettre de rendre le livre relativement lisible par tous, y compris des débutants.
Je ne vais pas déflorer la méthode en la décrivant précisément, mais ce qu’on y trouve, ce sont des conseils de préparation, et de gestion de l’assaut. Les quatre fantastiques, c’est à la base un procédé mnémotechnique pour se focaliser sur les éléments importants à se souvenir. Parce qu’effectivement, on ne peut pas avoir un traité d’escrime en tête en tirant. Il faut conserver sa lucidité et être apte à analyser et trouver des solutions. C’est cela l’objet du livre : donner des clefs pour s’en sortir. Et si ce livre est court, et c’est une de ses qualités, c’est justement pour aller à l’essentiel et le conserver en mémoire pendant l’action.
Il y a au fond beaucoup de conseils de bon sens. On peut être plus ou moins sensible à certains : moins, pour ma part, à l’aspect gestion mentale. Par contre, j’ai bien aimé, par exemple, les précisions sur la position du bassin. Également, je rejoins l’auteur sur le fait qu’à l’épée, l’essentiel, c’est sa pointe. C’est, je crois, la différence avec le fleuret, une différence de centre de la pensée : à l’épée on pense à partir de sa pointe, au fleuret on pense à partir de sa main.
Voilà en gros ce que je pense de ce livre : du bien. L’auteur a osé (ce qu’il conseille comme attitude à l’épéiste), il n’a pas à rougir du résultat, car je crois qu’il réalise vraiment sa promesse ; je considère qu’effectivement, on a tout à gagner à suivre sa méthode (elle n’enlève rien par ailleurs à toute démarche quelqu’un d’autre proposerait, telle un maître d’armes). Si je ne suis pas épéiste pour le moment, je crois que j’aurai plaisir à relire le livre plus tard, et qu’il m’apportera quelque chose.

Date de publication : 03/01/2015 17:06
Haut


Re : Faire de l'épée - La méthode des 4 fantastiques [disponible]
#13
Habitué
Habitué


ça y est, c'est commandé ! En espérant que cela soit à temps pour être au pied du sapin, sinon, ce sera au moins lu pendant les fêtes.
Et tant qu'à faire, pour une fois qu'il y a un livre d'escrime qui sort, cela se fête : alors un petit article pour annoncer la sortie http://www.escrime-info.com/modules/news/submit.php

Date de publication : 17/12/2014 17:02
Haut


Re : Faire de l'épée - La méthode des 4 fantastiques
#14
Habitué
Habitué


Belle initiative : on a l'impression que plus personne n'ose écrire de livre d'escrime de nos jours en France, alors que ce n'est pas le cas à l'étranger, où on a pu voir des livres originaux et de valeur (par exemple à l'épée, Harmenberg Epee 2.0, mais cela existe aussi au fleuret).
C'est bien de se lancer, l'aspect visuel est agréable (cela compte aussi), et on attend impatiemment de lire le contenu.
(En espérant que cela ne se limite pas à : soyez souple comme Red, fort comme la chose, invisible comme Jane, et flamboyant comme Johnny )
En tout cas, démarche à encourager.

Date de publication : 10/12/2014 18:13
Haut


Re : Encore du fleuret
#15
Habitué
Habitué


Là où l'on voit que la définition de l'attaque n'a pas changé en 170 ans.

Citation :
Pour avoir, du départ, un indice certain,
Regardez si le corps, le jarret et la main
Marchent, en même temps, en avant dans l’offense :
Ils obligent alors de se mettre en défense.
De ces conditions, si l’une est en retard,
L’adversaire, sur vous, ne fait point de départ.
Cette raison suffit pour n’avoir nulle crainte,
Puisque le fer, sur vous, ne produit que la feinte.
On doit donc s’attacher à bien saisir l’instant
Où le corps et le pied se portent en avant.
Du jarret, de la main l’action réunie
Est pour vous le signal d’une approche ennemie.


Lafaugère, l'esprit de l'escrime, 1841







Date de publication : 17/09/2014 15:10
Haut


Re : Rééditions sur l'escrime (IFFE)
#16
Habitué
Habitué


Si on a le temps de ne lire qu'un seul traité d'escrime, il vaut mieux se tourner vers le Cléry.
Mais ce n'est pas un traité si rare, car la FFE l'a réédité pendant plusieurs années (la dernière réédition doit dater de 2000).

Date de publication : 10/09/2014 12:50
Haut


Rééditions sur l'escrime (IFFE)
#17
Habitué
Habitué


L'institut de formation de la FFE réédite deux ouvrages de valeur, dont on ne trouve plus que des exemplaires d'occasion.
* Les fiches de l'éducateur coordonnées par Daniel Revenu : pour chaque arme, des exercices.
* L'escrime Fleuret-Épée-Sabre de Raoul Cléry.

Ce dernier ouvrage devrait avoir été lu par tout escrimeur qui se respecte. Hélas, l'ouvrage est accessible en ligne mais pas téléchargeable, ce qui ne facilite pas cette lecture.

Date de publication : 07/09/2014 15:04
Haut


Re : Encore du fleuret
#18
Habitué
Habitué


Citation :

brascourt a écrit :
J'aime bien cette définition du temps :
"Le temps, est lorsque venant au combat ton ennemy te tire un coup de droit, ou de revers & qu’en levant le bras
pour te frapper il te donne le temps de luy porter"
Sieur Des-bordes. 1610
ref:http://ardamhe.free.fr/biblio/desbordes_edition.pdf

Bonjour,
La définition d'André Desbordes n'est pas vraiment une définition de temps, mais plutôt du coup de temps.
Il vaut mieux aller la chercher 60 ans plus tard chez Philibert de la Touche (les italiens ayant fait beaucoup mieux dans les deux siècles le précédant) :
Citation :

Le temps, est la durée d'une action, ou autrement, c'est le temps que l'on employe à faire quelque action de l'épée, ou du corps, ou de tous les deux ensemble.
Prendre le temps, c'est se servir du temps que l'adversaire employe à faire quelque action de l'épée, ou du corps, pour le frapper, ou s'empêcher d'être frappé.
Donner le temps, c'est faire quelque action de l'épée ou du corps pour surprendre l'ennemi, pendant qu'il veut se servir de l'occasion que vous lui donnez par l'action que vous faites.

On pourrait plutôt dire "gagner le temps" que "prendre le temps", et
"Donner le temps", c'est le contre-temps.

Date de publication : 28/08/2014 20:48
Haut


Re: [Collection] ou trouver "l'escrime" de Raoul Cléry ?
#19
Habitué
Habitué


Citation :

billy a écrit :
et ça me mène à écrire en ce moment (pas tout seul je te rassure) un traité sur la tactique à l'épée !

C'est une excellente nouvelle, et nous attendons déjà la publication avec impatience.

Date de publication : 21/04/2014 18:52
Haut


Re : [Collection] ou trouver "l'escrime" de Raoul Cléry ?
#20
Habitué
Habitué


Citation :

Nairolf a écrit :
Quelqu'un disait plus haut avoir trouvé une édition de 1973, mais il doit sûrement s'agir du "Que sais-je ?" (PUF) du même auteur et pas du manuel plus volumineux publié par Amphora dans les années 60.

Il y a trois éditions du Cléry, plus ou moins développées :
- Traité d'escrime de pointe, 1948
- L'escrime aux trois armes, Amphora, 1965
- L'escrime, PUF, 1973
C'est celui de 1965 qui a été réédité par la FFE (mais sans doute plus maintenant).

Date de publication : 20/04/2014 15:33
Haut


Re : Épée italienne et épée française, par Luigi Barbasetti
#21
Habitué
Habitué


Citation :
fab1 a écrit :
Aujourd'hui on dirait poignée orthopédique et poignée droite.

Merci pour l’article, mais je vous avoue que cette réflexion me désole : pourquoi tout prendre à l’envers en ramenant à l’escrime contemporaine ?
On n’est pas face à une opposition entre des styles de poignée (droite/orthopédique, cette dernière n’ayant qu’un siècle), mais face à des styles d’escrime qui utilisent des armes différentes. Encore que je n’oserai pas trop m’avancer sur le style italien, car je pense qu’il y a eu des écoles multiples : Bologne, Naples, Rome…

Avant que de remonter l’histoire, commençons par noter, comme le fait Barbasetti, que ce type de garde n’est pas du tout propre à la spada italienne, puisque celle du fleuret (fioretto) est identique.
Dans ce traité de fleuret des années 1970, on retrouvera la même garde italienne pour le fleuret (avec une étonnante prise en poing).

Les épées médiévales ont plutôt une forme en croix, avec lame, quillon, poignée (pommeau). Et à un moment certains ont ressenti le besoin de mettre l’index au-dessus du quillon. Or, c’était dangereux pour le doigt en question : aussi, on voit au XVe siècle des épées qui disposent d’anneaux protecteurs : ce qu’on a appelé ensuite des pas d’ânes (parfois un seul).

Cette épée date de la fin XVe.
Image redimensionnée


Par la suite, on a développé la garde en ajoutant d’autres pièces métalliques, jusqu’à arriver à la protection intégrale par une coquille, fin XVIe à XVIIe. Cela a donné ce qu’on appelle l’épée taza.
Dans les traités italiens et espagnols de ces époques, on voit bien que l’index qui dépassent et embrasse le quillon.
Camillo Agrippa 1563
Image redimensionnée


Pedro de Heredia début XVIIe
Image redimensionnée


Capo Ferro 1610
Image redimensionnée


Cette prise permet tant les coups d’estoc que ceux de taille.

L’épée de cours du XVIIIe conserve le pas d’armes.
Toutefois, j’ai beau cherché dans les traités d’époque, ils ne sont jamais utilisés. Il faut dire également qu’il n’y a plus de coup de taille possible mais le seul estoc.

Si on regarde maintenant ce qui se passe au niveau de la main, pour l’épée médiévale, on utilise une prise marteau.
Prise marteau au 13ème siècle :
Image redimensionnée

Sans doute, on se met à un moment au XVe à vouloir faire plus d’estoc : or, on gagne en précision de pointe, l’index fournissant un léger effet de levier, tout en conservant une bonne poigne pour tenir l’arme avec quatre doigts restants.
Conserver cette poigne est nécessaire tant que l’arme demeure relativement lourde et longue, à l’instar des rapières. Les épées de cour sont plus courtes, plus légères : la poigne est moins nécessaire. L’index redescend alors pour se placer en opposition avec le pouce et donner encore plus de précision de pointe, et les trois doigts restants tiennent l’arme en main. Le pas d’âne ne semble servir à rien, sauf peut-être à préserver les doigts d’un choc avec la coquille.

Les italiens (ou une partie des italiens) n’ont pas fait redescendre l’index. Ils ont choisi un autre jeu, comme l’explique Barbasetti, et ce, au fleuret même, avec quillon (ne dépassant pas la coquille) et martingale.

La spada permet une certaine précision de pointe (mais sans opposition pouce/index), tout en conservant de la poigne.
Par contre, la poignée orthopédique vise à permettre de concilier poigne, et opposition pouce/index, mais également à recentrer l’avant-bras dans l’axe de la lame. Par contre, on lui reproche par rapport à la poignée droite, d’avoir un centre de gravité plus en pointe. Mais cela peut se nuancer, car les poignées droites du XVIIIe étaient étonnamment courte, et ce n’est que milieu 19e qu’on a adopté des poignées longues qui font un contrepoids équilibrant l’arme jusque derrière la coquille (et favorisant à l’extrême le jeu de pointe).

En conclusion, l’arme fait l’escrime et l’escrime fait l’arme. Forcer tous à avoir la même arme, c’est conduire à uniformiser l’escrime pratiquée : pour quel motif ? Celui de la sécurité est légitime, mais c’est le seul, après ce n’est plus qu’un manque d’imagination. On pourrait tout à fait laisser libre les tireurs d’adopter l’arme qui convient à leur escrime : une lame plus ou moins longue, un système de garde ou de poignée selon volonté. Une arme artisanale, personnalisée.

Date de publication : 16/03/2014 19:11
Haut


Re : réduire le temps de réaction
#22
Habitué
Habitué


Je vous conseille la lecture de cet article : S'entraîner à sentir en épée par Michel Sicard et Hugues Obry (pdf de 10 pages).
Le tout début de l'article s'adresse à des néophytes, mais ce n'est pas le cas de la suite qui vise plutôt le haut niveau.
Après une présentation basique de l'escrime et une tentative de classification des types de tireurs (les types d'escrime), les auteurs traitent dans la seconde moitié notamment de l'amélioration du temps de réaction. Vous y retrouverez ce que je vous citais déjà, à savoir le modèle de traitement de l'information.
Ils ne proposent pas d'exercices. Il faut façonner les automatismes (la recette est pour partie traditionnelle -> la leçon !), mais point trop n'en faut non plus, pour ne pas sombrer dans un jeu stéréotypé et donc prévisible. Place à la créativité !

Date de publication : 24/01/2014 19:26
Haut


L'art des armes simplifié - Olivier
#23
Habitué
Habitué


L'art des armes simplifié d'Olivier, publié à Londres en 1771 en bilingue, est disponible dans le Conservatoire. Il l'était déjà depuis quelques années dans google books : il s'agit d'une version adaptée, pour faciliter la lecture, à laquelle a été ôté le texte anglais, rajouté les planches, et structuré par des signets.
Le Conservatoire présente l'ensemble des traités de l'école française d'avant la Révolution.

Date de publication : 09/01/2014 12:33
Haut


Re: 5ème tournois handi/valides par équipe et mal-voyants/voyants de Bondy
#24
Habitué
Habitué


Le premier à avoir tenter de développer une méthode d'escrime pour aveugle, c'est Georges Dubois. Il l'a fait à la Belle Époque sans succès, et a récidivé en 1916 devant la recrudescence de ce handicap du fait des combats.

Date de publication : 01/12/2013 13:59
Haut


Re : Traduction du livre d'escrime de Filippo Vadi
#25
Habitué
Habitué


Dommage, car manque les 3/4 du document qui contient une traduction...

Date de publication : 29/11/2013 20:20
Haut


Re : Tirer contre un géant [épée]
#26
Habitué
Habitué


Un géant, c'est quelqu'un qui vous dépasse de plus d'une tête. Au moins, avec une définition relative, cela peut concerner tout le monde.

Date de publication : 29/11/2013 20:19
Haut


Re : réduire le temps de réaction
#27
Habitué
Habitué


Je n'ai pas d'exercices à vous proposer, mais plutôt des explications.
Il faut en effet éviter d'avoir une vision simple de cette question que certains pourraient qualifier de "réflexe" (expression impropre).
Daniel Popelin dans son livre "Escrime" chez Amphora propose ces explication des pages 131 à 142 concernant le système de traitement de l'information.
Vous pourrez trouver partiellement les quelques pages en question à cette adresse.

Je pense que la réponse à votre question, sur comment réduire son temps de réaction, elle est simple - faire ce qu'on a toujours fait depuis des millénaires : s'entraîner (en escrime, leçon individuelle, collective, assauts, compétitions, etc...).

Date de publication : 28/11/2013 12:47
Haut


Re : L'histoire de l'escrime - 100 ans de FIE
#28
Habitué
Habitué


C'est un livre annoncé et attendu depuis longtemps.
A titre personnel, je l'ai précommandé sur un grand site de vente en ligne, et malgré sa date de sortie pour le 15/11, toujours pas de nouvelles pour l'instant.

Date de publication : 21/11/2013 19:42
Haut


Re : L'histoire de l'escrime 1913-2013
#29
Habitué
Habitué


En fait, il y a eu un premier tome à cette histoire de l'escrime : cela s'appelait "Un pour tous et tous pour un, l'histoire des championnats du monde d'escrime", avec les mêmes auteurs (Gérard Six n'est qu'un auteur, parmi une maître de conférence et un professeur des Universités devenu recteur d'académie).
Ayant lu ce livre publié il y a trois ans, je peux dire que la vision de l'escrime présentée n'était certainement pas franco-française. Je reconnais aussi que cet ouvrage n'était guère passionnant, mais qu'il annonçait explicitement une suite prometteuse.
Ayant lu l'introduction de cette suite, son sommaire, prétendre que ce sera une vision franco-française, cela tient du procès d'intention. Par contre, la France a eu une place centrale, et cette place doit logiquement être reconnue, du moins si on veut se prétendre historien.
Quant à la Belle Époque de l'escrime, ce livre revendiquait totalement sa vision franco-française : cela ne parle que de l'escrime française à la Belle Époque (expression française).

Citation :
mhewer a écrit :
l'évolution de l'escrime de haut niveau c'est fait surtout à l'extérieure de la France.

Je ne comprends pas trop cette phrase.
Évidemment, la France n'a pas le monopole du haut niveau... mais a été bien placée dans les compétitions internationales, auparavant (moins maintenant).

Citation :
mhewer a écrit :les "grands nations" de l'escrime ont perdu leurs privilèges (comme la double-voix) et se retrouvent à pied égale avec les autres nations ...

Oui, les choses changent.

Citation :
mhewer a écrit :
Une femme présidente FIE n'est certainement pas demain à la veille ...

Il me semble que la seule femme qui dirige une fédération en France, c'est pour l'escrime.
C'est un début.

Date de publication : 31/10/2013 12:53
Haut


Re : L'histoire de l'escrime 1913-2013
#30
Habitué
Habitué


Une vingtaine de pages de l'ouvrage sont accessibles : il s'agit de l'introduction et du sommaire.
Et c'est très très prometteur !
Le livre se concentre sur l'internationalisation de l'escrime par le biais de la FIE entre 1914 et 2013.
C'est quasiment le tome 2 (la suite) de la Belle Époque de l'escrime !

Date de publication : 31/10/2013 12:13
Haut



(1) 2 3 4 ... 6 »



Escrime-Info : Mentions légales