https://www.fencing.my-solutions.fr/contents/fr/about.html
Connexion
Nom d'utilisateur :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe oublié?

Inscrivez-vous!
Menu principal
Qui est en ligne
84 utilisateur(s) en ligne (55utilisateur(s) en ligne sur Forum)

Membres: 4
Invités : 80

AramisandCo, aran22, mat33, Ricounet, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
 
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish

Index du forum


Accueil » Tous les messages (illoque)

BasBas



Appareil sans fil d'escrime à moins de 30 euros
#1
De passage
De passage


Les appareils sans fil coûtent une fortune. Même un matériel d'entraînement non homologué, c'est déjà plus de 400 euros. C'est une fortune.

On est à l'air du tout électronique. Les objets onnectés sont partout. On a tous un ordinateur surpuissant dans la poche (qu'on prend pour un téléphone...).

Il faut se réveiller : l'escrime vit dans la préhistoire avec ses fils au cul, ou ses appareils sans fil pour riche.

La FIE a lancé il y a trois ans, le concours sans fil 2016 : on est en 2016, et rien n'en ressort. De toute manière, la FIE ne vise que la compétition, alors que je parle juste de s'amuser sur les pistes sans contrainte de fil (donc, les normes, on s'en fout).

Il faut se démerder.

Une puce bluetooth, c'est de la taille d'un trombone. Un fer à souder, et on met ça dans un boitier, avec une petite pile lithum (cela consomme peu), et trois broches pour brancher dans la coquille. Il faut la programmer pour que le signal ne soit envoyée que si le contact dure suffisamment (cf. règlement technique).
Ensuite, il faut une appication sous androïd, qui soit capable de transformer le premier signal venu (sans que l'autre signal n'intervienne dans un certain délai - (cf. règlement technique) en un bel écran rouge ou vert ou blanc.

On peut faire sans doute plus subtil en visant du côté Arduino, Raspberry Pi, tout en demeurant en coût très bas.

Est-ce que c'est si immensément compliqué ? Surtout quand on voit la réussite du projet Belle poule, libre et gratuit.

Est-ce qu'on ne pourrait pas avoir les plans et l'applications, libre de droits, pour se faire son petit montage, et avoir une escrime libre de contraintes ?

Est-ce qu'on est l'escrime du 21è siècle, ou est-ce qu'on reste encore dans la préhistoire ?

Date de publication : 10/01/2016 10:40
Haut


Re : site pour trouver des partenaires de jeu
#2
De passage
De passage


Citation :

LaurentB a écrit :
L'appareil Favero WF1 coute de l'ordre de 470€


470€ !
Vous plaisantez ? C'est une fortune !
Il faut au minimum diviser par 10 (pour un appareil d'entraînement, pas de compétition) : ce n'est pas de la science-fiction, c'est juste l'état de la technologie et de ses coûts.

Bon, écoutez, on va arrêter de discuter de ce sujet ici, et je créée un autre sujet.

De toute façon, le sujet initial est sans intérêt : créer un site (ou une application) pour trouver un "partenaire", escrime-info l'aurait fait depuis longtemps s'il y avait un réel apport.

Date de publication : 10/01/2016 10:04
Haut


Re : site pour trouver des partenaires de jeu
#3
De passage
De passage


Citation :

odel a écrit :
L'une des raisons (mais pas la seule), est qu'il faut une piste équipée et qu'on ne trouve pas ça ailleurs que dans les clubs (ou sur un tournoi).


Cela dit, pour l'instant, on a des fabricants de matériels qui vendent le matériel sans fil à prix d'or.
Mais on sait tous ce qu'il en est de l'évolution des produits électroniques, et un jour, on finira par se passer de ces fabricants et pouvoir s'équiper pour des clopinettes
Par exemple, on prend un smartphone et on colle un module en bluetooth dans la coquille de l'arme... ou alors on conçoit un système à base de Raspberry Pi.
Voilà, après on se retrouve à deux ou un peu plus, et on peut pratiquer dehors, les beaux jours, ou un peut tirer dans n'importe quelle salle où il y a la place (et un sol pas glissant).

Tant qu'on a un fil au cul, et tant que s'en passer coûte manifestement un prix déraisonnable, on est contraint... Mais la liberté totale arrive...

Date de publication : 09/01/2016 11:13
Haut


Re : site pour trouver des partenaires de jeu
#4
De passage
De passage


Encore un qui pense avoir une idée innovante pour monter sa boîte et qui fait son étude de marché pour son business plan.

On nous invente des applications machin chose pour faire n'importe quoi, et là, c'est gros comme le nez au milieu de la figure :
Il veut nous pondre une application pour se trouver un "partenaire de jeu" en sport (tennis, golf, etc...).

Bon courage avec cette idée de génie qui a dû déjà être imaginée 12000 fois.

Date de publication : 09/01/2016 08:24
Haut


Re : 180 secondes pour convaincre
#5
De passage
De passage


Citation :

Fred a écrit :
Et tu en déduis quoi ?

Ce n'est pas la peine d'essayer de faire dériver le sujet. La seule chose que je dis, c'est que le fait qu'une thèse de doctorat soit financée, ce n'est pas un critère de qualité du résultat.
Je pense avoir bien démontrer qu'effectivement, certaines entreprises financent la quasi-même thèse de doctorat de plusieurs doctorants de manière concomitante. Et si elles font ce type de chose curieuse, ce n'est pas pour perdre leur temps gratuitement, mais parce qu'elles ont bien saisis qu'elles gagneraient financièrement à procéder ainsi (et elles se tapent des doctorants qui se débrouilleront ensuite tout seul, parfois mal, parce que leur thèse ne vaut pas toujours grand chose pour la suite compte tenu d'un sujet hyperspécialisé qui ne les rend pas forcément très séduisant sur le papier).

Date de publication : 07/08/2014 17:50
Haut


Re : 180 secondes pour convaincre
#6
De passage
De passage


Citation :

Fred a écrit :
Citation :

illoque a écrit :

des thèses dans le domaine scientifique qui sont financés par de grosses entreprises : ils prennent quatre thésards sur quasiment le même sujet au quatre coins de la France, ils financent parce que cela leur coûte moins cher que de faire ça en interne, et à la fin, les néo-docteurs ont une thèse hyperspécialisée, et personne ne veut d'eux, y compris l'entreprise financeuse.
Alors le financement des thèses... à d'autres.



Mouarf ! Es-tu bien sûr de savoir de quoi tu parles ?


Bien sûr, on va prendre une illustration précise.
Alors tout d'abord, il existe un dispositif qui se nomme CIFRE (convention industrielle de formation par la recherche) et qui permet aux entreprise de financer une thèse à bon prix (voir).

Pour faire plaisir à Fred, je me suis donc rendu sur la base de données de toutes les thèses (http://www.theses.fr/), et pour personnaliser, sachant qu'il aime professionnellement les couleurs, j'ai recherché (en avancé), à titre d'exemple : CIFRE et Couleur.

Et je tombe sur :
- Thèse Rennes 1 soutenue en 1999 : Extraction de caracteristiques pour l'evaluation automatique de la qualite de jambons frais par vision numerique (Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie)
- Thèse Clermont Ferrand 2 soutenue en 1999 : Vision numerique couleur appliquee a l'evaluation de la qualite de carcasses de dinde (Thèse de doctorat en Sciences biologiques et fondamentales appliquées. Psychologie)

Deux thèses soutenues en même temps, financées par des entreprises (ou plus sûrement une seule), sur un sujet totalement similaire (ils ne sont pas naïfs, ils ne font pas du copier coller de sujet...).
Bon courage à ces deux docteurs pour trouver du boulot derrière : s'ils pouvaient nous donner des nouvelles 15 ans après, ce serait sympa (on ne va pas se faire trop de souci, ils étaient spécialisés en vision numérique, pas en charcuterie - mais ce n'est pas l'entreprise financeuse qui a dû les embaucher tous les deux)

Citation :

Fred a écrit :
Mouarf !

Il faut vraiment que je cherches d'autres exemples pour que vous découvriez la réalité, vous qui êtes dans le milieu ?
Seulement un tiers des doctorants CIFRE sont embauchés par leur entreprise financeuse.

Date de publication : 07/08/2014 14:23
Haut


Re : 180 secondes pour convaincre
#7
De passage
De passage


Citation :
Fred a écrit :
l'absence apparente de problématique dans la thèse


Il ne faut pas tirer de conclusions définitives sur la thèse alors qu'on a eu droit à une petite présentation de 180 secondes.
Disons que "Ma thèse en 180 secondes", c'est un petit exercice très superficiel qui plaît beaucoup aux journaleux qui ont l'habitude à peu de temps de cerveau disponible.
D'un autre côté, c'est un exercice intéressant, dans le cadre de contrainte forte, et cela permet de découvrir un aspect de la recherche moderne dans des domaines fort variés pour le grand public, pour le thésard, c'est un bonne exercice de synthèse de mise à distance.
Sur la présentation dont il est question, j'ai critiqué des maladresses, mais je ne permettrai pas d'en tirer une quelconque conclusion sur la thèse.
Même au contraire : je peux me moquer de phrases vite expédiés sur la conception du corps qu'on a à cette époque à partir de ce qui est écrit dans ces manuels médiévaux d'escrime. Mais sur le fond, je pense qu'une explication détaillée peut tout à fait l'établir. De même, parler de justice parce qu'on y valorise les facultés du faible sur le fort, c'est un peu vite expédié en une phrase, mais je peux comprendre que cela peut se défendre sur la longueur.
Quant au financement des thèses, c'est un autre débat. Mais simplement, ce n'est pas parce qu'on est financé que c'est une bonne thèse, et une mauvaise dans le cas inverse (il faut quand même se trouver son directeur de thèse...). J'ai en cible des thèses dans le domaine scientifique qui sont financés par de grosses entreprises : ils prennent quatre thésards sur quasiment le même sujet au quatre coins de la France, ils financent parce que cela leur coûte moins cher que de faire ça en interne, et à la fin, les néo-docteurs ont une thèse hyperspécialisée, et personne ne veut d'eux, y compris l'entreprise financeuse.
Alors le financement des thèses... à d'autres.

Date de publication : 06/08/2014 21:18
Haut


180 secondes pour convaincre
#8
De passage
De passage


Ma thèse en 180 secondes” est un concours destiné à récompenser la meilleure présentation par un doctorant du sujet de thèse sur lequel il est en train de réaliser pendant plusieurs années. C’est donc un exercice exigeant, par lequel il s’agit de synthétiser en faisant preuve de pédagogie pour intéresser un public non spécialiste du thème abordé.
La finale a eu lieu en juin 2014, et était présent un doctorant exposant sa thèse sur l’escrime médiévale (les arts martiaux en occident à la fin du Moyen âge).
Voici son exposé de 180 secondes.







Ce doctorant n’a pas été le lauréat de cette édition, peut-être a-t-il péché par immodestie et manque de clarté ?
Citation :
Quand j’ai commencé mon doctorat, je pensais, sinon tout savoir, du moins être un vrai spécialiste du sujet ».

Un doctorat est un travail de recherche et si, a priori, on sait déjà tout, c’est qu’il est alors strictement inutile de s’y lancer.
Citation :
Cette découverte [l’existence de manuels médiévaux européens sur les arts martiaux], c’est ma première réalisation, mais cela n’a pas été la dernière.

Quand on montre une image tirée d’un des traités de Talhoffer (1467), on ne peut pas faire comme si Gustave Hergsell n’en avait pas proposé des éditions il y a plus d’un siècle (1887). Les traités médiévaux sont connus depuis fort longtemps, sans qu’on ait eu à attendre la naissance de notre doctorant.
Citation :
Des manuels qui n’ont aucun rapport avec des disciplines orientales comme le judo ou le kung-fu.

Certes, mais il crée la confusion en ajoutant ensuite.
Citation :
Dans l’Italie du 15e siècle, lorsqu’un jeune noble apprend l’escrime, on ne lui enseigne pas uniquement à se battre ou à se défendre. Il apprend aussi qu’il est inutile d’opposer la force à la force…

Le judo est justement perçu par le grand public comme un art martial dans lequel la force n’est pas déterminante : un petit type est capable de balancer un grand costaud qui ne pense qu’à frapper.
Citation :
… On lui enseigne même que la faiblesse d’un individu n’est rien s’il sait réfléchir et mener un raisonnement à terme. Or, ce souci de compenser avec justice la faiblesse d’un individu, c’est tout simplement l’un des fondement de nos éthiques modernes.

On ne voit pas trop pourquoi la justice vient faire brusquement dans le propos : c’est un raccourci de pensée que personne ne peut suivre. Quant à une escrime par raison démonstrative (“réfléchir”, “raisonnement”), ce n’est pas la meilleure manière de la vendre que d’insister là-dessus…

Au final, le public risque d’avoir seulement retenu de l’intervention, qu’une épée médiévale, c’est comme une bouteille d’eau. Espérons que la thèse sera plus claire, puisque plus développée et donc argumentée : on jugera alors sur pièce.

Pour comparaison, voici la lauréate 2014 :
http://youtu.be/c5rueakOmwM




Sujet a priori beaucoup plus aride, mais au final, on a une présentation plus accessible et plus claire.

Date de publication : 02/08/2014 19:54
Haut


Re: On est tous amené à avoir été jeune !
#9
De passage
De passage


Il y a un sujet qui s'appellait "et si on parlait d'escrime", alors dans cet esprit, plus sérieusement, que peut-on-on dire du jeu de ce tireur ?
L'acmé de ses performances est derrière lui, on ne lui enlèvera pas son palmarès, il ne s'agit ni de le célébrer, ni de l'enfoncer.
Comment, pour parler un peu tactique, on pourrait qualifier son jeu de l'époque, l'analyser.
Et qu'est-ce que vous pensez de cette histoire de genou entrant ?

Date de publication : 07/05/2010 21:47
Haut


Re: On est tous amené à avoir été jeune !
#10
De passage
De passage


Je reviens sur mon commentaire précédent.
Vous êtes un certain nombre à avoir l'air d'avoir bien connu ce jeune homme. Ce n'est pas mon cas, connaissant surtout son palmarès.
Mais, comme je l'ai signalé auparavant, j'ai été surpris, au visionnage, de ce problème manifeste de déplacement, avec ce genou très rentrant (on le voit surtout au début quand les plans ne sont pas de profil).
Alors, peut-être pourriez-vous m'indiquer quels étaient les points forts de ce tireur, et si les déplacements (et ce maudit genou) étaient dans les points faibles.

Date de publication : 06/05/2010 18:04
Haut


Re: On est tous amené à avoir été jeune !
#11
De passage
De passage


Je ne pense pas que ce jeune ait beaucoup d'avenir.
Regardez son genou droit, complètement rentrant. On sent que cela nuit grandement à ses déplacements.
Le jeu de jambe ne paraît pas son fort.

Date de publication : 03/05/2010 21:46
Haut


On est tous amené à avoir été jeune !
#12
De passage
De passage


Si vous avez le courage de dépasser la première minute de cette vidéo, vous découvrirez un jeune homme fringant et svelte, empli d'enthousiame.
Eh oui, on est tous amené à avoir été jeune.

http://www.youtube.com/watch?v=l10_i7so4vI

Date de publication : 02/05/2010 20:10
Haut


Re: a-t-on tous les droits
#13
De passage
De passage


Citation :

POIREAU a écrit :
Se répandre ainsi dans la presse, en pleurnichant, cela ne peut que ternir l'image des escrimeurs en général et du fleuret en particulier.

Lamentable.


Je pense que vous devriez un peu nuancer, car dans tout ce sujet, les jugements proférés le sont un peu à l'emporte pièce.

Je vais vous faire part d'une expérience personnelle assez désagréable.
Il y a quelques années, un journaliste de la presse locale m'avait contacté pour réaliser un article sur mon club d'escrime.
Je passe sur la manière dont a été faite l'interview (par téléphone parce que le journaliste m'avait posé un lapin au club). Toujours est-il qu'il s'est agi d'une conversation assez libre et détendue, à bâton rompu.
Le résultat ? L'essentiel de l'article était axé sur ma personne plutôt que sur le club, qui était censé être le sujet de l'article.
Non seulement j'ai eu le sentiment d'être trahi, parce que si j'avais parlé de moi, ce n'était que par rapport au club et pour le club sans que cela me semble être le vrai sujet, mais en plus, comble du comble, je me suis vu reproché l'article dans mon club, comme étant à ma propre gloire.

Alors, que cette mésaventure vous fasse relativiser la situation. Le pauvre garçon en question s'est peut-être fait interviewé sur un bord de piste, de manière peu formelle, en répondant à beaucoup de questions. Il a peut-être fait part de son amertume (après tout, c'est son sentiment) mais n'a sans aucun doute à aucun instant eu conscience de ce que cela donnerait au final sous la plume du journaliste.

La seule leçon qu'il devrait en tirer, c'est de ne jamais traiter un journaliste en être humain, mais en journaliste. Donc, il ne faut pas répondre à toutes les questions, garder toujours la tête froide, quitte à paraître désagréable et distant. Il faut s'en tenir au strict minimum, si vous ne voulez pas finir pipeaulisé, ou trahi par la mise en exergue d'une petite phrase qui vous a paru sans vraiment d'importance.

Date de publication : 10/04/2010 17:31
Haut






Escrime-Info : Mentions légales