https://royalescrime.com/
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Menu principal
Qui est en ligne
50 Personne(s) en ligne (39 Personne(s) connectée(s) sur Forum)

Utilisateurs: 0
Invités: 50

plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (mhewer)

BasBas



Stage : Le simulacre de combat – la chorégraphie et la mise en scène au service de l’escrime
#1
Habitué
Habitué


Stage d’escrime artistique à Fréjus le 3 et 4 février 2018

Organisateur : Chevaliers des Roches Rouges
Direction du stage : M. Müller-Hewer

Les combats d’escrime ont la faveur du public et cela depuis des siècles. Aujourd’hui les groupes d’escrime artistiques existent un peu partout en France, ils jouent un rôle important dans la plupart des fêtes historiques.

Issus souvent de l’escrime sportive, la plupart de ces troupes ont opté pour une grande technicité dans leurs combats. Toutefois le public n’adhère pas toujours. Or les combattants se sont bien amusés.

En effet les éléments qui vont retenir l’attention et générer l’enthousiasme du public, sont bien connus du monde de spectacle et mettent en valeur d’autres effets que la pure prouesse technique.

Pendant ce week-end, autour de la chorégraphie et de la rapière nous explorerons la mise en scène et l’espace. En 10 heures de travail, nous aborderons les sujets suivants :

- Action – tension – rythme
- La mise en espace
- Les bottes secrètes «chorégraphiques »
- Escrime de pointe vs contre-pointe
- Destreza vs Ecole de Bologne
- Combat 3 vs 1, 2 vs groupe
- La sécurité dans le combat sans équipement de protection

Tarif: 70€- couple 120€
Le tarif ne comprend pas les frais de transport, hébergement et alimentation.
Lieu: Salle Hippolyte Fabre, Fréjus

Nombre maximum de participants: 25

Matériel :
- Tenue de sport
- Rapière et dagues
- Paire de gants

Les armes en aluminium ne seront pas autorisées.

Date de publication : 12/01 19:59
Haut


Re : Les coups de taille à la rapière
#2
Habitué
Habitué


Je vois qu'il y a des arguments habituels qui commence à rentrer. J'ai une tout autre idée, mais la réponse va être longue.

L'origines de l'escrime de taille dans l'escrime de spectacle

Force est de constater que ton article ne semble pas provoquer beaucoup de réactions ou de l'intérêt. Ça correspond à mon expérience sur 15 ans de stages à Paris, les sujets comme l'escrime baroque ou l'escrime d'estoc on eu toujours moins de succès que le combat médiéval (en dehors d'un stage en 2014 avec 45 participants). Mais revenant sur ton article avant d'essayer de donner des réponses à tes questions.

Dans la langue française, comme d’ailleurs en anglais et en allemand, une « rapière » n'est pas définie par sa lame, mais par sa protection de main par des anneaux ou par une coupe hémisphérique. John Clements explique ça très bien (voir le lien que tu donne ou son livre de 1997). Du coup on mélange toute sorte d'épées sous le même nom. Meyer (1600) décrit dans son livre sur la Rappir (rapière) une escrime exclusivement de taille. Nous avons en Allemagne des mots comme Haurappir (rapière pour frapper) ou Reiterrappir (rapière de cavalier) qui désignent des armes à lame large avec des protections de la main par anneaux.
Bref, linguistiquement nous avons un regroupement de différents types d'épées sous le même nom. D’ailleurs, en anglais c'est la même chose. Ici Clements fait un peu l'impasse. Aujourd'hui l'épée de taille qui fait le passage entre l'épée médiévale et la « vraie » rapière est appelée « side sword » que nous traduisons littéralement en français par « épée de coté », car il n'y a pas de nom français pour cette arme. Or chez Egerton Castle (1858) le « side sword » désignait toute forme d'épée civile portée quotidiennement.

Au plus tard depuis Marozzo, l'école d'escrime de Bologna, à l'origine de l'escrime française, donne la priorité au coup d'estoc. Le résultat dans un premier temps c'est un affinement et surtout un allongement de la lame, ce qui permettait la parade/riposte dans l'engagement avec la lame adverse. L'introduction de la séparation de la parade et la riposte par l'école française entraîna logiquement un raccourcissement de la lame à la longueur du bras armé.
En résumé, faire de la taille ou de l'estoc avec une « rapière » n'est pas vraiment un problème historique, mais plutôt linguistique.

Maintenant passons à l'escrime artistique et les questions que tu poses.
Tu as tout-à-fait raison, la petite rapière dite « de spectacle » avec la lame triangulaire est une épée d'estoc. De par son architecture cette lame supporte très mal les coup de taille. Classiquement elle fatigue vite et elle casse 5 à 10cm de la pointe ou au début de la soie. Ce problème est connu depuis toujours et pour réduire la casse, les fabricants nous proposent les lames « mousquetaire ». Légèrement plus large à la base, ce qui réduit le problème à la soie, mais toujours triangulaire et bien-sur plus chère, elles n'offrent qu'une solution temporaire et encore.
J'ai constaté que le problème de l'escrime de taille existe pratiquement que dans l'escrime de spectacle française. En Allemagne la priorité a toujours été donnée à l'estoc et aux États Unis, un pays sans une vraie culture de l'escrime , on a toujours allègrement et sans complexe mélangé l'estoc et la taille toutes armes confondues.

Pourquoi donc on le voit-on partout ?
Premier argument : Un coup de taille est plus grand dans le mouvement donc plus visible.
Cet argument semble logique or c'est faut. D'abords, et tous le monde le sait, une lame en mouvement, même large, devient invisible pour le spectateur. Ce qui reste visible, c'est le geste, le mouvement du bras pour les coups de taille et le mouvement du corps avec allongement du bras, avance et evtl. la fente pour le coups d'estoc. A distance habituelle d'un spectateur, c'est finalement le coup d'estoc qui est plus visible.
Dans ce contexte il faut aussi poser la question de la crédibilité. En France, les coups de taille sont arrêtés près du corps. Nous travaillons dans la distance de touche. Du coups la vitesse d’exécution est en règle générale en dessous de la vitesse réelle, ce qui se paye souvent avec une certaine mollesse de l'action. C'est le contraire pour les coups d'estoc. Exécutés hors distance, on mets de la vigueur ce qui augmente la crédibilité et en même temps, bien-sur, la visibilité.

Deuxième argument : Le coup de taille est plus sûr.
C'est doublement faut, car nous exécutons nos coups de taille en distance de touche. Et c'est notre seul capacité d'arrêter nos coups qui protège notre partenaire. Par contre, le coup d'estoc s'exécute hors distance, notre partenaire ne risque rien.

Troisième argument : C'est historique, les mousquetaires se battaient comme ça.
C'est archi-faux, nous ne pouvons pas l'affirmer. Comme j'ai expliqué plus haut, la rapière peut être une arme courte à lame large comme une arme longue à lame fine. Par conséquence les deux sont possible.

D'où vient alors cet engouement pour les coups de taille dans l'escrime de spectacle française ?
Une piste à explorer est le cinéma de cape et d'épée. Un des premiers films modernes de ce genre c'est « Le Capitaine Fracasse » d'Abel Gance (1943). Au surprise, dans le grand duel au cimetière, nous trouvons une escrime essentiellement de l'estoc. C'est différent à partir de 1953, dans « Les Mousquetaires » d'Hunebelle, l'escrime semble plutôt rudimentaire, mais essentiellement de taille. Le niveau s’améliore, mais pendant les années 60, Jean Marais, Alain Delon, Gérard Barrey, Guy Delorme et d'autres mousquetaires s'adonnent joyeusement aux coups de taille. Les années 60 ont vu aussi émerger deux autres géants de l'escrime de spectacle. Sans eux l'escrime que nous pratiquons aujourd'hui n’existerait pas. Pour le cinéma c'est bien-sur le Maître Claude Carliez, qui signe pour les combats dans la plupart des films français de cape et d'épée. A coté de lui, dans le monde de théâtre, c'était un monstre qui se cachait derrière son surnom « Bob », le Maître Heddle-Roboth. En 40 ans de carrière il a formé à lui seul plus de 80% des comédiens et instructeurs en France à l'escrime de spectacle. Pour avoir travailler avec les deux pendants des années, je peux confirmer qu'ils enseignaient rigoureusement une escrime de taille.
Alors c'étaient des incultes qui connaissaient rien de l'histoire ? Bien sur que non, tous les deux possédaient des bibliothèques bien fournies et avaient des très grandes connaissances de la littérature d'escrime. Il faut dire que M.Carliez, qui était un formidable professeur quant il s'y mettait, traitait l'histoire comme Alexandre Dumas, de qu'il était un grand fan. Et pour « Bob » l'escrime de spectacle était une escrime à part, un moyen de s'exprimer sur scène indépendamment de toute vérité historique et sportive.
Je pense que le lien entre les deux c'est fait par le Maître André Gardère, qui était leur instructeur à l'école de Jointville. M. Gardère, ancien champion olympique au sabre, était le chorégraphe des premiers films d'Hunebelle. Faire le lien avec l'escrime de taille me semble s'imposer. Et il est aussi maître d'armes à l'ENSATT à la rue Blanche. Claude Carliez le rejoint comme assistant pour « Le Bossu », c'est le début de sa carrière cinématographique. Bob reprend le poste à l'ENSATT après le décès de Gardère.

L'hypothèse est donc qu'à l'origine de l'escrime de spectacle aujourd'hui pratiquée en France était le sabreur M. Gardère, qui avait trouvé en Claude Carliez et en Bob Heddle-Roboth deux élèves extraordinaires. Par leur extrême longévité, plus de 40 ans de carrière pour chacun, ils ont marqué et influencé notre escrime à jamais.

Tu est étonné que si peu d'escrimeurs artistique se posent des questions ?
Ce n'est pas aux escrimeurs de se poser des questions, c'est d’abords aux maîtres d'armes et aux instructeurs. Or il me semble que l'escrime de spectacle, et par procuration l'escrime artistique est toujours traitée comme qqchose à part. « Ce n'est pas de la vraie escrime. » C'est de l'escrime pour « amuser la gallérie ». La plupart des instructeurs artistiques sortent de l'escrime sportive sans aucune formation de spectacle. Un grand nombre sont des autodidactes. Sans littérature en français et surtout sans formation ils se débrouillent avec des ficelles. Et pourquoi ils mettent l'escrime de taille à toutes les sauces? Parce-que leurs référents comme par exemple les « maîtres spécialistes de spectacles » de l'Académie d'Armes de France ont tous été formé par Claude ou par Bob.

Et quand je vois le programme de formation que ces maîtres sont en train de concocter au sein de la FFE, je pense que l'escrime de taille avec des épées d'estoc a encore de bons jours à venir.

Date de publication : 27/02/2017 19:52
Haut


Re : Les coups de taille à la rapière
#3
Habitué
Habitué


Cher Sagremore, tu mets le doigt sur un problème qui me chiffonne depuis des décennies et mon acolyte M.Penguy et moi proposons régulièrement des stages pour en discuter. Comme ce mois de mars prochain ...
Image redimensionnée

Date de publication : 26/02/2017 08:47
Haut


Re : Sabre Laser et pourquoi pas?
#4
Habitué
Habitué


Citation :

watcha a écrit :
[quote]
C'EST littéralement de l'escrime artistique (avec "escrime et combat"). seul l'outil est différent : le "tube lumineux" à la place de dague et rapière. meme contenu, meme objectif. un "jedi" avec à la place une épée et un costume d'epoque = un mousquetaire.
de plus, il ne s'agit aucunement de jouets en plastiques, ni objets de collections d'ailleurs, mais de véritables armes conçues pour le combat (notamment artistique) en toute sécurité, maniable et ludique.


C'est faut, l'escrime de spectacle et en extension l'escrime artistique, c'est des simulacres de combat comme ils sont pratiqués depuis des siècles par des escrimeurs. La seule différence avec la "vraie" escrime c'est que l'escrimeur maitrise son arme et l'action à un point qu'il est capable de pas toucher. Tous les pratiquants savent à quel point c’est facile de pousser sa pointe un peu plus loin et blesser gravement son partenaire.
Et beaucoup d'escrimeurs "artistique" font la compétition avec succès.
Et prétendre que les "sabres laser" sont des véritables armes, est un peu ridicule. Tu peut à penne assommer qqn avec ...
Et explique moi, à quel point c'est ludique, un "sabre laser".

Date de publication : 13/03/2016 17:52
Haut


Re : Sabre Laser et pourquoi pas?
#5
Habitué
Habitué


Citation :

LExpert a écrit :
Je trouve que ce sujet tourne un peu trop à la question de l'aspect spectaculaire de l'escrime.
Je le dis et je le répéterai toujours : ce qui compte, c'est de satisfaire les escrimeurs plutôt que les spectateurs.


L'escrime est un sport cher dans l'organisation. Les fédérations ne peuvent pas survivre avec comme seul revenu les licences. Des revenues d'autres comme des médias font 70 à 80% du total. Si l'escrime sortira du programme des jeux olympiques, la FIE mettra la clé sous la paillasse et la FFE ne tardera pas non plus. Sans "spectateur" l'escrime ne peut pas survivre ...
J'ai assisté à des compétitions avec beaucoup de publique. Les championnats du monde de Budapest étaient très médiatisés. A chaque finale la salle était pleine. Demandez donc aux tireurs quelles sensations ça procure quant à chaque touche des centaines de spectateurs sont debout. Pour la fédération hongroise les revenues des entrées n'étaient pas négligeable et les retour au niveau licenciés était impressionnant.

Date de publication : 13/03/2016 17:14
Haut


Re : Sabre Laser et pourquoi pas?
#6
Habitué
Habitué


Dans les années 1990 l'escrime artistique était inventée, parce que l'escrime de spectacle devenait très populaire parmi des troupes des spectacle amateurs et professionnelles. Au début des années 2000, sous l'ancien présidence FFE, une véritable chasse aux escrimeurs non-licenciés s'est engagée, allons parfois jusqu'à la menace et la fermeture des lieux d'entrainement des troupes non-licenciées. Dans les archives du forum escrime artistique vous trouverez encore beaucoup de rapports sur les agissements de certains MAs de l'époque.

L'escrime artistique pour les clubs a été réglementée, pour le bien de l'escrime.

Par le passé nous avons bien vu que ce n'est pas l’intégration de gré et de force des escrimeurs artistique ou AMHE, qui fait monter le nombre de licenciés, mais belle et bien les succès des tireurs français dans les compétitions internationales, notamment aux Jeux olympiques. La perte vertigineuse de licenciés après les derniers jeux est un bon exemple. La nouvelle direction de la FFE semble avoir compris, car elle s'est mise au travail et depuis un certain temps les succès s'affichent.

Essayer à tout prix à nager sur les vagues de la mode peut être néfaste pour l'image de l'escrime. Encore dans l'escrime artistique il y a de l'escrime et des combats, mais dans les "combats" aux tubes lumineux il n'y a ni escrime ni combat, il y a que qqs effet lumineux.

Mais pourquoi on parle d'un "sabre laser", or il y a rien d'un sabre avec cet objet. Manié à deux main, ce jouet futuriste, qui n'existera probablement jamais en réel, s'apparente beaucoup plus au grand bâton à la française qu'à n'importe quelle arme blanche. Ce serais qmême plus logique que la fédération de Savate l'utilise pour faire la promo de son grand bâton. Or elle ne semble pas trop être intéressée.

Alors pourquoi nous, les maîtres d'armes? Pourquoi devrions nous donner des cours et des stages pour un jouet en plastique qui n'a rien avoir avec notre travail ni avec l'escrime tout court.

Le phénomène "sabre laser" va rester un phénomène mineur, il nous permettra pas d'intéresser d'avantage de jeunes à l'escrime. D'après moi, c'est une bonne présence dans les médias, des succès des tireurs français dans les grandes compétitions internationales et une bonne travail de base des clubs avec des initiations dans les écoles et ailleurs et des animations qui vont changer le nombre de licenciés.

Courir derrière des tubes lumineux c'est courir derrière des chimères ...

Date de publication : 13/03/2016 16:43
Haut


Re : Sabre Laser et pourquoi pas?
#7
Habitué
Habitué


Citation :

LExpert a écrit :
[quote]
... D'où ce nouveau discours : "des techniques d'escrime ancienne à la base".
Et là, on revient au problème : la technique d'escrime ancienne, elle est faite pour toucher (blesser), alors que celle d'escrime artistique, elle est faite pour ne surtout pas toucher.
La technique ancienne, elle doit permettre de s'adapter son adversaire pour le vaincre, celle artistique, elle n'est que pour faire des mouvements coordonnés pré-définis.
...


Hello,
je dois dire que je suis bien d'accord avec l'analyse de "l'Expert" concernant l'escrime artistique. Mais j'en profite pour apporter une petite précision sur une confusion très répandue. Le terme "escrime ancienne" ne désigne PAS l'escrime historique pratiquée en AMHE. Il a d'historique que sa date d’invention au début du 20e siècle par les maitres Georges Dubois et Albert Lacaze, qui avaient en tête de créer une nouvelle arme de compétition, la dague et la rapière. L'idée n'a pas fonctionné, car la toute jeune FFE n'en voulais pas à l'époque. Mais le M.Lacaze a créé toute une série d’exercices et a enseigné longtemps la dague/rapière à la touche (voir: G.Dubois, Essai sur l'Escrime, Paris 1925). A eux nous devons d'ailleurs notre jolie rapière de théâtre, cette rapière à taza avec une lame sèche de compétition, l'arme principale de l'escrime artistique. D'après moi c'est son fils Pierre Lacaze, maître de Claude Carliez mais aussi de Bob, qui est à la base de la confusion entre escrime ancienne et historique. J'ai assisté à des leçons de M.Lacaze, Pierre où il ne clarifiait pas cette différence (j'ai d'ailleurs moi-même cru pendant très longtemps que c'était la même chose). L’escrime ancienne a certainement ses sources dans l'escrime à la rapière en France du 18e siècle, mais c'est une récréation et c'est probablement pourquoi ses créateurs ne l'ont pas appelé "escrime historique" ...

Date de publication : 24/07/2015 09:55
Haut


Stage : Sabre au clair
#8
Habitué
Habitué


Dans la longue tradition de nos stages au club d'escrime d'Ivry (12 ans), voici un tout nouveau sujet : le sabre

SABRE AU CLAIR
samedi 06 décembre 2014, 13h30 à 18h30 et dimanche 07 décembre, 10h à 17h30
Organisation : La Cie. STICS et la Cie. Compagnie Cyclone
Direction : Michael Müller-Hewer et Philippe Penguy
Prix : 90,- Euros
Participants : Comédiens, cascadeurs et amateurs, débutants/ avancés
Date limite d’inscription : 1er décembre 2014

Le sabre : tout un univers évoquant les charges de cavalerie, les duels militaires et les abordages des pirates et des corsaires. Comment s’y retrouver à travers tous ces univers différents ? Et du même coup, qu’est-ce qu’un sabre ? Et si les héros du film « Les duellistes » et ceux de « Pirates des Caraïbes » utilisent des sabres, qu’est-ce qui différencie à la fois les armes et les pratiques des combattants ?
Autant de questions que nous aborderons et auxquelles nous tenterons de répondre durant ces 12 heures de stage. Pour cela nous nous référerons aux ouvrages de Schmidt, Alessandri ou encore Hutton.
Le Capitaine Alfred Hutton a publié le livre « Cold Steel » en 1889 dans le but de renouveler l’escrime au sabre en Angleterre. S’appuyant sur l’escrime à l’épée forte (Backsword) et l’école italienne moderne (de l’époque), il a créé son propre système de combat.
Nous ferons un détour par les chutes, techniques de combat à mains nues, armes improvisées. Nous disposerons pour ce stage d’une salle de combat avec tatami, en plus de la salle d’Armes habituelle. Nous vous proposerons également des scènes choisies afin de mêler texte et combat, mais vous pouvez également amener des textes de votre choix.

En 12 heures de travail nous aborderons :
- Les gardes selon Hutton, les 8 trajets des coups de taille et des exercices de maniement de sabre
- L’estoc en quarte et en tierce – la position de la main
- L’utilisation de la main libre (non armée)
- La leçon individuelle au sabre avec protections
- Les règles de sécurité pour le travail sans équipement de protection
- Le combat chorégraphié : le rythme, l’espace scénique, le spectateur
- Combat à mains nues (coup de poing, gifles, coup de pied, étranglements…)
- Chutes (avant, arrière, chutes avec armes)
- Initiation au montage des combats et à la mise en scène

Une partie des armes est fournie. Si vous disposez d’un sabre, quel qu’il soit, vous êtes invité à l’amener au stage. Le stage nécessite une tenue comprenant des chaussures de sport, un training et un t-shirt. Des gants de cuir sont obligatoires!

Inscription par Internet:
Les inscriptions ne sont prises en compte qu'après versement de 30,- Euros d'arrhes.
Chèque libellé à l’ordre de : USI escrime à envoyer à : Cie. Cyclone, Pilippe Penguy, 67, rue Olivier Métra, 75020 Paris.
Adresse du stage : Salle d'Armes, gymnase Lénine, 50 Bd de Brandebourg, 94200 Ivry-sur-Seine.
Infos :
Michael M. Hewer 06 60 54 33 29 stage@jeuxdepees.fr
Philippe Penguy 06 60 76 07 63 ciclone@free.fr

Joindre un fichier:



jpg  (157.72 KB)
8383_544d285a2b8cd.jpg 900X675 px

Date de publication : 26/10/2014 17:59
Haut


Re : STAGE ESCRIME.E A DEUX MAINS FREJUS
#9
Habitué
Habitué


À flut, je me suis encore fais avoir. T'as encore changé de pseudo, tête de con ...

Date de publication : 20/05/2014 13:40
Haut


Re : STAGE ESCRIME.E A DEUX MAINS FREJUS
#10
Habitué
Habitué


Eh, il n'y a pas de modérateur sur cette page ?????
Est ce que je dois le pendre moi même , cet expert de mes fesses ????

Date de publication : 20/05/2014 13:36
Haut


Re : Quinet&Septime, carnaval Vénitien de Longwy
#11
Habitué
Habitué


très belles costumes ...

Date de publication : 22/04/2014 18:03
Haut


Re : stage escrime artistique rapière (et dague) à Dijon 5 et 6 avril 2014
#12
Habitué
Habitué


Mais a quoi sert la licence si je ne fais pas de compétition ?

Date de publication : 26/03/2014 10:44
Haut


Re : stage escrime artistique rapière (et dague) à Dijon 5 et 6 avril 2014
#13
Habitué
Habitué


joli ...

Date de publication : 25/03/2014 20:02
Haut


Re : Traduction du livre d'escrime de Filippo Vadi
#14
Habitué
Habitué


probablement parce que la traduction n'a pas était fait ...

Date de publication : 02/12/2013 15:57
Haut


Re : L'histoire de l'escrime 1913-2013
#15
Habitué
Habitué


La France a eu certainement sa place centrale au début de l'histoire, mais elle restait longtemps plutôt réactive envers les grands changements venant de la Russie, de l'Allemagne ou de l'Italie. Et elle souffre aujourd'hui beaucoup face aux "nouvelles" nations émergentes de l'escrime à un point qu'elle a un peu de mal à défendre sa place dans l'élite.
Mais ce n'est que mon opinion personnel et je ne suis pas historien ...

Date de publication : 31/10/2013 13:07
Haut


Re : L'histoire de l'escrime 1913-2013
#16
Habitué
Habitué


Citation :

Quant à la Belle Époque de l'escrime, ce livre revendiquait totalement sa vision franco-française : cela ne parle que de l'escrime française à la Belle Époque (expression française).

... ce qui fait sa qualité .

Date de publication : 31/10/2013 12:57
Haut


Re : L'histoire de l'escrime 1913-2013
#17
Habitué
Habitué


Malgré 5 présidents français et le siège à Paris pendant plus de 80 ans, l'évolution de l'escrime de haut niveau c'est fait surtout à l'extérieure de la France. Elle a gagné en fulgurance depuis les "grands nations" de l'escrime ont perdu leurs privilèges (comme la double-voix) et se retrouvent à pied égale avec les autres nations ...
Et un mot pour la "féminisation de l'escrime": Même si le nombre des escrimeuses est en augmentation, les femmes fonctionnaires dans les instances des FE nationales et de la FIE restent désespérément minoritaire. Une femme présidente FIE n'est certainement pas demain à la veille ...

Date de publication : 31/10/2013 12:51
Haut


Re : L'histoire de l'escrime 1913-2013
#18
Habitué
Habitué


Faut pas trop attendre de ce livre, et certainement pas des révélations ... et une vision plutôt française de l'escrime internationale (G. Six oblige )
Le tome 2 de "La Belle Epoque de l'escrime" ? Peut-être ... malheureusement

Date de publication : 31/10/2013 12:28
Haut


Re : L'escrime médiévale, une introduction
#19
Habitué
Habitué


essaie de le commander sur le site alphil (33 €)

Date de publication : 11/10/2013 10:05
Haut


Re : FFAMHE Boutique
#20
Habitué
Habitué


La FFAMHE n'est pas vraiment une fédération sportive, comme la FFEA, elle navigue entre deux eaux ...

Date de publication : 07/10/2013 19:34
Haut


Re : FFAMHE Boutique
#21
Habitué
Habitué


Citation :

RefusArien a écrit :... l'expression "Fédération française" qui est réservée au fédération sportive délégataire ..."

Comme la Fédération Française de Bridge, Fédération Française des Échecs, Fédération Française du Bâtiment, Fédération Française de Go,Fédération française des écoles de cirque,Fédération Française du Paysage, ah tiens ... Fédération Française du prêt à porter féminin, très bon exemple ...

Date de publication : 07/10/2013 19:20
Haut


Re : FFAMHE Boutique
#22
Habitué
Habitué


Ah, mon cher RefusArien, tu sais très bien que l'argent est le nerf de la guerre. Tu sais aussi qu'à la FFAMHE la plupart des instructeurs ne sont pas ni payés ni défrayé pour leurs cours et stages et la cotisation annuelle est ridiculement bas. Or, dis moi, comment veux tu développer des services intéressants, si tu n'as pas de rentrée d'argent. Et le "marchandising" est une méthode très populaire dans toutes ces structures sportives, sociales, caritatives ou politiques, qui ne veulent pas faire saigner leurs membres au moyen des cotises.
N'empêche, mon cher lobbyiste de la FFEscrime, si tu as une meilleurs proposition, je pense, on t'écoutera ...

Date de publication : 07/10/2013 10:19
Haut


Re: Traduction du livre d'escrime de Filippo Vadi
#23
Habitué
Habitué


Merci d'avoir mis accessible votre traduction.
J'ai juste vite fait relus la description de l'épée. Oui, oui, oui, Pierre Al, j'aimerai bien trouvé une épée avec ces dimensions ...

Date de publication : 13/07/2013 19:43
Haut


Re: Appel au don pour le projet PALAS
#24
Habitué
Habitué


toi, tu t'ennuie

Date de publication : 04/07/2013 22:47
Haut


Re: Bulletin de la FFAMHE
#25
Habitué
Habitué


Oh grand RefuArien, dieu aux multiples pseudonymes, qui étudie si bien nos profils, pourquoi ton profil à toi reste aussi désespérément vide que tes paroles ?
Qu'est ce que tu as à cacher ?
Sais-tu que j'ai une photo de nous deux ? Oh c'est que par hasard ... mais c'est drôle
Alors je le confirme haut et fort, je l'ai vue transpiré, mais vraiment transpiré, avec une rapière à la main.
Drôle, va ...
« c'est un roc ! ... c'est un pic... c'est un cap ! Que dis-je, c'est un cap ? ... c'est une péninsule ! »


Date de publication : 26/06/2013 22:29
Haut


Re: Bulletin de la FFAMHE
#26
Habitué
Habitué


Citation :

Et bien justement, L131-17 du code du sport : "seules les fédérations sportives délégataires peuvent utiliser l'appellation " Fédération française de "".
Seule la FFE est légitime à se dire "française" et pas la FFAMHE.

La FFAMHE n'est pas publié dans le journal officiel ? L’appellation est plutôt légal.
D'ailleurs, les associations "fédération française" polluent se dernier temps ...

T'es qmême bizarre : D'une coté du fait du bon boulot sur des traités historiques, d'une autre coté, sous la couverture des pseudos complètement anonymes tu joue au troll sur les forums AMHE depuis des années.
Pourquoi tu ne discute pas avec nous quand tu passe aux stages ?

Date de publication : 24/06/2013 10:11
Haut


Re: Bulletin de la FFAMHE
#27
Habitué
Habitué


Et entre nous, un peu de cocorico est bien français, n'est ce pas?

Date de publication : 20/06/2013 11:30
Haut


Re: Bulletin de la FFAMHE
#28
Habitué
Habitué


Cette fédération, dans un ans et demi d’existence, a fait bien plus plus pour l'escrime historique et les groupes qui la pratique que la FFE (et en extension la AAF,cinquième roue de la carrosse), monopoliste autoproclamé sur tout ce qui concerne l'escrime, dans toute son histoire. Des gens comme Gerard Six, Olivier Delannoy et beaucoup d'autres, par leur engagement personnel et souvent à l'encontre des associations traditionnelles, ont préparé le terrain pour que la FFAMHE peut exister aujourd'hui. C'est un terrain qui n'était pas occupé par la FFE ni par l'AAF, malgré des multiples tentatives d'impliquer les deux associations. La FFAMHE est une fédération jeune, bien plus apte à s'occuper de l'escrime historique car géré par des pratiquants et des chercheurs en AMHE. Elle a besoin de tout notre soutien. Je ne suis pas membre, mais j'ai fait l'expérience que toute critique constructive est de bien venu. Alors, Monsieur RufusArion, si vous avez quelque chose constructif à dire, exprimez vous ...

Date de publication : 20/06/2013 11:12
Haut


Re: Bulletin de la FFAMHE
#29
Habitué
Habitué


Dommage que le texte du bulletin est pratiquement illisible. Faut changer la police ...

Date de publication : 18/04/2013 15:06
Haut


We'll make money from fencing
#30
Habitué
Habitué


Un nouveau pas vers la professionnalisation de l'escrime ...
Bientôt des circuits professionnels pour des tireurs "d'élite" sponsorisés et commercialisés comme au tennis ...
->We'll make money from fencing<-

Date de publication : 12/12/2012 11:14
Haut



(1) 2 3 4 5 »



Escrime-Info : Mentions légales