http://www.stagescrime.com
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !
Menu principal
Qui est en ligne
8 Personne(s) en ligne (1 Personne(s) connectée(s) sur Humour)

Utilisateurs: 1
Invités: 7

babyescrime, plus...
Infos du site
Webmaster
Vincent
Vincent
Co-Webmaster
marion
marion
 
Reportages
sarah
sarah
 
Actu, ...
vTROTTA
vTROTTA
 
Modérateurs
sebv
sebv
 
flo-
flo-
 
matthieu
matthieu
 
Agecanonix
Agecanonix
Calendrier
flo-
flo-
 

Traduction

Google Bablefish
Humour > De l'origine de la Sixte

De l'origine de la Sixte

Je voudrais dédier cet article à tous les Maîtres inconnus ou méconnus, qui, inventeur génial, qui, pédagogue surdoué, ont vu leur procédé copié, leur démarche imitée, leur idée volée...

De prime abord d'aucuns penseront :
- que la parade de sixte a toujours existé,
- qu'elle fut inventée après la quinte,
- qu'elle fut spécialement créée pour combler l'espace laissé découvert entre "la quinte" et "la septime".
Une autre hypothèse prétendrait qu'avant de s'appeler "sixte" elle se nommait "quarte sur les armes" (cf Gomard). Jouons quarte sur table, cela est faux ou fort injuste, et rendons à Octave ce qui lui appartient, c'est-à-dire sa "sixte".
En effet, il me plaît à écrire, d'après des recherches géniales et logiques, que l'invention extraordinaire qui a mis enfin les escrimeurs en garde, est due à mon illustre ancêtre, Octave, Comte de Sixte, qui aurait donné son nom à cette botte (à ne pas confondre avec celles de Nevers et de Rady).
Evidemment, Octave de Sixte eut ses détracteurs, surtout parmi les traditionalistes, qui voyaient d'un mauvais œil un novateur bouleverser les techniques ancestrales et changer le glossaire. Il restait sur sa garde mais ne put éviter les coups, surtout les bas...parfois les coups lancés de toutes parts.
Un Maître de haut-niveau (non par la taille mais par l'estoc) et soucieux de la technique à la française, rechercha les origines du Comte de Sixte (la technique italienne cherchait à se loger). Il fut rassuré d'apprendre qu'il descendait de (Charles) Quint par le bras droit et remontait d'Octave (Auguste, fils adoptif de César) de la cuisse droite.
Les opposants ne désarmèrent pas, il fallait battre ce fier tant qu'on était chaud. Des polémiques s'élevèrent : pour ou contre de Sixte ! Là était la question!
Certains prirent position, d'autre refusèrent de la prendre. Toute parade ayant son contre, on vit fleurir les "contre de sixte" employés par les partisans de Sixte, mais également par ceux, qui étant contre de Sixte, préconisaient une parade, qui devint par un raccourci historique, la parade "contre de sixte".
On fit beaucoup de battements autour de cette parade. Une circulaire de l'époque nous décrit cette lutte où certains détracteurs armés, se mirent des affaires sur les bras. Sans autre forme de procès, ils se mirent cartel en tête et provoquèrent Octave de Sixte en duel pour l'éprouver. Celui-ci, bien que fortement ému, ne fut pas profondément touché, et s'il l'a été, ce fut une fois au bras et l'autre à l'improviste.
Quelques Maîtres, face à la sixte, hésitaient à s'engager, préférant se dérober ou esquiver les polémiques, d'autres tombèrent dans l'opposition en voulant y mettre un coup d'arrêt.
Pour ma part, héritier direct du Comte de Sixte, je tiens à mon tour à enseigner la sixte et son contre, en respectant strictement les principes techniques légués par mon aïeul ; ainsi, si je prône la sixte, je tiens à ce qu'elle s'effectue dans la plus complète supination et fais tourner le "contre de sixte" dans (et avec) le sixième sens, celui de l'humour.

 

Gérard Six (sixte)

(droits de reproduction réservés à l'auteur)

 

The Origin of the Sixte

I would like to dedicate this article to all the unknown or unrecognised fencing masters, brilliant inventors or exceptionally gifted pedagogues, who have seen their methods copied, their procedures imitated, their ideas stolen...
At first glance, some will think:
- that the parry in sixte has always existed,
- that it was invented after the quinte,
- that it was especially created to fill in the space left open between "quinte" and "septime"/
Another hypothesis would maintain that before being called "sixte", it was named "quarte sur les armes" (cf Gomard). Let's play quartes on the table; that is false or very unjust, and let's give back to Octave what is his, that is to say, his "sixte".
Indeed, I am pleased to write according to genius logical research, that the extraordinary invention which finally put fencers on garde is due to my illustrious ancestor Octave, Count of Sixte, who is said to have given his name to this thrust (not to be confused with those of Nevers or de Rady.
Obviously, Octave Sixte had his detractors, especially among traditionalists who unfavourably saw an innovator disrupt ancestral techniques and change the glossary. He stayed on his guard but couldn't avoid hits, especially below the belt, sometimes hits launched on all sides.
A high-level fencing master (not by his height but by his hits) and concerned about the French Technique, did research on the origins of the Count of Sixte (the Italian technique was trying to take foot). He was reassured to learn that he descended from (Charles) Quinte by the right arm and went back to Octave (Auguste, adopted son of Caesar) by the right leg.
The opponents did not disarm. They had to strike this haughty man while the iron was hot. Polemics arose, for or against de Sixte! That was the question!
Some took a side, others refused to take one. Every parry having its counter, "counters of sixte" flourished, used by partisans of Sixte, but also by those who were against Sixte, advocated a parry which became by historical abridgement, the "counter of sixte" parry.
There was a lot of beating around this parry. A circular of the period describes this struggle in which certain armed detractors, got involved in affairs. Without further ado, they thought of a cartel and challenged Octave de Sixte to a duel to test him. Although highly moved, Octave was not deeply touched and if he was, it was once on the arm, once by surprise.
Some fencing masters, confronted with the "sixte", hesitated to take sides, preferring to avoid or dodge the controversy. Others fell into the opposition by wanting to try a stop-hit.
As for me, direct heir to the Count of Sixte, I am anxious in turn to teach the sixte and its counter, strictly respecting the technical principles bequeathed by my ancestor.
Thus, if I advocate the sixte, I want it to be executed in the most complete supination, and I make the "contre de sixte" turn into (and with) the sixth sense, that of humour.


Gérard Six (sixte)

(droits de reproduction réservés à l'auteur)

Imprimer
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Posté Commentaire en débat
Edito is developed by The WolFactory (http://www.wolfpackclan.com/wolfactory), a Xoops division of the Wolf Pack Clan (http://www.wolfpackclan.com)
Escrime-Info : Mentions légales